Joie de Dieu

Messages de Jésus Christ pour la fin des temps,
reçus par Agnès-Marie


LES MESSAGES DU CHRIST-ROI en vue de l’établissement de Son Règne Social

Notre Seigneur Jésus-Christ s’exprime depuis plusieurs décennies par l’intermédiaire de prophètes contemporains, des âmes privilégiées qui reçoivent Ses Messages. Agnès-Marie est l’un de ces prophètes. Elle a reçu de nombreux messages entre 1999 et 2013, que Jésus-Christ lui a demandé de publier sous le titre « Joie de Dieu ». Nous vivons une époque cruciale, celle de la fin des temps, et une immense purification doit avoir lieu en vue d’enlever de la Terre tout ce qui est contraire à Dieu et à Ses Lois, puis de rétablir l’Ordre divin sur la Terre par l’édification du Règne Social du Christ. Les tribulations que nous allons traverser ont donc un sens. Elles permettront la purification du monde, préalable indispensable à son relèvement. La France a un rôle primordial à jouer dans le Plan de Dieu pour le salut du monde. L’Eglise Catholique Romaine, créée par Jésus comme seul instrument du Salut, sera elle aussi purifiée, à la suite du schisme annoncé.

Trois livres « Joie de Dieu » ont été édités par les Editions Résiac et sont disponibles à la vente sur leur site internet: http://www.resiac.fr ou par téléphone.

Pour toute information sur ces Messages, sur les œuvres créées par Jésus pour mettre en action son Plan de sauvetage du monde (évoquées dans le tome 3, messages de 2009 à 2011), nous contacter par ce mail: info.joiededieu@gmail.com

L’oeuvre créée par Notre Seigneur Jésus-Christ dans sa « Lettre à ceux qui M’aiment » et ses messages 2009 – 2011 est en activité en France.

"Joie de Dieu", les livres publiés

Référence 11483 aux Editions Résiac.
Prix initial: 22 €. Vendu en promotion -50% à 11 € sur le site http://www.resiac.frjoie_de_dieu_catholique_agnes-armie

Référence 11582 aux Editions Résiac. Prix initial: 14 €.
Vendu en promotion -50% à 7 € sur le site http://www.resiac.fr

joie_de_dieu_catholique_agnes-marie_2003-2008

Référence 11606 aux Editions Résiac. Prix initial = 18 €. Vendu en promotion à 10,80 €.
Ce livre est accompagné d’une brochure intitulée « Lettre à ceux qui M’aiment »,
écrite par Jésus-Christ, avec comme sous-titre: «Je viens sans tarder».joie-de-dieu-catholique_agnes-marie_2009-2011

Est fondamentale: elle contient toutes les explications sur le Plan de Dieu pour sauver le monde, sauver la France et l’Europe. Elle contient un appel vibrant et urgent à l’action et à l’ engagement dans le cadre de l’institution créée par Jésus-Christ comme unique instrument missionné pour mettre en oeuvre ce Plan. Pour plus d’informations :
info.joiededieu1@gmail.com

 

Supplément aux deux premières éditions. Référence 11499 aux Editions Résiac. Prix initial: 11 €. Vendu en promotion -60% à 4,4 € sur le site http://www.resiac.fr. Ce livre comprend des messages inclus dans la référence 11483.

Messages donnés en 2003

Tome 2 de Joie de Dieu:

Lundi 21 avril 2003

– O Jésus, comme Tu manques à mon cœur !

– Je suis là, Mon aimée. Pourquoi douter de Moi ? Ta porte, tu l’as fermée toute seule et seule tu en as la clé. Reviens, car une seule de Mes aimées manque et Je souffre. Oui, Ma douce enfant, Je souffre de ton absence.

– O Dieu, je ne savais comment renouer le fil de notre relation…

– Mais Je Suis le Fils qui t’attends TOUJOURS ! Où étais-tu, petite âme ? J’ai soif de ton cœur qui M’aimait si bien. Quel miel Je cueillais à ton cœur ! Une nourriture d’Amour qui fait fondre le Cœur de ton Père.

– Mais… n’est-ce pas plutôt mon cœur qui cueillait ce miel à Ton Cœur ? Comment peux-Tu dire que Tu cueilles à mon cœur ?

– Le miel de l’Amour se cueille à chaque cœur qui aime comme Moi Je vous aime !

– Jésus, pourquoi je ne ressens pas d’émotion d’être de nouveau, après si longtemps, en Ta Présence ?

– Le temps des grâces sensibles et des épreuves est fini. Je suis ton Ami et tu es Mon amie, de cœur. Notre relation est celle d’amis
qui se retrouvent, quelle qu’ait pu être la durée de la séparation, comme s’ils s’étaient quittés la veille. Il y a autre chose et tu le sais: les zones d’ombre que ton cœur ne M’a pas confiées depuis longtemps dans le sacrement de réconciliation ainsi que le jeûne, étrange, que tu t’es imposé, de Mon Pain d’Éternité. Allons, ressaisis-toi et cours aux genoux d’un de Mes prêtres, tous ont reçu la Grâce. Et reviens, reviens à Mon Repas.

Je veux que tu sortes aujourd’hui du tombeau, avec Moi Ton Dieu d’Amour. Et Je veux que désormais tu t’abreuves à la Source d’Eau Vive. Reviens, reviens Mon agneau, J’ai laissé les 99 autres brebis de Mon troupeau pour courir à toi dès que tu as entrebâillé la porte. Réjouis-toi et use de Ma Miséricorde. Dès que tu auras fait cela, cette démarche de purification, transmet à ton petit père ce que Mon Cœur dicte à ton cœur pour l’Église jaillie de Mon Cœur. Ne doute pas, aie confiance, avance en Paix : Je te conduis.

À travers la porte fermée de ton cœur, J’entendais tes soupirs réguliers tournés vers Mon Cœur et surtout ta volonté souvent réaffirmée, au-delà de la raison, de faire Ma Volonté. Les désirs de ton âme sont plus forts que les blocages volontaires de ta raison.

Purifie-toi puis abandonne-toi à la douceur de Mon Amour. Fais vite car Je soupire déjà après le miel de ton cœur !

– O Dieu, comme Tu es grand d’aimer ainsi ! De pardonner, d’exhorter, de saisir et de convertir !

– Agnès, Ma Joie, fais vite, car Mon Cœur brûle de se communiquer par toi. J’ai beaucoup de choses à te dire et tu transmettras tout, fidèlement à ton petit père, celui que J’ai choisi comme intermédiaire des grâces que Je veux dispenser par toi sur le monde. Je te veux petite, cachée en Mon Cœur.

 

Jésus Roi d’Amour

 

Jeudi 24 avril 2003

– Jésus, je viens de lire, comme me l’a demandé le petit père, le livre des messages reçus par une de Tes messagères et je vois un abîme : celui de ma désaffection à la mission, celui de ma fuite en avant, celui de mon refroidissement de cœur pour Toi.
Jésus, je viens vers Toi aujourd’hui car Toi Seul sait le Chemin que je cherche à travers les brouillards de ma vie.

Tu m’accordes un temps de repos, l’occasion de renouer avec le fil de ma vie. Jésus, je veux revenir à Toi mais n’ai guère la force de trancher dans ma vie alors je Te demande de le faire. J’adhère à Ta Volonté et je Te demande pardon pour mes manques et pardon de douter de Ta Miséricorde. Pardon d’ajouter à Tes souffrances. O Jésus je veux T’être une toute, toute petite âme d’adoration !
A peine mon âme exprime-t-elle son profond désir de vivre unie à Toi que les questions matérielles – fausses questions – surgissent. « Où?» est la principale. Tu sais Jésus… Tu sais mieux que moi-même ce qui est bon pour moi alors…

 

JE
REMETS MA VIE ENTRE TES MAINS !

GUIDE-MOI,
CORRIGE-MOI ET SURTOUT TOURNE MES REGARDS VERS TOI

TOUJOURS.

 

Ma vie, de nouveau, est ouverte à tous les possibles… je veux l’ouvrir à tous Tes possibles. Oriente ma vie de façon à ce qu’elle Te plaise. Place-moi et place-nous là où Tu le veux. Ne permets pas que dure l’aridité de mon cœur. Tu es mon Ami alors protège-moi de moi et entoure-moi de Toi afin que je sois telle que Tu me créas. Présomptions sans Ta Grâce, Seigneur.

 

JE T’AIME

JE CROIS

JE VEUX VIVRE

ET AIMER.

O MON DIEU…

 

Jésus… Jésus… parle-moi, veux-Tu ?

 

– PURIFICATION, PROSTERNATION, ADORATION.

Fais cela, balaie ta demeure que Je puisse régner en Maître chez toi et alors JE VIENS, car JE SUIS. Je te bénis. Amen.

Fais silence, aie confiance, Je t’aime, Je t’attends.

Jésus des Miséricordes

 

Jeudi 15 mai 2003

– Pourquoi cherches-tu ce que tu vas Me dire ce soir ? Écoute-Moi plutôt !

Petite fille, Je te prépare aux temps qui viennent même si tu ne le réalises pas. Mon heure vient et elle est proche, l’heure de la purification. C’est pourquoi Je te parlais de purification en préalable à ces messages. Par la confession de ses fautes, oui, une part de la purification dont Je te parle, se fait. Une autre part consiste à purifier sa manière de vivre, ses actes, voire à changer de lieu de résidence et de métiers, tant aujourd’hui tout conduit, sans même qu’il soit possible de s’en rendre compte, à des tentations et à des agressions de toute sorte.

Je vais retrancher Mes enfants du reste du monde, les mettre à l’abri de ce qui est pernicieux et de la souillure morale. Je veux des enfants purs de Ma Pureté, chastes de Ma Chasteté et pauvres de Ma Pauvreté. Je veux des enfants doux et humbles de cœur, à l’image de leur Maître. Rabbi Je suis pour l’éternité et Mes enfants Me suivent pour entendre Mon enseignement. Pour cela Je choisis des lieux de silence et de paix au milieu de l’agitation du monde. Je vais retrancher Mes enfants, les mettre à part comme le petit reste d’Israël. Mais avant Je dois – et Je leur demande de l’accepter comme une grâce de Ma Miséricorde pour les temps qui viennent – retrancher de leur vie tout ce qui n’est pas de Moi. Telle est la purification dont Je parle, telle est la nécessité des temps. 

L’orage gronde enfants, ne tardez pas à vous mettre à l’abri. Votre Dieu vous chérit tant qu’aujourd’hui Il supplie des quatre coins du monde…mais qui veut entendre ? Telle est la liberté qu’il est donné à l’humanité de vivre, d’expérimenter et de comprendre. Telle est la liberté de l’homme, telle est la grandeur de Dieu. Comprenez enfants et ne tardez plus. Un jour il n’y aura plus de lendemain pour faire ce que l’on n’aura pas fait aujourd’hui. Un jour viendra LE Jour. 

Commencez aujourd’hui à ouvrir votre cœur à la confiance et à la paix. Laissez-Moi agir dans vos vies et mettre bon ordre à toutes les situations qui vous oppressent. Mais attention, enfants, Je vous le dis, confiance en votre Dieu, car Mon Ordre n’est pas le vôtre et vous serez sans doute surpris des changements que J’aurai apportés dans vos vies. Croyez que Ma réponse à votre prière d’abandon est une grâce et peu à peu vous saisirez la justesse de Mon intervention. Mais ne Me dictez pas vos solutions… croyez que les Miennes sont les meilleures pour vous aujourd’hui.

Ainsi, les enfants que J’aurai retranchés, seront Ma part d’héritage, la part de l’Aîné. Ils seront la descendance d’Adam et la fierté de leur mère Eve. Ils seront les grains dont germera la Moisson future. Le germe en eux déjà se développe mais n’a pas percé son enveloppe. Toute action sanctificatrice s’accomplit sous le Manteau virginal de Ma Sainte Mère, à l’abri des regards et des curiosités impures.

L’orage gronde, les loups sont dans la bergerie et le troupeau est dévasté…mais n’oubliez pas : Je suis le Bon Pasteur, Je connais Mes brebis et Mes brebis Me connaissent. Amen

Jésus

– Bonne nuit, Seigneur !

– Bonne nuit enfant, médite Mes paroles.

– Viens purifier ma vie à Ta manière.

– Merci enfant. Mon action est commencée pour toi et tu en verras
rapidement l’accomplissement. Dors maintenant.

Jésus qui t’aime

 

Vendredi 6 juin 2003

– Viens Ma belle colombe à Mon écoute.

– Me voici.

– Je t’appelle et tu viens. Écoute bien-aimée ce que te dit Mon Cœur brûlant, trace les signes que Je veux te faire tracer pour Ma Gloire, laisse-Moi disposer de ta liberté, tu es secrétaire de Ton Dieu alors écris sous Ma dictée ce que Mon Cœur soupire de livrer au monde.

 

Cela sera

Ce qui est dit adviendra

Le Roi de Gloire se lèvera

Sous la Puissance de Mon Esprit

Et les légions lui obéiront

Tous devant lui s’inclineront

Il aura son trône devant la face des cieux

Et les anges sonneront trompettes et frapperont cymbales

 

Devant lui l’orage s’éloignera

De son bras l’ennemi de son Dieu chassera

Ils courberont l’échine tous les peuples

Et les sauvages l’acclameront

Les hordes ivres s’attrouperont indécises

Que faire ? Ployer ? Combattre ?

Qui est Celui qui le guide ?

Quelle est cette Puissance qui plane au-dessus de sa tête ?

 

Les rois et les princes eux-mêmes s’interrogeront :

Mais enfin d’où vient-il ? Qui le guide ?

A lui la force et la victoire

A lui le temps et l’espace

A lui les troupes et les anges

Les armées du Ciel et les chevaliers du siècle

A Lui Puissance et Gloire et Royauté sur la terre

A Lui le Règne

 

Oyez cœurs abrutis : Il vient

Oyez cœurs endurcis : Il vient

Ployez cœurs orgueilleux : Il vient

Qui est celui qui vient ? Il est Celui qui SUIS

De l’abîme où il se tient surgira le Rugissant

De sa queue balaiera le reste restant

Qui choira, choira

Qui tiendra, tiendra

 

La face de Celui qui vient sur lui tombera

Et voleront les mouches et les moucherons

Ceux qui jamais n’écoutent, ne voient, n’entendent

Oui c’est Moi le DIEU DES ARMÉES. Qui CRAINDRA ?

Toi Mon enfant ?

Non, tu connais Mon cœur de Père

Toi Mon troupeau ?

Non, tu connais ton Berger

CRAINDRA celui qui ne craint pas

Pleurera celui qui rit et se gausse et se moque

Suppliera celui qui croit aujourd’hui dominer

DEMAIN tombera

MA TERRE SERA SON TOMBEAU

SON VENTRE S’OUVRIRA POUR L’ENGLOUTIR

DE LUI POINT DE SOUVENIR

Toi qui sais, écoute, ne crains pas

 

Le Dieu des Armées est avec toi

À ta gauche et à ta droite, Il te garde

Sous tes pieds et au-dessus de ta tête, Il te garde

Dans ton cœur Sa garde règne

Et en Son Cœur tu tiens tes ordres

Maintenant Moi YAHWE SABAOTH

           JE DIS VA

           VA, VA, VA

 

Va où Je veux te conduire, va sur les ailes du temps

N’aie crainte de souffrir, n’épargne pas ton corps et ta face

Va, Moi YAHWE SABAOTH te conduis

Va pour ton Dieu, va pour ton Roi

Va et combat, Je te nomme Chef de Mes Armées

Va et voici le signe : ils te suivront pour Mon Nom

N’aie crainte. Amen

Comprenne qui doit comprendre

Pas toi, enfant qui écrit ! Transmet !

YAHWE SABAOTH

Dieu des Armées

 

– Viens Seigneur Jésus.

– Ne crains pas la Colère de Mon Père, elle est Justice.

– Viens Seigneur Jésus.

– Il faut que cela soit, n’aie crainte.

– Viens Seigneur Jésus.

– Glorifie le Seigneur, petite âme, et JE VIENS.

 

 

Jeudi 26 juin 2003

– Écoute, fille, la voix de ton Dieu. Écoute au fond de ton cœur et écris :

Je Suis le Dieu Vrai, le Dieu trois fois Saint, le Dieu Tout-Puissant, le Créateur des mondes et des espaces entre les mondes, l’Ordonnancier de l’Univers et l’Horloge permanente qui régule la Vie. En tout cela Je Suis Père, Fils et Esprit Saint. Chaque étoile, comme chaque âme, est fille de Mon Cœur, sortie de Mon Sein d’où jaillit la Vie. Chaque parcelle de vie jaillie de Mon Cœur, contient la vie mais n’est pas en soi la vie, car Je Suis la Vie. La vie jaillit sans cesse de Mon Sein, elle se renouvelle sans cesse, car J’en Suis la Source Unique et J’imprime, à tout instant, la vie en Ma Création par l’Amour qui se manifeste, dés l’origine, avec la Vie. La Vie et l’Amour palpitent en union constante et compénétrante avec le Mouvement. Je Suis le Dieu Trine : le trois fois « Sein » car la Vie, l’Amour et leur Mouvement jaillissent de Mon Sein.

L’univers des mondes et des espaces entre les mondes pulse selon ces triples voies : ce sont les trois dimensions que vous connaissez. L’unité des trois peut être qualifiée de « quatrième dimension », en fait la Seule, l’Unique : le Christ-Roi des univers. Et le quatre a été manifesté sur la terre que J’ai
donnée aux hommes. Et le quatre ainsi manifesté pour magnifier les trois premières manifestations, est, dans la gloire, l’Un, l’Unique, Celui qui Suis toujours et à jamais : votre Roi, Mon Fils bien-aimé. Il vient aujourd’hui comme l’Un et non comme le quatre. Comprenez cela et vous saurez le Temps.

 

 

Samedi 28 juin 2003

Priant hier soir « Petite Mère » de me montrer, selon ce qu’elle recommande, par quelle attirance particulière Dieu me guide, je me remémorais alors la Parole reçue le 22 juillet 1998 (Fête de sainte Marie-Madeleine) lors d’une effusion de l’Esprit Saint au cours d’une prière d’oraison intense :

Servante du Précieux Sang de l’Agneau Immolé

Mais je ne comprenais toujours pas le sens de cet appel. Comment puis-je être la servante du Précieux Sang de l’Agneau Immolé, moi qui ai peur de la souffrance physique aussi bien que morale ou spirituelle ? Je n’ai pas une âme portée aux sacrifices ni au martyr, je n’ai aucune générosité de cœur et pourtant mon Seigneur m’aime ! Mystère insondable que l’élection divine. Misère insondable que la pauvreté de mon cœur infidèle, inconstant, impétueux, emporté.

– O Jésus, revêts-moi de Ton Amour et de Ton courage, de Ta générosité et de Ta tempérance, de Ta fidélité et de Ta vie…

– Où trouves-tu tout cela, petite âme ? Dans Mon Sang. Revêts-toi de Mon Sang. Il est la Sève de l’Arbre de Jessé. Tu ne comprends pas mais c’est sans importance. La portée de Mon Appel sur ton âme dépasse ta vie terrestre et concerne ta vie au Ciel, là tu seras Servante du Précieux Sang de l’Agneau Immolé à jamais.

 

Dimanche 6 juillet 2003

Hier, le regard de «Petite Mère», sur une photo, m’a transpercé jusqu’à l’âme et j’ai reçu cette parole: «Abandonne-toi!». Il est vrai que je suis bien occupée de moi-même et pas assez abandonnée au Christ. Je m’apitoie sur mes misères au lieu de contempler la Miséricorde qui se donne à moi avec générosité et qui m’appelle plus haut.

– Oui, petite âme, quitte ce regard sur toi-même qui ne peut que te tirer en arrière et regarde-Moi, Celui qui t’appelle à te dépasser, à te surpasser par amour pur. Abandonne ta volonté à Ma Volonté. Fais un acte écrit, avec l’Esprit Saint pour guide, dans ce sens. Fais-le en présence de ton petit père et que lui Me l’offre à l’autel solennellement. Alors ton abandon sera source de grâce pour vos deux âmes, ainsi unies par Moi.

 

 

Mardi 22 juillet 2003(sainte Marie-Madeleine)

– Viens Mon amie que Je te réconforte de ta fatigue. Jubile en Mon Amour, ne tarde pas à venir Me parler, si tu savais comme Je suis las…

– Dieu de ma joie, pourquoi cette lassitude en Ton Cœur Glorieux ? 

– Mon aimée, si tu savais comme Je souffre du rejet de Mon Amour que M’opposent beaucoup trop de cœurs humains. Oui, tant et tant, trop, Me refusent, n’acceptent pas Mon Amour pour eux. Que puis-Je encore tenter auprès de cœurs aussi durement endurcis contre Moi ?

Je souffre et Je soupire vers Mon Père. Oui, Moi, votre Dieu, aujourd’hui encore Je Me tourne vers Mon Père en soupirant :
« Voici ce Cœur qui a tant aimé le monde». Plus Je soupire ainsi et plus le bras de Justice de Mon Père s’alourdit. La Justice Divine entreprend de purifier la terre d’est en ouest et du nord au sud. Les quatre anges de l’Apocalypse sont lâchés. Que de douleurs et de vies brisées ! Que de silence ! Nuls cependant ne crient vers Moi. Se seraient-ils tous endormis les veilleurs ? Ma fureur les réveillera, secouant leurs manteaux et jetant au loin leurs bâtons. Oui, le Courroux monte en Moi. Tant d’ingratitudes, tant de défections blessent Mon Cœur, si peu Me prêtent attention et combien moins encore M’aiment d’un cœur pur !

J’attends ton acte d’abandon consacré à Mon Autel en réparation de Mes douleurs si vives. Ne sois pas juge de ta dignité ou de ton indignité ! Rend-Moi justice de Mon Amour pour toi en te donnant à Moi en acte d’oblation.

– Jésus, suis-je vraiment prête à cet acte d’abandon ? Il me semble que de nombreuses peurs, notamment celle de souffrir, serrent mon cœur devant cette demande. J’ai peur et pourtant je voudrais répondre à Ton désir, je voudrais consoler Ton Cœur par mon amour…

– Mon âme, aujourd’hui encore tu as peur de Moi ? Comment te dire que Je t’aime si tu ne te donnes pas d’un cœur confiant ?

– Dans la foi j’ai confiance, mais ma nature se dresse contre la pensée de souffrir.

– Sais-tu ce que Je ferai de toi après cet acte d’abandon ?

– Non.

– Alors, Mon amie, prend Ma Main et viens sur Mon Cœur recevoir Ma Paix. Nulle peur ne doit t’empêcher de venir à Moi. Je t’appelle, viens. La nature et la peur ne doivent rien avoir à faire entre nous. De ton cœur au Mien, Seul règne l’Amour.

 

 

Mercredi 6 août 2003Transfiguration

Chez le petit père alors que je faisais retraite pour me préparer à la demande du Seigneur.

– Douce amie, Je suis Jésus qui te parle, écoute. Ouvre ton cœur à Ma Parole et enivre-toi de Ma Présence. Écoute fille, et accepte. Accepte Mon choix de prédilection et abandonne-toi. Comprends cela comme le « Ephata » nécessaire à la grâce. Et la grâce est nécessaire au Temps. Je veux déverser une fine pluie d’Amour, imperceptible de l’extérieur mais si rafraîchissante pour l’âme.
Je te veux toute à Moi, petite et cachée, Je te l’ai dit. La fleur que tu cueilles dans les champs se rétracte t’elle sous la pression délicate de ta main ? Ainsi en est-il de ton âme. Je veux la cueillir comme une fleur délicate, à nul autre visible. 

– Seigneur, Tu sais que l’unique désir profond de mon cœur, c’est Toi. Ma volonté intérieure est tendue vers Toi. Je veux correspondre à Ton désir et si Ton désir est de cueillir aujourd’hui mon âme pour Ton jardin, fais-le. Un seul instant dans Ta Main donnera à mon âme un parfum d’éternité et des racines
puissantes. Et mon désir de Toi rencontrant Ton désir sur moi, Tu feras ce que Tu veux de Ta servante. À cet instant Tu connais le combat de mon esprit et Tu sais que je veux répondre à Ton appel par obéissance et amour sans m’attarder à ma faiblesse. Tu combles tout manque. O Christ, voici mon âme et voici tout mon être, du plus petit atome à la moindre pensée. Je Te donne tout et tu feras ce que Tu veux. Esprit Saint, Toi qui sondes les cœurs et les reins, rend parfait mon acte d’offrande. Marie, accepte de le présenter toi-même à ton Fils par les mérites de tes vertus.
Saints et Anges du Ciel, soyez témoins pour moi devant Dieu notre Père de mon abandon à Son Fils bien-aimé. Amen.

Agnès-Marie

 

La consécration à l’autel a été faite le lendemain jeudi 7 août 2003.

 

Samedi 27 septembre 2003

– Viens, Mon aimée, prête l’oreille de ton cœur à Ma Voix.

– Me voici, Seigneur, tournée vers Toi !

– Oui, te voici et Me voici. Nous voici. Bien-aimée, sois attentive à Ma Voix qui pénètre ton cœur afin que les oreilles de ton âme entendent et soient en mesure de transcrire Ma Parole. Petite âme bien aimée, voici l’HEURE, l’heure de la solitude et de l’amertume, l’heure de la souffrance et de l’envie, l’heure
des peurs et des grincements de dents par le monde entier. Voici l’Heure de Ma Venue dans la Gloire. Voici l’Heure où Je me présente au cœur de chaque homme vivant sur la Terre. Voici l’heure de la Rencontre d’Amour avec ton Dieu, ô âme, ouvre ton cœur et Ma Paix t’envahira chassant toute amertume et toute peur. Accepte d’avancer dans l’inconnu à Ma suite sans crainte. Je garde ton âme en mon Cœur et nul ne pourra t’atteindre. Petite fille, laisse-Moi envahir ta chair et la purifier à jamais. Tel un feu qui dévore les entrailles, Je purifie et Je simplifie. Accepte d’être émondée.

– Émonde Ta servante, doux Jésus, fais tout selon Tes Voies. J’ai signé mon acte d’abandon et mon âme est pacifiée devant Tes exigences. Je suis toute à Toi Seigneur.

– Mon âme, quelle douleur en Mon cœur, accepte d’en recevoir une part.

– J’accepte, Seigneur, car Ta douleur me perce le cœur aussi bien que le ferait une lance. O Jésus, Tu sais comme je voudrais être un
baume pour Ton Cœur transpercé.

– Ce faisant, tu recueilles et rayonnes Mon Précieux sang. Voici la servante que Je désire.

– Forme-moi à la patience, à la douceur et à la charité.

– Bien-aimée, étends-toi et viens à Moi de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Amen.

 

Samedi 4 octobre 2003

– Petite âme, perçois ma Voix avec tes sens intérieurs. Je suis là, Mon aimée, repose-toi sur Moi, reçois la Paix de Mon Cœur comme un Baume sur ton cœur. Donne-Moi ton fardeau et porte Mon Joug, Ma volonté te guidera. Laisse-Moi envahir ton cœur de miel enivrant, et tu produiras ton arôme particulier, celui qui réjouira Mon Cœur. Reçois Ma parole d’aujourd’hui comme une ondée rafraîchissante pour ton âme. Ta fidélité à saisir la croix que Je te présente te vaut les trésors de Mon cœur. Ne regarde pas ta colère, ton impatience ni ta faiblesse mais plutôt ton amour pour Moi, ta componction, ces larmes que tu verses sur Ma douleur.

Papillon léger, tu avances au milieu des affres du monde. La boue ne salira point tes pieds. Le limon retiendra tes pas. Vers ton Seigneur tu avanceras et Lui t’épouseras. Reçois Ma parole et croîs. Laisse-Moi faire germer ta mission au milieu de ton cœur. Tu porteras du fruit et la moisson sera abondante. Confiance, petite âme, en ton Dieu qui te parle, te réconforte, t’encourage et en même temps S’appuie sur toi. Oui, chancelant sous le poids de la Croix, Je M’appuie sur toi qui as pitié de Moi. Va en paix, petite fille, l’épreuve est derrière toi. Accueille tout et chacun comme étant envoyé par Moi. Viens sur Mon cœur, Mon âme.

 

 

Mardi 7 octobre 2003Notre-Dame du Rosaire

– Mon âme, merci de venir à Mon écoute malgré ton désir de te coucher.

– Tu sais que je veux faire Ta Volonté et répondre à Tes appels.

– Tu réconfortes Mon Cœur tant éprouvé ces temps-ci par la révolte et la haine des hommes. Je suis las de cette engeance à la nuque raide. Les sept plaies d’Égypte réunies ne suffiraient plus à leur faire plier les genoux devant leur Créateur et Père ? Que faire?

– La Miséricorde et le pardon…

– Je suis la Miséricorde, et ils Me foulent aux pieds. Je suis le Pardon et ils me méprisent.

– O Jésus, je voudrais que Tu n’aies point raison mais ils sont incapables aussi de déchiffrer les conséquences de leurs péchés dans les catastrophes, naturelles ou non. Au contraire, ils T’accusent encore ! Ce que j’appelle « l’effet boomerang » ne leur apparaît que comme injustice. Ils sont aveugles et sourds. Savent-ils ce qu’ils font ?

– Ceux que J’appelle « engeance de serpent » le savent ! Les autres, ceux qui sont égarés par ignorance et aveuglés de fausses lumières, Mon Cœur fond d’Amour pour eux afin qu’ils ouvrent leurs cœurs à Ma Présence et leurs yeux sur la tromperie savamment orchestrée.

– Alors ?

– Alors, Je suis las et cherche des cœurs pour Me réconforter par leur accueil, car Je ne puis Me résoudre à l’extrémité. Chaque cœur qui accueille Ma Douleur allège le poids du péché de l’humanité et donc atténue d’avance l’effet de ce péché. Je frappe aux cœurs, Je cherche et parfois un cœur s’ouvre, tout grand, où Je viens reposer.

– Repose-Toi en mon cœur, Jésus, je T’aime tant et je suis malheureuse lorsque Tu souffres. N’as-Tu pas assez souffert ? O Jésus, pardonne à l’humanité, pardonne-moi, nos fautes et nos lâchetés.

– Je pardonne à celui qui veut être pardonné. Je ne peux rien pour les autres s’ils ne veulent pas ouvrir leur cœur à Mon pardon.

Petite âme, reste encore à Mon écoute, Mon Âme veut s’épancher sur toi, petite servante. Reste, demeure avec Moi. (Oraison) Merci, petite âme, prend ton repos de la nuit mais demeure encore avec Moi.

 

 

Lundi 13 octobre 2003

– Viens, petite âme, à Ma rencontre, quelques instants. Je suis un Dieu proche et simple, facilement abordable pour qui veut bien abaisser ses défenses et avoir la simplicité de cœur des enfants confiants. Écoute, âme, ton Dieu te parle. Réalises-tu la profondeur de ta joie ?

– Je ne le crois pas, Seigneur, mais j’ai éprouvé « en creux », par l’absence, Ta Présence. J’en connais le goût et le fruit.

– Oui, chaque jour Je te permets de pénétrer dans l’intimité de la vie de Mon Âme, sans même que tu en ais toujours conscience. Oui, tu Me connais. Et qui Me connaît, connaît le Père.

– J’éprouve Tes largesses au cœur de ma vie terrestre et je Te bénis de Tes bienfaits.

– Oui, Je prends soin de toi parce que tu M’aimes et que cet amour que tu M’offres gratuitement console Mon Cœur. Laisse couler tes
larmes, elles sont don de Mon Esprit, elles purifient et apaisent.

– Merci Seigneur, je T’aime.

– Sois bénie, enfant de Mon Cœur.

 

Samedi 29 novembre 2003

– Enfant, veux-tu M’écouter? Alors tends l’oreille de ton cœur et dispose ton esprit.

O Mon âme, Je t’appelle, viens, ne Me laisse pas Seul, Je suis las aujourd’hui, prends Ma tête sur ton cœur comme tu le fais, et caresse Mes cheveux comme faisait Ma mère pour Me réconforter de l’indifférence des hommes. Ta main est douce sur Mon front souffrant. Tes larmes sont rosée sur Mes épines. Mon aimée, ton amour M’est aussi précieux que le fut et l’est encore celui de Jean l’apôtre bien-aimé. Pose tes lèvres sur Mes cheveux, ne crains pas, adore-Moi. Ma mie, si tu savais… Le JOUR du Seigneur vient, il est si proche et si peu ont ouvert leur cœur. Accepte encore le sacrifice de solitude pour Me gagner des cœurs.

– J’accepte, O mon Dieu. Tout, venant de Toi, m’est délice même le calice d’amertume que Tu me présentes.

– Ma douce, tiens ainsi toujours ton esprit en Mon Esprit, et tu seras triomphante de tes penchants et de tes impatiences. Apprends de Moi, douce amie, apprends l’ATTENTE sans fièvre ni douleur mais dans la Paix née de la confiance en la parole de Dieu que Je suis, Moi, le Verbe de Dieu, Fils Unique né de l’Amour du Père. Sois-Moi une consolatrice comme une confidente. Garde un cœur ardent à M’aimer et appelle-Moi dès que tu as besoin de Moi, n’attends pas d’être submergée. Respire en Moi, tire de Moi ton essence vitale et je te fortifierai, t’apportant la Paix pour que tu la rayonnes autour de toi. Le monde a tant besoin de Paix et ne sait pas la chercher là où elle se trouve : dans Mon Cœur. Ma mie, prends ton repos en Moi toujours, laisse-Moi ton cœur encore.

 

Jeudi 4 décembre 2003

– Seigneur, j’ai soif de Ta Présence, de ta Parole et de l’empreinte d’Amour qu’Elle laisse sur mon âme. Pourquoi suis-je si promptement en colère? Pourquoi est-ce que je sens souvent, alors même que j’essaie la patience, la digue céder brutalement, d’autant plus brutalement que j’ai retenu plus longtemps la colère? Ne serai-je jamais un lac serein aux eaux tranquilles ? N’aurai-je jamais assez de Ta paix pour apaiser mon cœur enfiévré? O Christ, mais revêts-moi de Toi, si ce n’est pour moi, pour mon entourage. Quelle est cette colère, Seigneur? Où en est la racine ?
D’où prend-elle sa source, que je puisse, avec Ton aide et Ta Miséricorde, la combler de Ta grâce? Pourquoi mon esprit n’est-il pas en paix ? Pourquoi mon cœur est-il agité? Je deviens intransigeante sur le manque d’obéissance, mais mon péché n’est-il pas pire ? Je ne T’ai pas obéis à Toi, encore je fuis la mission, je ne réponds pas à Ton appel sur ma vie, je n’arrive pas à trancher. Je voudrais être pureté, vivre saintement et trop, trop, trop de défauts saturent mon existence: paresse, gourmandise, colère, impatience. O Seigneur, viens à moi, sauve-moi, aide-moi à n’aimer que Toi, à travailler honnêtement avec constance et joie, à me nourrir sans nourrir mes sens en même temps, mais bien plutôt mon esprit, à pardonner, ô surtout à pardonner, là est la racine de la colère. Père, je T’en prie, par l’Amour de Ton Fils, visite mon cœur et mets-y les pardons que peut-être je refuse. Mets à nu mon âme devant Ton prêtre et
libère-moi de mon passé et donne-moi la force et le courage. O Père, aie pitié de moi. Amen.

– Fille, tu seras exaucée sous peu. Aime et espère en Dieu ton Sauveur.

 

 

 

Messages année 2004

 

 

Mercredi 21 janvier 2004Sainte Agnès

– Seigneur, si je ne suis pas venue converser avec Toi depuis longtemps, j’ai cheminé à Ta suite par la lecture de L’Évangile tel qu’il m’a été révélé de Maria Valtorta. Quel trésor Tu as confié à Ta servante ! Pour moi, je T’ai découvert dans bien des aspects, plus humain et plus divin en même temps. Vrai homme et Vrai Dieu à n’en pas douter. Seigneur je me rends compte du grand don que tu m’as fait, qui est le don de la foi, bien plus important que celui de prophétie et sans lequel le chrétien reste tiède. Je veux brûler d’amour pour toi mon Dieu quand je mesure l’étendue de la souffrance que Tu as supportée, quand je ne suis pas capable de passer une seule journée avec un léger mal de tête.
Toi Seul peut combler l’abîme qu’il y a entre Toi et moi, pauvre âme qui veut être servante et qui n’est capable de rien. O mon Jésus, sentir Ta Présence et Ton Amour…Viens me voir mon Jésus, viens combler mon cœur, viens m’attirer à Toi, viens saisir mon esprit. O Jésus, Christ Seigneur, ne me feras-Tu pas un petit cadeau pour ma fête ?

– Que veux-tu, fille ?

– Ah Seigneur, T’entendre me suffit.

– Que veux-tu de Moi ?

– La Paix, Seigneur, et […], je T’en prie.

– Voici Ma Paix, fille de Mon Cœur, élue de ce Temps, tendre agneau pour son Berger, consolatrice de son Dieu, soulagement de Mon Esprit. Fille, ô fille, sache que Je t’aime et ne doute pas de Ma Présence à tes côtés même si tu n’entends pas Ma Voix.

[…]

– Merci, Seigneur, Tu es grand, trois fois Saint, Reflet de Ton Père sur la terre !

– Fille, si le don de la Foi est essentiel, ne crois pas moins important le don de prophétie. Oh non, car grand, essentiel est ce don de Mon Esprit pour Mon peuple. Grace à Ma Parole transmise par Mes messagers, Je parle à Mon peuple, ainsi Je Suis l’Emmanuel.

Fille, prend ce message pour un de Mes fils prêtre:

 

Fils, accueille Ma Parole de ce jour 

Prépare-toi à ceindre la ceinture 

Prépare le bâton et les herbes amères

Mon Sang veut se répandre

Sur les montagnes et les collines

Remplir les vallées et envahir les eaux

Mon Sang comme un signe

Sur les premiers-nés d’Israël

Mon Sang comme un Sceau

Sur les ruines de Salomon et de David

L’envoi est pour bientôt

Je te bénis au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

 

Fille, viens reposer sur Mon Cœur.

 

Mercredi 10 mars 2004

– Jésus, bonjour ! Pourquoi ne m’appelles-Tu pas à dialoguer avec Toi ?

– Enfant, sans cesse Je t’appelle et toujours Je suis là pour toi. Je t’attends et tu le sais, ainsi es-tu là à l’instant. Lorsque tu ressens le besoin et l’envie de Me parler, c’est parce que ton cœur appelle le Mien en réponse à Mon Appel éternel sur ton âme. Ainsi Je n’ai pas besoin de te convoquer, tu viens. Continue toujours à venir vers Moi en toute confiance car Je t’aime.

– Seigneur, le signe promis à Garabandal, le verrai-je ?

– Oui, petite fille, tu le sais, mais tu ne sais ni quand ni où.

– N’est-ce donc pas encore l’heure de ce signe si attendu, Seigneur ? Tu sais comme nous souffrons dans les douleurs de cet accouchement qui n’en finit jamais.

– Paix, Je sais la lourdeur de noirceur de la chape de plomb qui couvre votre monde et pèse sur vos épaules. Je sais, te dis-Je, car J’ai porté ce poids, pour vous, au Golgotha et sur le bois de la Croix.
Toi, tu sais que ce monde va basculer, bousculant toute haine et noirceur d’âme. Tu sais et tu souffres. Le grand combat des fils des ténèbres contre les fils de la Lumière approche. Le bruit des armes que l’on fourbit s’entend déjà de-ci, de-là. Prêtez l’oreille à ces bruits et préparez-vous car plus rapide que l’éclair l’assaut fondra sur vous. Que font vos gouvernements dans cette préparation au combat décisif ? Ils atermoient, ils balancent, ils hésitent, à l’heure où il faudrait être ferme et tranchant. Toute autorité nationale sera bientôt bafouée sur votre sol et la quasi-totalité des instances bien-pensantes de votre pays apostat applaudira à tout rompre. Vous continuez à refuser Ma Croix et Mon Sacré-Cœur, vous aurez le sang de l’Agneau. Et vous aurez la peste et la peur, la guerre et l’effroi. Ma Terre tremblera car vos cœurs n’ont plus la sainte crainte de dieu. Des terres rompront leurs amarres comme vos cœurs ont rompu les leurs. Oui, vos cœurs amarrés à Mon Cœur, Le refusent, et larguent leurs amarres, ainsi de Ma Terre et de ses habitants. Cette petite âme qui transmet Ma Parole n’aime pas entendre Mon Courroux, et il ne s’adresse pas à elle pourtant. Que ne tremblent ceux qui se lèvent contre Mon Cœur et Son Droit sur votre nation ! Oui, J’ai un Droit de Royauté sur votre nation et Je le revendiquerai à travers Mes enfants restés fidèles.

Fils et filles de France, que soit fait à nouveau un vœu national, en faveur du Christ-Roi. Encore et encore, Je veux faire alliance avec ce pays. Oui, Je parle d’un grand mouvement de redressement de la France, des fondations à l’éclosion de la grâce à travers ses filles et ses fils. Que le vœu national s’accompagne d’une nouvelle constitution conforme à Mes commandements de toujours et à la fidélité vis-à-vis de votre Dieu, Père Créateur. Qu’enfin ce beau pays de France rayonne Ma vraie Lumière et non les lumières si éphémères d’un siècle athée qui n’a ébloui que les âmes enténébrées. Hauts les cœurs, amis, ne baissez ni la tête ni les bras devant l’état de désastre désormais visible dans lequel se trouve votre pays. Ayez foi ! Votre nombre est dérisoire, vos forces encore plus ? Que votre esprit jubile en Dieu votre Sauveur car Saint Michel, le Chef du grand combat descend vous aider avec ses légions angéliques. Que la noirceur du ciel ne vous cache pas le soleil de Justice ! Son éclat traversera la masse nuageuse la plus dense : l’homme ne peut rien face à la Splendeur de Dieu. Ce que la main ne peut plus faire étant déjà liée, l’Esprit peut le faire.

Fils et fille de France, refusez de vous laisser anéantir. Ne cédez pas à la facilité qui consiste à se désintéresser des problèmes puisque «de toute façon, on n’ y peut rien». Votre Dieu vous dit: «Vous pouvez tout, avec Moi». Ne laissez pas vos «grands» ‒ en Vérité, ils sont plus petits que vous dans la Main de Dieu – décider de votre destin à votre place. Ne laissez pas les chiens aboyer sans réagir: ils ne vous mordront pas. Que la voix de Mes enfants s’élève par-dessus le fracas médiatique. Chassez les marchands du temple, poursuivez les impies, que la Vérité se fasse aux yeux de tous. Ma colère mettra à nu leurs âmes mesquines et perverses et Ma Justice confondra les traîtres. Ils ont conduit votre pays à l’asphyxie, encore un peu et le gouffre dans lequel ils vous poussent vous aspirera. Il semble qu’une ouate chloroformée ait endormi tous les esprits!

Vous, au moins, priez et agissez afin de ne pas vous laisser endormir. Ne soyez pas dupes, ne soyez pas naïfs, ne confondez pas sentimentalisme et Charité, belles paroles et Vérité, gestes ostensibles faits pour la foule et action véritable, fausse paix et Sagesse, projets humains et Plan de Dieu. L’adversaire joue sa dernière carte, il brûle ses dernières singeries, jette tous ses feux dans la bataille. Ne soyez pas aveugles. N’acceptez plus les promesses non tenues, la Vérité doit éclater. Et Je vous le dis, si la recherche de la Vérité et de la Fidélité doit déclencher le grand combat, n’en ayez pas peur. Il n’est plus le temps des atermoiements et des compromissions. Voici le temps de faire triompher la Vérité.

Fils et filles de France lancez-vous dans la bataille pour votre Dieu, corps et âme, portez haut les couleurs de Mon Sacré-Cœur. Saint Michel et ses cohortes vous rallieront au cri de Ma Mère: FIAT! L’archange de la grande bataille de ce temps est déjà à genoux au pied de Son Seigneur, attendant Son ordre: Fiat! Toutes ses légions prêtent serment d’un seul cœur à la Vérité. Le Ciel s’entrouvre pour les laisser passer, ces fiers cavaliers. La France a un sursaut lorsqu’ils s’abattent sur son sol telle une nuée.
Le martèlement des sabots de leurs chevaux fait frémir l’air et jaillir l’éclair. Enfants de France, suivez-les! Obéissez au cri de celui qui sortira de la nuée, un homme celui-là, que le Nom de Dieu aura saisi au point qu’on le croirait appartenir à l’armée céleste!

FIAT

MARANATHA, viens Seigneur Jésus.

Fille, transmet ceci au petit père, qu’il le fasse connaître largement, car Ma Parole doit se répandre maintenant.

 

Mercredi 24 mars 2004

– Fille, que Ma Voix qui tonne ne te fasse pas oublier Mes murmures d’Amour qui s’adressent à chaque âme au secret de son cœur. Si Ma Voix tonne à l’encontre des nations apostates, Elle se fait tendresse pour tous Mes enfants égarés. Si Ma Voix dénonce le péché, Mon Cœur fond pour le pécheur, car Je « ne veux pas la mort du pécheur mais qu’il se convertisse ». Il s’agit de la mort de l’âme et non de la mort physique, tu l’auras compris. Je ne veux pas qu’un seul de ces petits qui sont les Miens ne se perde. Mon Vouloir divin est de ramener au Bercail tous Mes enfants dispersés : un seul troupeau, un seul berger. Le berger de votre temps est rudoyé chaque jour par des cohortes sataniques qui l’encerclent toujours plus dangereusement. Il chancelle sous leurs crocs mais ne tombe pas, car Ma Puissance le maintient. Que Je retire Ma Puissance et il tombe… Ce jour viendra, Je cueillerai alors son sacrifice dernier et Mon Jour ne tardera plus, ce Jour sans lendemain dans l’Histoire. Un nouveau temps, une nouvelle histoire s’ouvriront alors pour Mon peuple : tribulations diverses et triomphe final. Court est le temps qui reste pour consommer le sacrifice du berger d’aujourd’hui. Courts, oui très courts sont encore les jours de la Bête, cependant elle rugit plus que jamais sachant sa fin proche.

– Seigneur, court, pour Toi qui dis: «mille ans sont comme un jour», c’est souvent long en temps humain, terrestre…

– Aujourd’hui, court est le temps pour VOTRE façon de compter les jours.

Maintenant, fille, permets-Moi de te confier Ma Parole destinée à Mes enfants: Enfants, afin que le vœu national que Je demande puisse prendre racine dans votre pays, Je vous demande une consécration particulière de vos personnes, de vos familles et de vos biens au Christ-Roi que Je suis. Que vos âmes aspirent chaque jour un peu plus à Mon Règne divin sur votre pays. Soyez ceux qui, par leur offrande totale et confiante, permettront à Mon règne de Christ-Roi de descendre sur la fille aînée de l’Église.

Enfants, à travers cette demande, Je veux rétablir Mon Alliance avec votre pays. Ne décevez pas Mon Cœur, ne retardez pas Mes plans. Je vous aime et Je mendie votre amour. Christ-Roi de vos âmes et de votre nation, Je le serai pleinement par votre adhésion à Mes plans divins.

Que la Joie divine soit en vos cœurs dés aujourd’hui et pour toujours.

Jésus, Christ et Seigneur

Roi des rois

 

– Ta Parole, Seigneur, me donne joie, joie et espérance, sauve Ton peuple et merci de Ta confiance.

– Fille, envoie ceci à ton petit père pour vérification puis ne tarde pas à faire connaître Ma demande. Reviens m’écouter en soirée, J’ai encore des choses à te dire.

– Oui, mon Jésus, à tout à l’heure.

(Dans la soirée)

– Seigneur, me voici comme Tu me l’as demandé.

– Viens, Mon enfant, toi qui bénéficies des trésors de Mon Père, viens en Mon cœur. Ces trésors dorment, car tu n’y puises que très peu. Les réserves d’Amour du Cœur de Mon Père sont inépuisables. Appelle l’Amour de Mon Père sur le monde afin que toujours plus de cœurs se convertissent. Fais-toi intercesseur pour le monde auprès de mon Père. Tu le peux en qualité de consolatrice de Mon divin Cœur. Qui console Mon Cœur dispose des trésors de Mon Père.

– Que dois-je faire, Seigneur?

– Invoque Mon Esprit-Saint d’Amour et de Paix sur le monde en accueillant dans ton cœur l’Amour de Mon Père et en le répandant ensuite en esprit sur Ma Terre et sur chaque créature. Tu seras canal pour la grâce de Miséricorde de ce Temps.

– Que mon cœur brûle toujours plus à ton service!

– Oui, ton cœur brûlera à l’invocation de Mon Esprit-Saint, ce sera le signe de Ma Présence en toi. Tu répandras cette brûlure, ce Feu d’Amour sur Ma Terre aride et telle une ondée bienfaisante, elle refleurira. Puise dans les trésors de Mon Père. (Oraison)

– Père, maintenant je le sais, Tes Trésors d’Amour m’appartiennent, car j’ai été arraché de Ton Cœur pour être jetée sur la Terre pour l’amour de Ton service. O Père, maintenant je sais pourquoi Tu m’as envoyé. Non, Père, Tu ne m’as pas abandonné, je porte en mon cœur le souvenir des verts pâturages où Tu me fis reposer. Père, que les flots continus de Ton Amour se déversent sur la Terre à travers mon pauvre cœur arraché à Ton Cœur tel un lambeau meurtri. Que ma douleur de fille aînée guérisse le reste de ma génération. Que ma race Te console à jamais. O Père, que les cinq plaies de ton divin Fils ouvrent le Règne Saint de Ta Majesté. Puissance et gloire à Ton Nom. Abba, l’Esprit témoigne à mon esprit que Tu es Père à jamais! O Père Saint, que ton Esprit illumine le monde que Ton Fils a sauvé! Jésus, ma main gauche me brûle mais pas mon cœur, qu’est-ce que cela signifie?

– Tu portes ton cœur dans ta main, comme J’avance vers vous Mon Cœur sur Ma Main (Tu as lu cette expression dans La Vraie Vie en Dieu, souviens-t-en), car offert pour vous. Les larmes qui coulent de tes yeux attestent que tu travailles à Mon Royaume. Continue de répandre le Feu de Notre Amour et tes larmes sur ta génération, et tu verras les Merveilles de Dieu.

– O Dieu d’Amour, comment tous tes enfants peuvent-ils T’ignorer? Qui résistera à la Puissance de Ton Feu d’Amour?

La Joie, Père, c’est de se consumer dans Ton Amour par amour! O Père, répands cette Joie divine sur Ta Terre avec l’Amour et la Paix! J’entrevois les Cieux nouveaux et la Terre nouvelle!

 

Vendredi 16 avril 2004

– Viens, Mon âme, viens à la rencontre de ton Dieu d’Amour. Viens, aimée de Mon Cœur, poser ton fardeau. Il n’est pas personnel ce fardeau, c’est le poids des misères et des infidélités du monde. O fille, comme Je souffre de cette humanité qui va au gouffre dans une volonté d’ignorance comme il n’y en eut jamais. Je souffre et tu souffres avec Moi. Je ne te veux pas aveugle aux affres du monde, mais ton fardeau, viens le déposer en Mon cœur. Tu ne peux le garder sans ployer, or toi aussi Je te veux forte. Forte de Ma Force, agneau, pas endurcie. Verse tes larmes, enfant, sur l’inéluctable, et espère en Dieu Sauveur. Sans espérance, personne ne tiendra face aux événements qui accourent vers vous comme une meute assoiffée de crimes et de sang. Oui, fille, tu dois préparer ton cœur et l’affermir en Mon Cœur pour les temps qui viennent. Sois dans la joie, petite fille, car l’Emmanuel descend prendre possession de Sa Terre et des cœurs qui l’habitent.

– Mon âme espère le Seigneur… Tu sais l’espérance qui habite en mon cœur, Seigneur, tu sais comme je T’aime et comme j’espère en toi pour le monde et pour la Paix dans le monde. Dès le premier jour j’ai porté devant Ton Trône l’humanité pour la Paix que toi Seul peut donner. (C’était en avril 1998 lors d’une retraite, j’étais, en vision, devant le Trône de Dieu et Il attendait et permettait toute demande devant Sa Face et, puisque j’étais là, j’ai intercédé pour la Paix dans le monde et pour tous les hommes).

 

Vendredi 30 avril 2004

– Écoute, fille, et tend l’oreille, ton Dieu te parle. Je suis Jésus ton Seigneur et Roi, Je suis l’Alpha et l’Oméga, prête l’oreille à Ma Voix.

L’orage gronde, le vent se déchaîne, la terre tremble: voici l’ultime temps de la purification qui est Miséricorde de Mon Cœur. Oui, fille, bien qu’aucun de Mes enfants ne veuille l’admettre, ce temps aura sa fin dans peu de temps maintenant. La Justice prévaudra, car la Miséricorde a soufflé sur toute la Terre et si peu se sont convertis, si peu ont compris ce temps de grâce, si peu M’ont ouvert la porte de leur cœur. L’Amour-non-aimé que Je suis continue d’intercéder auprès du Père pour vous cependant que son Courroux grandit devant l’indifférence avec laquelle on accueille Son Fils. Ceux qui refusent d’ouvrir les yeux aujourd’hui ne verront rien demain. Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu. Les ténèbres et l’asphyxie iront grandissantes, la confusion sera à son comble.

Petite fille, viens reposer sur Mon cœur, car Je t’aime.

Jésus

Mardi 4 mai 2004

– Fille, c’est Marie qui te parle.

– Oh, Mère…

– Sois en paix puisque tu as l’Amour de mon Fils avec toi. Fille, ton pays me rejette aujourd’hui comme aucun peuple ne l’a fait au cours des siècles alors même que nul peuple ne fut plus visité par moi sa Mère. Fille, mon Cœur saigne aujourd’hui.

– O Mère, ta douleur…

– Fille, ton pays…la Fille aînée de l’Église née du Cœur de mon Fils… la France que j’aime… Elle me trahit et la douleur envahit mon Cœur de Mère, car je sais le courroux divin qui s’accumule contre elle, la fille désormais apostate. Oui, dans ton pays, aujourd’hui, l’apostasie est consommée. Mais, qui servent-ils, ceux qui murmurent aujourd’hui le NON SERVIAM de toujours? Oh, l’épée des douleurs s’enfonce un peu plus dans mon Cœur de Mère. Les larmes brouillent mes yeux, la douleur m’oppresse.

– Mère bénie, comment t’aimer ? Oh ta douleur… ton angoisse de Mère… ton Cœur déchiré, lacéré par la lame…

– Mon Cœur saigne. Petits enfants de France, veillez pour ne pas entrer en tentation à l’heure ténébreuse qui s’approche de vous. Veillez et priez. Faites partout des nuits d’adoration eucharistique en réparation des douleurs infligées à mon Cœur maternel et au divin Cœur de mon Fils uni au mien. Que le premier mardi du mois soit réservé. Je charge mes fils prêtres de répandre ma demande auprès de mes enfants. Merci de répondre à mon appel afin d’être forts aux jours de confusion.

 

Mercredi 2 juin 2004

– Jésus…

– Viens, Mon âme, approche de Mon Cœur, Je t’attends tu sais. Petite fille, ne te torture pas, Je n’agis pas en comptabilisant mais en aimant toujours. J’attends chaque âme à tout instant. Rejoins-Moi souvent pour ne pas t’essouffler spirituellement.

– Jésus, je crois que j’ai du mal à assumer tout ce que je sais des événements qui doivent arriver. L’attente et l’inconnu me font peur et en même temps j’en suis à me dire que le pire serait que rien n’arrive. Il faut que ce monde passe car on y étouffe. Seigneur, parle-moi.

– Les jours de l’Attente sont Miséricorde, petite fille, et les larmes que tu verses, participation à Mes souffrances. J’attends le cœur des hommes. J’utilise tous les moyens pour toucher les cœurs. Je vous envoie Ma Mère, avant que le Chef de Mes armées n’intervienne. Le Jour paraît. Ne doutez pas, Mes enfants, ayez foi en votre Dieu. Priez pour rester dans l’espérance et la confiance. Ne redoutez pas les événements qui s’annoncent, J’ai promis protection et abri. Mes amis n’ont rien à craindre. C’est la Joie du Ciel sur la Terre qui vient pour ceux qui M’aiment. Ayez confiance.

Petite fille, le temps de l’incertitude touche à sa fin. Les événements vont se mettre en place pour te montrer sans doute possible la voie à prendre. Accepte de partager Mon sentiment de solitude devant les déserts que sont beaucoup de cœurs qui n’attendent pas l’Amour que Je suis. Partage Ma solitude. Console-Moi.

– Pardon, Seigneur, je me morfonds sans raison sans m’élever à Ta Présence et à Ton Cœur d’Amour qui souffre. Je T’aime, mon Jésus, je suis égoïste et égocentrique. Brûle mes défauts au Feu de Ton Amour, mon Seigneur. Consume mon cœur, qu’il T’aime pour cent ou mille s’il le faut.

– Mon âme, perçois Mon Cœur, ce Cœur qui a tant aimé le monde et qui continue de l’aimer. L’heure du décret de Mon Père se rapproche. L’heure, pour l’homme, de se prononcer pour ou contre son Dieu, avance. Heureux ceux qui ont trempé leurs vêtements dans le Sang de l’Agneau. Amen.

Jésus

 

Mardi 2 juin 2004

– Mon enfant, écoute, écoute Ma Voix qui te parle. Ouvre-Moi ton cœur. Petite fille, quand tant de cœurs ne veulent pas de Moi, toi accueille-Moi.

– Bien sûr, mon Jésus, viens, je T’aime. (Larmes)

– Merci, petite fille, de ta tendresse qui console Mon Cœur angoissé. Prends ton repos de la nuit maintenant. Je te bénis.

Jésus

 

Dimanche 20 juin 2004

– Jésus, je Te présente une demande concernant l’Europe qui a fait le choix de gommer toute référence chrétienne sous la pression notamment de la France.

– Tu Me parles de l’Europe… Je te réponds: L’Europe a apostasié officiellement et, oui, la fille aînée est la principale instigatrice de ce reniement. Pauvres peuples d’Europe, sans Dieu, sans âme, sans guide, à la merci des hordes qui se tiennent prêtes depuis longtemps. Quelle douleur Mon Sacré-Cœur a reçu de Sa fille aînée, le jour même de Sa fête! Quelle tristesse, quelle peine…
Pourtant, va en Paix, Je te bénis.

 

Mardi 29 juin 2004

– Jésus, je déteste cette inadaptation totale à la solitude que je manifeste visiblement: je ne sais plus gérer mon temps, ma nourriture ni ma vie. Je me sens mal. Jésus, je t’en prie, Toi, tiens-moi compagnie, ne me laisse pas seule avec moi-même. J’ai besoin de parler à quelqu’un et de me savoir aimer. Je suis sûre que nous T’avons obéi, cependant l’angoisse rejaillit. 

– Fille bien-aimée du Père, apaise ton cœur, tout est dans Ma Main et ta vie aussi. Tu mesures combien tu M’es attachée et Je te bénis de t’être si rapidement tournée vers Moi au lieu de te laisser sombrer un peu plus. Mon âme, la prière est ta nourriture, commence toujours par là, par l’intériorisation qui te met en Ma Présence. Fille, avance avec Moi vers la connaissance de demain: le temps se rapproche, il est palpitation d’Amour et réponse de haine, la tension est de plus en plus terrifiante entre les deux et la rupture est inévitable. Fille, prépare-toi à la rencontre, car elle vient l’heure de joie des enfants de Dieu qui sera aussi terrible pour Ses ennemis. Que d’hommes abritent la haine et sont ennemis de Dieu. Ils blessent Mon Sacré-Cœur, ils bafouent l’honneur de Ma divine Mère. Que de souffrance pour un peuple ingrat et oublieux…

– Jésus, mon Jésus, quand tout cela sera-t-il terminé? Je suis fatiguée, je m’épuise et je ne vois pas le bout: l’espérance de Ta promesse. Cependant, Tu le sais, j’attends tout de Toi et je crois.

– Oui, fille, la vie en ce monde est épuisante car elle ruine l’âme au lieu de la nourrir. Les caresses et l’amour de Ma Mère sont très vivifiants en de tels moments. Tourne-toi vers elle avec confiance, elle ne déçoit jamais et elle réconforte.

– O Marie, donne-moi la force d’âme qui me manque et le don de la prière.

 

Mercredi 30 juin 2004

– Merci pour cette journée, Seigneur.

– Je te bénis, petite âme, de venir Me parler quand presque tous ont oubliés Mon existence et quand les autres s’acharnent à Me nuire dans le cœur de Mes enfants. Ta joie console Mon Cœur, petite fille, et ton âme réjouit Mon Cœur. Ma perle, Je vais bientôt devoir t’abriter dans l’écrin que J’ai choisi pour toi. N’aie pas peur, Je serai toujours avec toi. Ma tente est partout. Je t’enverrai des amis de Mon Cœur et tu ne seras pas seule.

– Jésus, la menace me concerne-t-elle en tant que Ta secrétaire?

– Pas seulement parce que tu es Ma secrétaire mais plutôt pour le contenu des écrits que Je t’ai donnés, pour les annonces prophétiques qui se réalisent.

– Alors, c’est encore Toi qu’on rejette!

– Oui, c’est Moi qui suis rejeté. Ne crains pas, Mon âme, ne fais rien sans m’en parler. Ne prends pas de contact. C’est Moi qui établis les contacts lorsque Je les souhaite. Je ne laisserai pas quiconque s’approcher de toi que Je ne le veuille.

– Merci, Jésus, de m’éclairer et de veiller sur moi.

– Je te bénis, petite fille, prends ton repos de la nuit.

 

Jeudi 12 août 2004

– Jésus…

– Je t’attendais Mon âme. Viens avec joie converser avec ton Dieu.

– Seigneur, Tu es toujours là!

– Mon enfant, écoute Ma voix au fond de ton cœur et prête l’oreille à Ma Parole : le Saint approche, proche est LE jour que tous Mes enfants attendent : Jour de délivrance et de joie, Jour où l’espérance sera justifiée. Votre Dieu, siégeant, se présente à chaque âme. Toute âme défaille, de sainte crainte de Dieu et d’Amour pour Mes enfants, de terreur et de haine pour Mes ennemis et pour ceux qui les suivent.

Enfant, écoute encore : voici venir les ténèbres sur ce monde. Épaisses et noires, seront ces ténèbres, et ténébreux ce temps dans l’attente de Ma Gloire.

– Seigneur, Tu sais quel martyr moral supporte Tes enfants qui vivent dans ce monde et dans l’attente de Ton Jour. (Interruption car dérangement extérieur)

 

 

Jeudi 19 août 2004 (Chez le petit père)

– Viens, enfant, rejoindre Mon Cœur dans la sainte adoration de Mon Corps livré pour vous. J’ai subi à M’en user le cœur ce martyr moral dont tu Me parlais l’autre jour. Plus qu’aucun autre J’ai ressenti l’amertume et la douleur de ce monde désordonné par la chute dans le péché. Mon Cœur est, était et sera toujours en Paix dans un monde revenu à Dieu son Père, dans un monde de frères où chacun aime son prochain comme lui-même. Mon enfant, soit dans l’espérance car, oui, Je te le dis encore aujourd’hui, Mon Jour vient qui comblera les cœurs affamés.

– O Jésus, mon âme crie vers Toi, un cri douloureux mais plein d’espérance, un cri muet pour le monde mais audible dans Ton Invisible. Que les cris de Tes enfants, Seigneur, émeuvent le Cœur de Notre Père et que vienne Ton Règne de gloire, d’Amour et de Paix ! O Jésus, comme le lent martyr de nos âmes en ce monde use nos cœurs de chair mais ouvre nos cœurs spirituels à Ta Présence !

– Oui enfant, Je Me rends présent à vos cœurs plus qu’en aucun autre temps, mais si peu sont attentifs. Et pourtant, un germe est né, qui ne demande qu’à croître sous Ma direction de Bon Pasteur. Un germe qui est l’Espérance de demain. Et ce germe, planté dans la bonne terre de vos cœurs – bien labourée par les épreuves consenties et offertes – deviendra Cité sainte et agréable à Dieu.

– Seigneur, Tu nous combles de grâces! Quelle joie de vivre en Ton intimité.

Aujourd’hui Seigneur, je prends conscience du cadeau inouï que Tu me fais et qui valait largement les épreuves et douleurs rencontrées. Jésus, donne à chaque âme cette joie de la Rencontre avec Toi, cette joie de la Parole vivante en nos cœurs.

– Le Jour vient, et il est proche, où chaque âme fera cette Rencontre d’Amour et de Paix. Viens Me rejoindre maintenant en Ma Présence Eucharistique. Amen

Jésus

 

Dimanche 12 septembre 2004

– Paix, Ma fille, Je sais ta fatigue. Je te remercie de répondre à Mon appel. Mon âme, Je veux te faire ressentir Ma Présence à tes côtés. Je suis ton Dieu et Je t’aime, car Je suis l’Amour. Je veux vous mettre sur le chemin préparé pour vous par Mon Amour. Ce chemin vous sera clairement indiqué dans peu de temps maintenant. Les événements parleront d’eux-mêmes. Ayez confiance en Moi. Mes enfants, Je vous bénis. Amen.

Jésus

 

Vendredi 17 septembre 2004

– Le désir de Me servir pour Ma Gloire et la grandeur de Mon Nom vous presse et c’est là un motif de joie pour Moi, car J’aimerais qu’ils soient plus nombreux ceux qui vous ressemblent. Cependant, enfants, comprenez qu’aujourd’hui le Temps est comme figé par la froideur que Mon ennemi et le vôtre répand dans les cœurs. Le temps est figé, la main de Justice de Mon Père pèse au-dessus de ce monde glacial, cependant rien ne bouge, un silence assourdissant règne, un silence stupéfiant, un silence oppressant : où sont les fiers soldats du Roi de France ? Où sont les preux prêts à se lever pour la défense du Royaume ? Mes enfants, où sont vos cœurs ? À vos affaires ou bien aux Miennes ? Je n’entends pas l’immense clameur qui devrait monter à Mes oreilles pour votre délivrance. Je n’entends pas la France crier vers Moi. Que fait-elle ? Elle pavoise. Elle illusionne. Elle se félicite. Elle erre, éternelle prétentieuse. En un mot, elle se perd. Volontairement, sciemment, par révolte contre son Roi que Je suis. Vais-Je tolérer cela longtemps, songes-tu ? Non, Ma fille, non, Je te réponds, Moi ton Roi de Gloire, que Ma Justice va passer sur ce royaume aux sujets aveugles et muets. Que fera-t-elle, Ma Justice ? Elle jugera, elle soupèsera, elle renversera, elle élaguera. Ma Justice passera et Mon Royaume sera purifié. Et Je serai Roi et Mon peuple M’acclamera pour Ma Miséricorde, car Justice et Miséricorde sont les deux tranchants d’une même épée.

 

 

Mercredi 6 octobre 2004

Suite à une question concernant la mise en place du Nouvel Ordre Mondial (N.O.M., antithèse du Verbe incarné: le NOM au-dessus de tous noms!) et la micro puce.

– Enfants, Je laisserai Mon ennemi avancer ses plans infernaux jusqu’à ce que Je l’arrête et Je briserai son orgueil et celui de cette génération perverse. Mes Plans d’amour sur le monde, loin d’en être retardés en seront précipités par l’effet d’un mystère proprement divin! Lorsque vous verrez tous ces signes que Je vous ai annoncés, réjouissez-vous, car le jour de Mon retour est proche. Oui, enfants, réjouissez-vous de ce que le monde, mystérieusement, courant à sa perte, se jette dans Mes Bras! Enfants, la domination est déjà là, dans les cœurs, ainsi la micro puce n’est-elle qu’une matérialisation de cet état de fait. Le pire est déjà réalisé. La domination spirituelle a précédé la domination matérielle, alors ne craignez pas, le pire est déjà là en ce qui concerne la domination des populations. «La Vérité vous rendra libre». et Je suis la Vérité ! Je sauverai ce monde et J’attirerai à Moi tous Mes enfants. Pour les autres «il y aura des pleurs et des grincements de dents». Réjouissez-vous, soyez dans l’Espérance, votre délivrance est proche. Je vous bénis au NOM du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Jésus

Mardi 12 octobre 2004

– Seigneur, veux-Tu me dire quelque chose aujourd’hui?

– Fille, Je suis la Parole et Je Me donne toujours, alors oui, à chaque instant Je veux M’entretenir avec ton âme. Je sais que tu aspires au repos de la nuit, mais accorde-Moi un moment. Je suis las et seul, Mon Cœur saigne devant la haine déployée chaque jour contre Ma Parole et Ma Loi…

– O Jésus, laisse-moi Te consoler, viens sur mon cœur, mon Dieu, que je Te berce comme le faisait Ta sainte Mère. Mon Jésus, quand donc cesserons-nous de Te tourmenter par nos péchés? O Jésus!

– Merci fille de tes consolations. Merci de rester un moment avec Moi qui suis LE grand oublié de vos vies vaines et agitées. Mes pauvres enfants!… Mes pauvres enfants perdus et éperdus, qui donc vous sauvera si ce n’est Moi votre Dieu d’Amour, de Miséricorde et de Bonté? Qui d’autre peut vous sauver? Mais tournez-vous vers Moi! Mais demandez-Moi Mes Grâces! Mais repentez-vous et ne péchez plus contre Moi et contre l’Esprit-Saint qui habite en vous!

Petite fille… Je t’aime… prends ton repos et toi au moins, ne M’oublie pas. Je te bénis au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Jésus

 

Dimanche 21 novembre 2004

– Seigneur, me voici.

– Amen fille, tu as entendu Ma Voix. Je suis le Seigneur ton Dieu. Écoute et écris pour ton Dieu et Père :

Moi, le Seigneur des Nations, Je jette un anathème sur toute la surface de la Terre. Oui, Ma Voix tonne et résonne au-dessus de vos têtes. Prenez garde, générations perverties, car votre Dieu tient dans Sa Droite les traits enflammés de Sa Colère. Nul souffle sur la Terre ne demeure sans Moi, comment avez-vous pu l’oublier ? Je suis votre Dieu, le Dieu des Nations et le Dieu des Armées. Ma Colère s’enflamme contre vous et vous jouissez, inconscients de la tempête qui se prépare. Maître des Nations, Je le suis et Je le montrerai à la face des peuples. Ma Loi s’étend d’âge en âge et vous en faites fi. Génération perverse, repends-toi, reviens à Ma Loi immuable et reconnais Ma Paternité Universelle. O Mon peuple, supplie-Moi à genoux, plaide pour tes frères égarés afin que s’atténue Ma Colère.

– Seigneur, permets-moi de te dire que nous partageons Ta Colère devant les désordres et les désobéissances à Ta Loi, mais comme Tu ne veux pas la mort du pêcheur mais qu’il se convertisse, alors oui, nous prierons qu’ils tournent leurs cœurs vers Toi.

– Petite fille, Je sais que tu partages Ma Colère et beaucoup de tes frères aussi. Partagez aussi Ma Justice et comprenez que Ma colère n’est juste que parce qu’assortie d’exhortations incessantes à la conversion. Mais voici l’Heure! Que celui qui a des oreilles entende! Petite fille, prends ton repos de la nuit et reçois Ma Bénédiction paternelle comme une rosée rafraîchissante sur ton âme. Demeure ainsi aimante et fidèle car c’est ainsi que Je Me complais avec toi.

– O Père… Père, je suis si indigne de Ton Amour. Merci Père de m’avoir visité ce soir. Je T’aime.

– Prends ton repos en Paix. A bientôt.

Ton Père

 

Vendredi 26 novembre 2004

– Seigneur, je voudrais me mettre en Ta Présence et goûter Ton Amour, je voudrais qu’ainsi sans cesse mon âme soit tournée vers Toi. Je te rends grâce pour cette journée.

– Petite fille, pourquoi es-tu heureuse aujourd’hui?

– J’ai la sensation d’avoir bien travaillé, d’avoir mis de l’ordre et j’ai pu méditer au milieu de la journée.

– Oui, tu as été active et te voilà sereine, tu ressens là la satisfaction du juste, équilibré dans son devoir d’état. Petite fille, ton temps de relatif repos est terminé. Je t’envoie à Mon service auprès de tes frères: répands Ma Joie autour de toi, telle est la voie de l’Amour et c’est celle des humbles et de ceux que Je cache.

– Seigneur, maintiens mon âme au plus près de Ton Cœur, fais que je tourne mes regards vers Toi dès que je me sens angoissée, car auprès de Toi et sur Ton chemin se trouvent ma paix et ma joie. Seigneur, Tu sais combien j’aimerais être déjà auprès de Toi pour l’éternité. Mais Tu sais aussi que je veux accomplir le chemin sur Terre que Tu m’as préparé.

– Petite âme de Mon Cœur, repose-toi en Moi. Amen.

Jésus

 

Samedi 27 novembre 2004

Suite à une question concernant l’anathème.

– Jeter un anathème, reviens à trier le bon grain de l’ivraie, ce qui n’est fait qu’une fois la moisson levée. Un anathème détruit ce qui n’est pas de Dieu. Le temps de grâce de la purification personnelle est passé, le temps du jugement des Nations approche. Le souffle divin passera sur chacune et secouera l’aire.
Les fétus de paille s’envoleront par ce souffle, le bon grain restera sur l’aire purifiée. L’anathème, c’est le jugement de Dieu, Maître des Nations. La Vérité sera révélée et ce qui est obscur aujourd’hui deviendra clair pour tous. Derrière les entreprises humaines de destruction, sachez avant tout débusquer le vrai ennemi de l’homme: l’ange rebelle. Le nom des groupes à travers les âges a varié, mais non le dessein pervers du maître du mensonge! Et aujourd’hui comme hier, il se trouve de Mes ennemis jusque dans Mon Église. Ils sont tous de la synagogue de Satan, les fils rebelles. Le passé est mort, seul l’avenir est à construire, à construire avec Moi. Le grand combat annoncé n’est pas très éloigné de vous. Patience, l’Heure vient. Oui, patience car la précipitation est mauvaise conseillère et fausse les jugements. Je suis lent à la Colère, mais le Feu purificateur passera. Amen.

YHVH

 

Mercredi 1er décembre 2004

– Tu veux me parler, Seigneur ?

– Mon enfant, prête l’oreille à la voix de ton Père : ce monde va passer comme passe le sable poussé par le vent. Ce monde va passer, mais Ma Parole ne passera pas. Ma Parole est stabilité dans la tempête. Rien ne doit t’ébranler des événements, car Ma Parole t’a averti de tout ce qui doit venir sur ce monde. Ma Parole est Vérité, elle est certitude. Ma Parole est immuable. Je suis le même, aujourd’hui et à jamais. Garde confiance en Dieu. N’aie pas peur de ce qui doit venir. Mon enfant, ton Dieu veille sur toi, garde ton âme au plus près du Cœur de Jésus. Mon enfant, à bientôt. Amen.

 

 

Mardi 7 décembre 2004

– Tu m’appelles, Seigneur ?

– Oui, petite âme, Je t’appelle et tu réponds. Écoute, petite fille de Mon Cœur, car Mon cœur déborde d’Amour pour toi. Le temps de la mission est en route. Réjouis-toi, toute belle, car ton Dieu se fait proche.

– Noël, Noël, c’est le temps de l’Avent.

– C’est le temps de l’Avent où la Tendresse de Dieu se répand dans l’Histoire. Le nouvel Avent approche. Le temps est arrivé. Réjouissez-vous montagnes et collines, exultez vallées et prairies. Noël, Noël! Enfant, Je te bénis, prends ton repos de la nuit.

Jésus

 

 

Dimanche 12 décembre 2004

– Mon Nom retentira bientôt sur les Nations et Mon Joug s’appesantira sur les peuples. Grâce sera donnée à ceux qui M’aiment. Mon fléau s’abattra sur tous: certains se soumettront, les autres périront. Se soumettre signifie se soumettre à Ma Volonté, reconnaître Mon Droit sur les Nations et Mon Droit sur chacune de vos âmes. C’est accepter Ma Loi et accueillir Ma Parole. Mes enfants, laissez germer votre vocation en vos âmes, restez à l’écoute de Ma Parole, creusez en vous le lieu de silence où Dieu parle et se communique. Canalisez sereinement et calmement les élans intérieurs et les désirs de vos cœurs, conformez-les à Ma Parole, et vous saurez comment agir, car vous agirez pour Moi selon Ma Parole.

Petite âme, reçois Mon tendre Baiser de Paix pour ton service et reste dans Mon Cœur, lieu de ton repos. Je te bénis.

Jésus

 

Mercredi 15 décembre 2004

– Tu le vois, tu le sens : le temps s’accélère. C’est l’effet du pacte fait par vos gouvernants avec Mon ennemi qui est aussi le vôtre. Désormais, lui seul gouverne le navire France qui prend eau de toutes parts : craignez le pire ! Il ira, jusqu’à ce que Je l’arrête, à cause de Mes enfants bien-aimés. Préparez-vous à des temps difficiles et à voir régner l’injustice et la honte. Cependant que votre cœur ne se trouble pas. Au contraire, relevez la tête, votre délivrance est proche. Oui, proche est le temps de la Gloire. Supportez avec patience et foi ce qui vient. Hauts les cœurs! Amen, alléluia!

(Question sur l’existence aux yeux de Dieu du concept de «guerre juste»)

Réponse:

– Souviens-toi de ce que J’ai dit: «Si cela doit déclencher le Grand Combat, n’en ayez pas peur». Il y a des guerres justes car elles entrent dans le combat spirituel, combat descendu sur Terre, et c’est pourquoi Je vous ai donné Saint-Michel comme chef des armées. Les guerres justes sont celles commandées par le Ciel et celles où les combattants ne perdent pas de vue la fin spirituelle de leur entreprise. Lorsqu’Israël était fidèle, il gagnait toutes les batailles. Lorsqu’il était infidèle, il souffrait l’exil.

J’ai levé le fouet et souffert d’une sainte colère contre les marchands du Temple qui profanaient, par leurs agissements d’infidèles, la Maison de Mon Père. La justice et le combat pour Dieu Mon Père justifient Mon geste. Pensez aussi à la malédiction prononcée contre le figuier desséché. Ne vous faites pas une idée mièvre de Mes attitudes. Ne justifiez pas non plus toute violence et regardez bien au fond de vos cœurs vos éventuelles arrières pensées qui vous feraient sortir du saint combat pour tomber dans le péché. Je ne dis pas que les armes de la lutte seront les mêmes mais que l’esprit de la réaction sera le même. Défendre sa liberté c’est défendre la Vérité qui est Dieu. Je parle de la liberté au sens de l’intégrité spirituelle et du droit à la Foi qui se vit. Défendre la vraie liberté des enfants de Dieu, c’est entrer dans le combat spirituel avec, parfois, des armes temporelles.
Il convient, Je le redis de garder la pureté de cœur qui seule permet le juste regard et la juste action et qui seule vous garantit la justice au combat et la victoire. Je ne suis pas venu apporter la paix au sens où l’entend le monde mais l’épée à double tranchant de la Justice miséricordieuse.

Fille, Je te bénis et te laisse prendre ton repos de la nuit. Amen.

Jésus

 

Mercredi 22 décembre 2004

(Question sur la vocation de la France)

Réponse:

– J’ai fait alliance avec le peuple de Clotilde, et Clovis et son armée ont été entraînés sur le chemin de la Rédemption. Le pacte de Reims est valide pour la France, de même qu’il en a toujours été ainsi : la fidélité à Dieu entraîne la bénédiction, l’infidélité, la malédiction. Chaque nation a une vocation propre et à chaque nation il a été donné un ange. Saint Michel est celui de la France. Cela suffit à souligner le rôle de la France en tant que nation dans le combat, spirituel d’abord, temporel-politique ensuite. Le choix de Saint Michel comme Ange protecteur de la France souligne le rôle de celle-ci en tant qu’éducatrice des peuples. Pour pouvoir éduquer, il faut que celui qu’on doit éduquer accepte de l’être et choisisse librement sa position de vassal. La France régnera sur les nations parce que Je régnerai sur la France! Je régnerai en plénitude et sans partage, car J’aurai refoulé le prince de ce monde, Satan, qui aujourd’hui fait œuvre de division: il sépare, par tous les moyens, Dieu de Son peuple, l’homme de la femme, l’enfant de sa famille, les gouvernants des peuples qu’ils gouvernent, les peuples entre eux. Il dit «paix» et il fait la guerre. Ses ruses sont sournoises et les esprits sont tellement confus! Que pourraient-ils percevoir de ce combat, les peuples ignorants? Ils n’entendent que l’éclat de la guerre et les rumeurs de bataille! Alors, oui, la France a un rôle politique lié à son rôle spirituel.

Je te bénis, fille.

Jésus-Christ

 

 

 

Messages Année 2005

 

Mercredi 12 janvier 2005

– Petite âme, Je l’ai dis, Je l’ai annoncé : l’heure est très proche. Tous les événements prophétisés arrivent, car Ma parole est Vérité. Je vous le dis : les événements = catastrophes, naturelles ou non, iront en s’accélérant encore plus et tous se poseront des questions car chacun sera obligé de comprendre que « quelque chose » est vraiment déréglé. Guerre il y aura, mais guerre il y a déjà : guerre morale, guerre psychologique, guerre d’usure, attaques répétées de l’ennemi : tout cela précède la nécessaire et inévitable prise d’armes. Le combat pour la France est une entreprise urgente et impérative.

Confiance, Mes enfants, la victoire est proche ! Je vous bénis au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Jésus

 

Vendredi 21 janvier 2005Sainte Agnès

– Paix, petite âme, ton Dieu est avec toi. Ce temps est difficile, aie recours souvent à la prière, en elle tu trouveras la paix de l’âme et du corps.

Le combat est commencé, il est même bien engagé, mais pour l’instant c’est un combat intérieur. Tu vois comme ce combat est plus difficile à soutenir qu’un autre. Aussi, l’adversaire de vos vies attaque en priorité sur ce terrain . Le terrain « physique » ne l’intéresse que lorsque le combat moral est fini et la victime presque achevée ! Pour ce temps, le combat consiste à continuer à croire en Mes promesses et en la victoire et à encourager ceux qui se découragent. Tu sais que ce temps ira ainsi jusqu’à ce que le « système » ait l’air d’avoir triomphé totalement. Ce temps est presque au bout cependant, et l’adversaire «sort son jeu» de manière de plus en plus visible. Continue d’avoir Foi, persévère dans l’Espérance et tu verras Mes Œuvres manifestées. Paix et Joie. Fille, en ce jour de la fête de ta sainte patronne, Je t’accorde toutes bénédictions que tu désireras…

– Seigneur, Ton Esprit de force me parait être la bénédiction dont j’ai besoin pour mener à bien la vie que Tu as choisie pour moi.

– Que Mon Esprit-Saint de Force et de Sagesse pénètre ton âme et y demeure à jamais! Parole du Seigneur. J’ai dit.

– Merci mon Dieu de Tes bontés, comment mènerais-je cette vie terrestre sans Toi?!

– Comme toute créature et création, sans Moi, tu ne peux rien. Je te bénis, fille de Mon Cœur, va joyeuse sur le chemin de ton Époux. Amen.

Jésus

 

Dimanche 23 janvier 2005

– Mes enfants, vos dirigeants s’enfoncent dans la folie la plus totale, plus rien n’arrêtera désormais Mon adversaire, le coup d’estoc est pour bientôt. Mais pourquoi la France, qui est déjà à genoux du fait du démon qui la blesse, ne se tourne-t-elle pas vers Moi ? Pourquoi Me refuse-t-elle ainsi ? Qu’a donc
son peuple à reprocher à Dieu sa propre inconduite?

Ô France, il plane sur toi de si graves menaces que tu devrais ramper vers Moi bien vite, afin que Je te relève et te délivre des ennemis. Mais tu préfères périr sous le pied ennemi plutôt que de reconnaître tes tors, alors: prépare-toi, ô peuple à subir l’infamie de l’invasion de ton sol par un peuple perfide et
apostat. Telle une nuée de sauterelles, il t’envahira, non pas en un jour, mais en une nuit, et au réveil le pied ennemi sera sur toi qui dormais.

Je t’ai exhorté de nombreuses fois à te réveiller, peuple de France, mais toi, tu dors bercé d’illusions et de (faux) bons sentiments. Tel l’enfant que l’on veut endormir, tu t’es laissé bercer par l’ennemi; le réveil te sera une stupéfaction. Ahuri, tu erreras; cherchant à comprendre, ne comprenant pas; cherchant une raison, ne la trouvant pas; cherchant à retourner à ton rêve douillet, mais le sommeil t’aura fui; pauvre errant, tu erreras.

Ô peuple, que de souffrances t’auraient été épargnées si tu avais écouté Ma Voix qui tonne et résonne à tes oreilles inlassablement depuis tant d’années. Mais seules les sirènes des semeurs de vent sont parvenues à ton cœur. Mes Appels n’ont pas atteint tes chairs.

Ô clergé imprudent qui n’a pas relayé Mes Appels, qui n’a même pas voulu savoir que Ma Voix se faisait entendre, tu n’ouvriras même pas les yeux et toi aussi tu erreras en errant.

Enfants de Mon Cœur qui entendaient et écoutaient Mes cris vers ce pays qui Me rejette, priez, car l’heure annoncée est désormais proche, si proche que l’année ne s’achèvera pas sans que Mes prophéties ne s’accomplissent au grand jour pour la purification des nations, laquelle concernera en premier chef la France. Amen.

Oracle de Yahvé

 

Mercredi 26 janvier 2005

– Fille, Ma Mère n’a-t-elle pas expliqué Elle-même, dans Ses locutions à Don Gobbi, les manœuvres de l’adversaire? N’a-t-elle pas dénoncé la synagogue de Satan? Ne confondez pas tout. N’amalgamez pas des questions différentes. De Mon temps déjà la synagogue pour une grande part était dénaturée; seuls les petits continuaient vraiment à espérer en Dieu. Aujourd’hui, comme hier, il en est ainsi. Il en est ainsi dans l’Église actuelle, que l’on peut à son tour qualifier de synagogue de Satan tant les «fumées» l’ont envahie! Que dire en effet de ces prêtres qui se consacrent à faire le jeu de Mon adversaire? Ce temps est un temps de confusion, chacun essaie d’utiliser les événements à ses propres fins de propagande. Suivez Ma Parole qui est Vérité; le reste n’est
que brouilles d’intellectuels. Ma Parole est Vérité, Ma Loi éternelle. Qui se rebelle contre Dieu finit sous domination étrangère, tels les juifs déportés à Babylone. Qui revient et se repent de ses fautes est sauvé. Telle est Ma Loi immuable.

La France, malgré Mes avertissements, s’enfonce dans l’apostasie et le reniement. La France rejette son Dieu et ses ennemis risquent de trouver les portes grandes ouvertes, car Je les laisserai passer afin que Ma Justice s’abatte, comme elle s’est abattue au temps de Nabuchodonosor. Repens-toi, peuple ingrat ! Ouvre les yeux, peuple aveugle ! Réveille-toi, peuple de France, réveille-toi avant qu’il ne soit trop tard et que l’ennemi ne soit sur toi. Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Mais l’aveuglement n’évite pas le danger, au contraire il le précipite. Attention, car ton châtiment fond sur toi alors même que tu crois t’attacher des amis. Ô gouvernants aveugles, quelles que soient les époques, vous conduisez les peuples à la ruine par vos lâches décisions et vos désobéissances. Trop souvent vous êtes là pour la punition des peuples et non pour leur glorification et leur édification comme il se devrait.

Ô peuple, tu as les gouvernants que tu t’es choisis…

Enfants, priez pour votre pays et ne doutez pas de Mes avertissements : la menace est réelle, elle se fomente en ce moment et le plan diabolique sera mis à exécution sous peu. Amen.

Jésus

 

Dimanche 30 janvier 2005

– À ce moment, la France sera bien isolée, du fait de ses choix politiques. Tout sera la faute de ceux qui vous gouvernent et qui, aujourd’hui, sans le savoir, préparent la défaite de demain. J’ai parlé d’ « un peuple perfide et apostat ». Rien à voir donc avec une armée régulière, donc rien à voir avec vos organisations (U.E, OTAN, etc.): le cas n’est pas prévu. La France sera isolée. Rien ne sert de savoir à l’avance ce que sera ce peuple. Ce qui est utile de savoir c’est qu’il n’y aura pas indéfiniment «gestion de la crise». Aucun «ami» d’aujourd’hui de la France n’osera se mêler de cet événement la concernant, cet événement n’ayant de conséquences directes que pour le peuple de France. Aujourd’hui, vous ne pouvez pas l’imaginer, demain vous vous réveillerez en disant: « Il nous l’avait dit et nos cœurs continuaient malgré tout à douter ! Pardon Seigneur». Mais au moins vous aurez été averti et votre stupéfaction ne sera pas totale et ne vous paralysera pas. Mes enfants, observez les agissements actuels de vos gouvernants et vous aurez des indices majeurs des conséquences possibles à moyen terme. Mon Père vous donnera la Sagesse et les lumières d’en haut pour comprendre au fur et à mesure. Je vous bénis.

Jésus

 

Jeudi 3 février 2005 – Message de la Très Sainte Vierge

– Marie, il m’a semblé que tu voulais me parler…

– Oui, fille, je suis là, près de toi, oui, je viens te parler, ou plutôt, parler à travers toi à mon peuple de France. Ne négligez pas mes appels, car le malheur est déjà sur la France. Oui, malheur sur votre pays Mes enfants bien-aimés, à cause de le dureté de vos cœurs, de la dérive de vos mœurs et des agissements inconscients de vos dirigeants. Il n’est plus le temps de la fête, France, tu as mangé ton pain blanc, les années de vaches maigres

sont devant toi. Peuple insouciant, tu continues à jouir de tes biens sans penser au Bien Suprême qui veut votre bonheur véritable, Lui qui a donné Sa Vie pour vous sauver. Et vous, vous n’avez cure de Son sang Divin.

Désormais, je ne peux plus arrêter la marche des événements, car je n’entends pas vos appels vers le ciel. A de trop rares exceptions près, le peuple de France s’est détourné de son Dieu, Seul Sauveur, Seul Bienfaiteur, Seul Dieu Véritable. Leur choix est fait : ils ont préféré l’adversaire de mon Fils!

Je détourne mes yeux des traîtres, mais leur attitude brise mon Cœur Immaculé et je souffre pour mon Fils que tous abandonnent aujourd’hui comme hier. Mais que faudra-t-il donc pour secouer ta torpeur, ô peuple de France ? Le fracas de la mer? Le feu de l’enfer précipité sur Terre ? Le cri des innocents qu’on
assassine ? Quelle secousse te fera réagir ? Quel événement décillera tes paupières closes ? Quel vacarme détournera tes oreilles des complaintes habituelles ? Quand te tourneras-tu vers Dieu pour appeler au secours le Seul qui puisse intervenir ? Quand, ô peuple, t’agenouilleras-tu devant Celui qui vient tel un soleil de Justice resplendissant dans Sa Gloire ?
Tu ne crois plus, ta foi est morte. Est-ce que pour autant les Réalités qui ne t’intéressent pas n’existent plus ? Oh non, elles existent ces Réalités d’en-haut, Il existe Celui que tu rejettes, Il revient Celui que tu fuis !

Mes enfants, mes agneaux, je vous en conjure avec mon Cœur de Mère aimante, je vous en supplie avec toute l’ardeur de ma Tendresse : faites retour à Dieu. Vite. Car les nuages noirs s’accumulent dangereusement dans le ciel de la France. Les événements se précipitent sur vous à folle allure. Ne soyez plus aveugles ni sourds aux appels que le ciel vous adresse. Mon Cœur de Mère fond d’angoisse devant la tristesse qui s’abat sur vos vies et qui vous torture. Mes enfants, dans vos détresses tournez-vous vers moi, je vous soutiendrai. Mes enfants, merci d’écouter mes appels et de commencer à prier pour vous, pour vos frères, pour votre nation si menacée par ceux qui veulent sa destruction. Je vous bénis, mes enfants, au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Marie,votre Mère

 

Dimanche 13 février 2005

– Paix, Mes enfants, le Temps est venu, pour vous et pour la France. Rien de ce qui concerne votre pays ne doit vous laisser indifférents. La France est la nation que J’ai choisie pour Mon Plan d’Amour sur le monde.

Une partie du « peuple perfide et apostat » est déjà sur votre sol, et mêlé à la population si intimement qu’il serait dans bien des cas difficile de démêler les liens qui vous unissent. Il ne s’agit pas d’une race particulière ni d’un peuple lié à un pays. Il faut comprendre le mot « peuple » en tant qu’un ensemble de gens agissant pour les mêmes mobiles contraires à la vraie foi. Oui, la France sera broyée, mais c’est pour en extraire les sucs vitaux ! Rien ne restera que ce que J’ai choisi et qui est fidèle jusqu’au bout. Vos dirigeants se vendent aux uns et aux autres, ils ne maîtrisent plus les mouvements de population, ils sont à la merci de la grogne populaire manipulée par les suppôts de l’adversaire. Le pire est à venir dans ce domaine comme dans celui des catastrophes naturelles. Aujourd’hui, chacune de vos lois n’a de valeur que si elle combat « l’ordre moral ». Où croyez-vous aller avec de tels critères de discernement ? Tout ce qui est l’inverse de ce que Je veux instaurer, voila ce qui devient intéressant à vos intelligences et urgent à réaliser dans le temps si court qui est encore imparti à Satan pour tenter l’humanité ! À quelle société croyez-vous arriver avec ces raisonnements ? Ma Loi va passer sur votre pays comme cela a été annoncé dans les siècles. Votre nation sera passée au crible de Ma Justice. Je viens instaurer Mon Règne. Je viens réhabiliter à vos cœurs la Loi de Mon Père. Je viens personnellement réaffirmer à vos intelligences le premier commandement dont les autres découlent. Mais voici le Temps, Mes enfants bien-aimés, le Temps de vous rassembler autour de Moi afin de préparer les temps nouveaux. Mes enfants, c’est lorsque tout semble calme qu’il faut attendre les événements. Trop de calme annonce la tempête ! Le temps de l’action approche.

Mes enfants, J’ordonne le départ de la croisade. J’ordonne la mise en marche de Mon armée. Sus à l’ennemi de vos vies, sus aux compromis et aux lâchetés, aux comprometteurs et aux lâches ! Mon Divin Cœur ne tient plus devant tant d’horreurs. Mon Cœur réclame réparation. Mon Cœur, comme vos cœurs, aspire à Mon Règne d’Amour, de Paix et de Justice, et tous se mettent en travers. Aucun ne veut de Mon Règne alors que Je veux l’instaurer pour l’Amour de l’homme. Mon Cœur brûle du désir de se répandre sur toute la Terre et dans tous les cœurs.

– Seigneur, je n’arrive pas à comprendre de quelle croisade il s’agit…

– Défendre la Vérité, défendre la Foi. Je prépare vos cœurs, ayez foi en Moi qui peux tout.

 

Dimanche 20 février 2005

– Seigneur, peux-tu me parler? Mon âme a besoin de Toi, mon Dieu. Tu es Seul la Source qui peut étancher ma soif. Ô Dieu, pourquoi ne viens-Tu pas dès à présent à la rencontre des âmes afin qu’existe enfin le monde nouveau libéré des chaînes du péché et de la mort?

– Je suis là, petite fille, J’entends le cri de ton âme, Je sais le désir de ton cœur. Non, ce n’est pas un désir de fuite devant les difficultés du monde mais un vrai désir, saint, de voir naître le Royaume de Paix et d’Amour que J’annonce. Fille, si tous aspiraient à ce Bonheur, le Royaume serait déjà là. Tu le constates chaque jour, très peu de tes contemporains s’intéressent aux Réalités d’en haut. Tous M’ignorent. Comment établir Mon Règne dans des cœurs ignorants, indifférents, étrangers même aux moindres questions d’ordre spirituel? Mesures-tu mieux à présent l’état de dégradation des peuples?

– Seigneur, attendre encore et encore changera-t-il la situation?

– Fille, Je ne vais pas attendre «encore et encore», Je vais agir, parler. D’abord à travers les événements, puis quand les cœurs se seront un peu ouverts, Je viendrai Me présenter de nouveau aux âmes : M’accueilleront-elles? Pas toutes, mais aucunes, après cette rencontre ne pourront dire: «Je ne savais pas».

– Seigneur, ces derniers jours, je me sens en attente de quelque chose qui n’arrive pas, une impression d’étouffement, de tension, de malaise dans l’air ambiant: est-ce un effet du combat spirituel qui se joue autour de la France?

– Fille, ce combat se joue, se déroule plutôt, sur le sol de la France et non pas autour de la France. Oui, un combat se livre entre les autorités du pays et le peuple, entre la loi et les sujets de la loi. Une bataille se déroule qui atteint l’âme de la France. Ce que tu ressens, c’est la souffrance de cette âme, c’est elle qui étouffe. Quel sera le dénouement de cette bataille ? Ce sera le début des événements annoncés. Cette bataille n’est pas votre bataille. Laissez les masses s’entre-déchirer. Cette bataille est trop terrestre, matérialiste Je veux dire. Il ne s’agit pas là du vrai combat spirituel. Cependant, l’issue matérielle de
cette bataille déterminera le début du combat spirituel porté sur votre sol. 
Enfants, l’heure approche, restez sereins, soyez patients et constants dans votre foi. L’espérance n’est pas vaine.

Fille, Je veux te dire autre chose ce soir, sois attentive et écoute: le dragon se réveille. Hier, il sommeillait encore, aujourd’hui il se réveille. Le grand dragon rouge relève la tête et repart à l’assaut des forteresses qui l’avaient rejeté. Ne pensant plus à lui, elles ont laissé les portes ouvertes, inconscientes du danger.
Ainsi, les forteresses qui hier résistaient, aujourd’hui sont sans défense croyant toute menace écartée. Les forteresses sont les nations. Ce grand dragon rouge a un ami aussi redoutable que lui, l’antique serpent. Ils préparent une grande offensive en vue de l’instauration du règne infernal que Satan veut bâtir sur le monde en lieu et place de Mon Règne.

Écoute et écris:

Ils sembleront avoir gagné, mais comme le colosse aux pieds d’argile Je les renverserai de Mon Souffle. Les nations seront éprouvées et les peuples confondus. Ne croyez pas qu’il se passera beaucoup de temps encore avant que tout cela ne s’accomplisse. Affermissez vos cœurs dans la prière et le recours aux sacrements. Analysez l’actualité et voyez si les signes du réveil du dragon ne sont pas déjà visibles. Je vous bénis au Nom du Père, du Fils et du
Saint-Esprit. Amen.

Jésus

 

Mercredi 30 mars 2005

– Bonjour petite fille, c’est Moi Jésus ton Seigneur, ton Ami!

– Bonjour mon Jésus, Tu m’as manqué, je suis heureuse d’entendre Ta Voix, de sentir Ta Présence. Seigneur, Ta Voix est joyeuse ce soir, elle sonne claire…

– Fille, Moi aussi Je suis heureux de te retrouver après tous ces jours.

– Seigneur, pourquoi me fais-Tu entendre les voix joyeuses du ciel qui m’attirent ? Comment vivre ici quand on devine la Joie du Ciel ?

– Je veux que Ma Joie règne sur la Terre comme au Ciel. Je veux établir Mon Règne sur la Terre par Mon Règne sur la France et dans les cœurs. Tu sais tout cela, tu connais Mon Plan d’Amour.

Fille, écoute Ma Voix:

Les fondements de Paris seront ébranlés jusque dans les profondeurs de la terre. Un mal étrange se répand comme une lèpre inguérissable. Mon Église s’éteint. La France meurt. L’Europe suffoque. L’Asie s’effondre. L’Amérique s’enlise. L’Afrique se déchire et l’Océanie est secouée. Tel est et sera le tableau du monde, car il refuse Ma Voix. Oui, fille, tel est ce que J’annonce. Oui, tu es prophète de malheur comme Joël. Ma Loi est immuable.

Prends ton repos de la nuit à présent.

Jésus

 

Lundi 11 avril 2005

– Bien, tu as entendu Mon appel. Fille, il me plaît de passer un moment avec toi ce soir. Es-tu d’accord?

– Ô Seigneur, je suis heureuse, car mon âme tressaille d’allégresse lorsque Ta Présence m’environne et que Ta Voix me parvient.

– Petite âme, écoute et écris Ma Parole pour tes frères:

Peuple de France, ton Dieu s’adresse à toi en ces termes: qu’as-tu fait du pacte que J’avais passé avec toi? Pourquoi prêtes-tu serment à Mon ennemi? Ne sais-tu pas qu’il te détruira après avoir utilisé sans merci ta cupidité, ta vanité et ton ignorance? Ne sais-tu pas qu’il veut ta mort parce que tu M’appartenais? Que vais-Je faire de toi? Je vais te laisser livrer à l’ennemi puisque tu le préfères et, lorsque enfin tu te souviendras de Mon amour et que tu
crieras vers Moi, alors Je te secourrai. Mais quelle épreuve vas-tu t’infliger et infliger à tes propres enfants par ton choix!

Peuple de France, tu es devenu tiède et Je vomis les tièdes. Fais bien attention à toi, car ton ennemi est devant tes portes et toi tu ne veux pas le voir ni le savoir. Mais Je t’avertis pour que tu ne puisses pas maugréer contre Moi, car il fondra sur toi sans crier gare. Ton ennemi est terrible dans sa haine et puissant dans ses armées. Et toi tu ne sais pas qu’il est ton ennemi, et toi tu l’appelles «ami»! Comment peux-tu être ainsi sans discernement et faire confiance aux vipères que tu as élues à ta tête? Ils (les gouvernants) te mènent au massacre et toi, comme un mouton, bêlant, tu avances tête baissé dans le piège. Peuple de France, il Me plaît de t’avertir, encore et encore, même si tu ne M’écoutes pas, car Je suis attentif à Mes enfants mêmes les plus perdus. 

Fille, voilà ce que Je voulais dire à Mon peuple de France ce soir pour qu’il se ressaisisse et qu’il ouvre les yeux. Cependant il est bien tard, car la situation est bien avancée. Mais personne dans ce pays n’écoute Ma voix, Je le sais et pourtant Je continue à M’adresser à ceux même qui ne m’écoutent pas afin de les confondre au Jour de Ma Justice.

 

Dimanche 1er mai 2005

– Seigneur, Tu voulais me parler ?

– Fille, écoute et écris :

La France va signer son arrêt de mort. Oui, contre toute attente et surtout pour le plus grand malheur de la France, le «peuple» choisira d’instaurer sur les nations déjà assujetties un joug irrépressible. Le peuple ne croit plus à la politique. Le peuple se laisse mener comme un mouton tondu à l’abattoir ! Mais Je suis le Bon Berger et Je veux mener Mon troupeau. Peuple, éveille-toi!…

Jésus

 

Mardi 31 mai 2005

– Mon Seigneur, bonsoir…

– Bonsoir Ma fille, Je suis content que tu te tournes vers Moi.

– Oui, Seigneur, je T’ai cru, j’étais persuadé que le « oui » à la constitution européenne allait passer alors que le peuple français a rejeté ce traité. Peux-tu m’expliquer ce que j’ai mal compris ?

– Écoute, Ma fille, et écris : il semble que le peuple de France ait ouvert les yeux et ne se soit pas laissé influencer par les quasi-menaces du gouvernement. La politique est subtile, fille, et les politiciens rusés. Tout cela n’est que tactique pour mieux assujettir le peuple en disant : nous avons entendu le message que le peuple a adressé aujourd’hui. En réalité, les lois prévues seront mises en route avec ou sans traité. Mais cette Europe se construit en se passant de Moi. Elle n’ira pas loin. Je veux l’unité, oui, mais pas à n’importe quel prix, et « union » ne veut pas dire « unité » !

Fille, prends ton repos de la nuit dans Ma Douceur.

Jésus

 

Vendredi 10 juin 2005

– Jésus, pardonne-moi de ne pas plus penser à Toi ces temps-ci.

– Petite fille, Je suis là et tu es là, tu sais J’attends et Je suis hors du temps : tout est présent à chaque instant devant Moi. Dis-Moi ce qui te préoccupe.

– Que penses-Tu du fait que nous allions à la messe du dimanche à la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X ? Nous y avons trouvé un équilibre familial et une grande profondeur doctrinale, des amis et une école, alors j’ai du mal à admettre qu’il faudrait tout abandonner parce que les prêtres ne sont pas dans l’Église ! Et je suis si troublée et déstabilisée que j’ai peur d’écouter Ta réponse bien que j’ai confiance en Toi : c’est en moi que je n’ai pas confiance, ne vais-je pas influencer Ta réponse ou bien ne pas entendre Ta Voix ?

– Paix, Mon âme, Paix, c’est Moi qui t’ai mené là car c’est un passage qu’il vous fallait connaître.

– Tu veux parler de cette crise?

– Je parle de la crise ou plutôt de ce trouble. Paix, petite âme et écoute : qui n’est pas avec Moi est contre Moi : telle est et sera toujours Ma réponse.

– Seigneur, la Fraternité est bien avec Toi ?

– Oui fille, ils sont avec Moi ceux qui Me cherchent d’un cœur sincère, ceux qui M’adorent et ceux qui M’honorent. Va en Paix et dis au petit père de ne pas te troubler avec des questions qui ne sont pas pour toi.

– Merci mon Jésus, pour Ton éclairage et Ton guidage. Je Te bénis, mon Dieu, je T’adore et je T’aime.

 

Dimanche 19 juin 2005

– Seigneur Jésus, veux-Tu me parler un moment, j’ai besoin de savoir Ta Présence ?

– Fille, Je suis là, Ma Présence t’enveloppe.

– Oui, c’est étrange, Tu n’es pas là comme le serait quelqu’un de charnel avec une présence localisée, non, Toi Tu enveloppes, Tu es partout et Tu es autour et aussi à l’intérieur.

 

Vendredi 15 juillet 2005

– Mon Dieu, tous ces jours loin de Toi, où es-Tu ?

– Je suis là. Est-ce là ce que tu voulais Me dire ?

– Non, Tu le sais : je voulais me jeter dans les bras de mon Père, car mon âme est triste. Si triste, le labeur m’est difficile, l’obéissance insupportable, je ne fais que regimber contre l’aiguillon, le même, qui se présente dix fois par jour ! Et pourtant je T’aime et je voudrais être tout autre. Je vis très douloureusement le fait d’être séparée si longtemps de mes enfants et c’est cette douleur que je voulais T’offrir. Être séparée si longtemps et tout ça pourquoi ? Pour travailler, pour l’esclavage d’un commerce ! Et pourtant, je crois comme Tu me l’as dit que c’est bien là Ta Volonté, mais quelle lutte en moi-même pour accepter cette vie ! Certains jours je voudrais être au fin fond d’un carmel toute donnée à Ton Cœur dans la prière. D’autres, je voudrais prendre l’épée et pourfendre tous Tes ennemis et ceux du genre humain. D’autres encore, je n’ai plus la moindre énergie pour aucun effort, aucun sacrifice. Et toujours, ma vie actuelle ne me semble pas pouvoir contenir tous les désirs de mon âme. Seigneur, fais passer Ta Paix sur mon âme afin que toujours je sois sur Ton chemin.

– Paix, petite âme, ton Dieu t’a écouté, Il a entendu ta voix monter des ténèbres vers Lui. Voici Sa Paix qui caresse ton âme. Abandonne-toi à Sa Voie. Ne crains pas et continue de t’offrir chaque jour.

– Quand verrai-je l’accomplissement de Tes promesses pour ma patrie, la France, Seigneur ? Mon âme est douloureusement concernée par son sort et son infidélité. J’en viens à réclamer Ta Justice immanente pour que l’ordre des choses actuel soit enfin bouleversé et que paraisse Ton Jour ! Mon âme est si triste, Seigneur, comment as-Tu pu me dire Joie de ton Dieu ?

– Fille, sors de toi-même et écoute Ma Voix. Crois-tu que Je n’ai pas éprouvé Moi-même cette lassitude et cette tristesse d’un cœur qui vit pour le Ciel et se voit enfermé sur Terre ? Tourne-toi vers ton Père du Ciel à chaque fois que tu le peux, et supplie-Le d’intervenir afin que la Terre Lui soit enfin un Ciel de
Gloire. Oui, appelle Sa Justice sur ton pays afin que Ma Miséricorde puisse s’exercer en plénitude. Ne crains pas d’appeler la Justice de Mon Père sur ton pays car Seule Sa Justice aujourd’hui peut sauver la France de ses errements et de ses reniements.

Fille, offre-Moi ton travail, ta fatigue, ta tristesse, ta lassitude, tes limites, tes défaites contre toi-même. Offre-Moi tout et Moi Je changerai tout en sacrifice d’agréable odeur devant Mon Père.

– Seigneur, m’aimes-Tu cependant ?

– Tu sais l’Amour que J’ai des âmes, alors combien plus de la tienne sur laquelle Je me suis penché jour après jour pour l’apprivoiser et la conduire à Mon Père ! Fille, doutes-tu de Mon Amour de prédilection pour toi ?

– Seigneur, j’ai juste besoin de l’entendre de Ta bouche pour être fortifiée.

– Paix, petite fille de Mon cœur, Je t’aime et Je te conduis. Va en Paix désormais, sûre de Mon Amour pour toi et porte devant Mon Père le souci constant de ta patrie. Je te bénis.

Jésus-Christ Sauveur

 

Dimanche 7 août 2005

(Question de X)

Réponse:

– Enfin Je tiens ton cœur ! Que de temps, enfant, pour que tu sois réellement prêt à M’écouter ! Oui, J’ai besoin de toi pour Mon Plan d’Amour sur le monde comme J’ai besoin de chaque âme de bonne volonté. […] Et aujourd’hui, c’est toi qui M’appelles du fond du cœur, aujourd’hui tu réponds à Mon Appel. Enfant, Je t’aime et Ma Miséricorde va se répandre sur ton âme comme Elle s’est répandue à travers les âges sur ceux que J’appelle et qui Me répondent. Les temps sont graves, oui, et ils le sont bien plus même que tu ne peux le comprendre avec tes vues humaines. Tu parles de déliquescence et, oui, je te le dis, tout ce que Je ne soutiens pas de Ma Grâce s’effondre ! Attention, hommes, le temps de l’œuvre de Dieu sur vos vies est venu. Je viens vanner sur Mon Aire. Il me faut le vanneur : celui qui sépare le bon grain de la balle qui s’en va au néant happée par le vent terrible et furieux venu de l’Ouest.

Fille, ne crains pas de prophétiser : le vent furieux vient de l’Ouest. […]

 

Jeudi 11 août 2005

– Fille, ne vois-tu pas les événements en marche chaque jour qui passe ? Ne perçois-tu pas la fin imminente de ce monde abject dominé par Mon adversaire et le vôtre ? La race perfide n’est autre que le bras agissant dans vos sociétés politiques de celui qui se tient derrière toutes œuvres de bassesses et de mensonges visant à Me détruire dans le cœur de Mes enfants. Voilà pourquoi Je viens établir Mon Règne de Justice et de Paix, voilà pourquoi Je viens rétablir Ma Royauté divine sur toutes les Nations, voilà pourquoi J’ai besoin de la France et du rayonnement divin de sa race royale pour s’étendre sur toute Nation. La souche royale de France a été préservée dans Mon Cœur, Moi Seul ferai surgir celui que la France attend : le grand roi qui la mènera des ténèbres vers sa mission eschatologique, à savoir: l’établissement du Règne Social de Jésus-Christ Roi des Nations sur toutes terres.
Alors, et alors seulement, les prémices de Ma Gloire se feront Jour tant attendu. Alors paraîtra Mon Jour, Jour de justice s’il en est.

Fille, ne cherche pas tant à pénétrer les secrets du déroulement exact des événements qu’à en observer les réalisations dans l’Histoire. Oui, les événements sont en marche, ils se déroulent sous tes yeux, sois attentive aux signes de Mon Œuvre dans le monde. La grande purification indispensable touche toutes Nations et peuples, pas un n’est épargné. Je t’ai déjà parlé du temps de la purification des Nations. C’est l’ultime purification devant amener les peuples à réclamer la proclamation officielle de Ma Royauté divine sur toute chaire et a fortiori sur toutes Nations.
Je suis le Maître des Nations comme Celui des âmes des peuples qui les composent. La proclamation de Ma Royauté redonnera à la France sa souche royale et la royauté sera rétablie et le peuple de France se relèvera du cauchemar luciférien dans lequel elle divague actuellement. Je le redis, vous êtes au cœur des événements mais ceux-ci vont au rythme de l’histoire, et, même s’accélérant, ce rythme est lent pour celui qui est dévoré du zèle de Ma Maison ! Mais cependant, le temps des événements de la fin des Nations est là maintenant devant vous. Temps de purification avant la régénérescence dans le Sang de l’Agneau. Comprenne qui pourra. Je te bénis.

Jésus
Sauveur des Nations et Maître du temps

 

Samedi 13 août 2005

– Seigneur, s’il Te plaît, fais passer sur mon cœur le Baume de Ta Tendresse, car je suis triste d’avoir vu mes enfants quelques heures pour de nouveau être séparés. Je T’offre cette douleur, Seigneur.

– Paix, Mon enfant, tout va bien. Courage, petite fille, sois forte, Je t’aime. Tu as vu déjà quelles grâces de conversion ont été obtenues avec tes douleurs de mère. Ainsi Je puis continuer à œuvrer et tu sais quelle importance a cette œuvre. Allons, il est temps pour toi de retourner travailler. Je vais avec toi ce soir.

Jésus

 

Lundi 15 août 2005

– Seigneur, Tu veux me parler ?

– Oui, fille, écoute et écris :

Mes enfants, Je veux qu’en ce jour béni du Couronnement de Ma Mère comme Reine des Cieux et de la Terre, vous révériez Sa Royauté Universelle. Elle est Reine et Elle doit régner dans votre temps sur les destinées des Nations. Que chaque Nation se consacre au Cœur Immaculé de Marie et l’on verra des miracles de conversion et des grâces précieuses et innombrables. La Terre peut encore être sauvée, mais il n’est plus temps de tergiverser.

Enfants de la Terre, écoutez Ma Voix qui parcoure vos Nations du Nord au Sud et d’Est en Ouest. Écoutez et vous verrez le Jour sans fin du Seigneur votre Dieu qui accomplit Sa promesse Éternelle dans le temps. Le bras de Justice de Mon Père s’appesantit et se rapproche de la Terre. Attention à la terrible action de Justice divine qui s’approche ainsi car terrible est le bras de Justice. Terrible car d’une action parfaite de Justice. Méditez Mes Paroles et œuvrez.
Amen.

Jésus

 

Jeudi 25 août 2005 Saint Louis Roi de France

– Fille, tu essaies de comprendre la marche du monde et surtout ce qui y préside, et toujours tu retrouves le Grand combat entre le Bien et le Mal qui cherchent chacun à étendre leur hégémonie. Tu comprendras aisément quelle est la démarche que Je préside, Moi, le Seigneur des Nations et Maître de tout. Mon Père et votre Père, le Dieu du Ciel et de la Terre, M’a donné toute Royauté. Ma Royauté est soutenue par Mes amis et combattue par Mes ennemis qui cherchent le règne de leur maître, le père du mensonge. La géopolitique n’est que le poste d’observation de ce combat et il est cependant important de prendre conscience de la marche actuelle des influences divergentes qui cherchent à dominer les Nations. Tu comprends mieux maintenant, d’un point de vue géopolitique ce que signifie Mon Plan.

Fille, voici ta Mère.

– Ô Mère, vous me visitez en ce jour?

– Oui, fille, je suis ta Mère et celle de tous les hommes de bonne volonté. Je te bénis pour ton hommage du 15 août et pour ton active participation au renouvellement de la consécration de la France à mon Cœur Immaculé faite par Louis XIII, Roi de France. En ce jour de la fête de Saint Louis Roi de France je viens vous apporter les encouragements du Ciel. Tous ont les yeux fixés sur la France aujourd’hui. Tous prient notre Père pour la délivrance de la France. Et la France se relèvera comme s’est relevé Lazare, du tombeau, tiré au-dehors par le Christ son Seigneur. Et qui a prié pour la résurrection de Lazare ? Ce sont ses sœurs. Qui sont les sœurs de la France suffisamment proches du Christ pour que leurs supplications touchent Son Cœur afin que paraisse Sa Gloire ? Cherchez, mes enfants, le sens de mes paroles. Petite fille de ton Dieu, Je te bénis, aie confiance. Continue de présenter la France à Dieu le Père comme tu le fais. Continue d’intercéder pour elle. Tu es là dans ta véritable mission. Amen.

Marie Reine

 

Mardi 20 septembre 2005

– Bonjour, petite âme, Je suis ton Jésus qui t’aime.

– Bonjour, mon Dieu, je veux Te bénir du bonheur et de la joie que mes enfants trouvent dans leur nouvelle école auprès des religieuses. Et aussi pour les très bonnes vacances en famille que nous avons passées. Merci pour ce repos et cette détente.

– Oui, fille, Je veille au bonheur de Mes enfants. Fille, écoute et écris :

Je suis le Dieu d’Israël et jamais comme aujourd’hui Israël n’a été plus infidèle à Mon Alliance avec lui. Ainsi, encore aujourd’hui, est-il châtié par l’ennemi victorieux sur lui. Attention, l’équilibre fragile de la région en sera bouleversé et par là-même la fausse paix du monde. Les temps finissent de mûrir à grands pas. La purification des Nations se poursuit. Certaines sont durement frappées, toutes sont éprouvées. Quand régnerai-Je officiellement sur vos Nations, hommes de peu de foi ? Quand Me confierez-vous vos royaumes afin qu’ils deviennent Mon Royaume ? Jusqu’où faut-il que s’exerce la Justice de Mon Père ? Aujourd’hui encore Je pose la question. Demain Mes traits enflammés s’irriteront contre vous pour vous soumettre.
Jusqu’où devrai-Je aller ? Mes enfants, il est encore temps de vous sauver : repentez-vous, revenez à Moi votre Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme, de toutes vos forces, alors vous verrez de grands miracles s’accomplir en vous et sur toute chaire.

Fille, transmet.

– Oui mon Jésus, je vais transmettre ;

– Prends ton repos de la nuit, petite fille de Mon cœur, Je t’aime infiniment. Je te bénis.

Jésus

Vendredi 21 octobre 2005

– Seigneur, m’appelles-Tu?

– Oui, fille, Je t’appelle et ton cœur sensible à Mon Appel divin et suave répond empressé et curieux à la fois ! Mon aimée, installe-toi et ne te laisse pas distraire par les bruits de la maison. Écoute et écris: Le Courroux douloureux de Mon Père traverse l’océan d’est en ouest et se prépare à s’abattre sur la Nation coupable des perfidies les plus ignobles à l’égard de Son Nom. On ne se moque pas de Dieu et de Son Saint Nom!

– Seigneur, veux-Tu parler de l’ouragan Wilma?

– Ma Parole est à double tranchant, d’un côté la Miséricorde à l’égard des malheureux pécheurs et de l’autre la Justice à cause du péché. Mais lorsque le pécheur ne craint plus ni Dieu ni le péché, alors Seule la Justice tranche. Oui, Je parle de cet ouragan et de celui qui le suit, caché en son sein et plus terrible encore.

– Parles-Tu d’un nouvel ouragan non décelé par les météorologistes ou bien de la Colère de Dieu?

– Souviens-toi, lorsque Moïse voulut rencontrer Dieu au sommet du mont Horeb, il ne Le trouva pas dans le vent hurlant de la tempête mais dans la brise légère. Dieu n’était pas en colère contre Moïse, mais Il est en colère contre ce peuple ! Alors, crois-le : la Colère de Dieu est dans cet ouragan terrifiant.

– Épargne du moins les petits que Tu aimes tant… Eux n’ont pas mérité la Colère divine.

– Je les veux comme victimes d’expiation car la Justice de Mon Père réclame le Sang du Juste.

– Que Ta Volonté soit faite !

– Ne crains pas Ma prophétie et transmet tout de suite Ma Parole à ton petit père.

Jésus

 

Lundi 7 novembre 2005

– Paix, Mes enfants, la Main de Mon Père reste sur vos têtes si Elle a été retirée, pour un temps, de celle de la France. Oui, Dieu a retiré Sa Main pour un temps afin que le châtiment, promis à cause des nombreux péchés commis, soit exécuté. Mon Père laisse la haine de Satan se déchaîner dans les rues de vos villes sans que vous n’y puissiez rien. J’ai dit : chaque Nation sera éprouvée. Telle est l’épreuve pour la France : une guerre d’usure et d’injures qui ne porte pas son nom.

Oui, Je vous l’ai dit : la France sera broyée, mise à genoux. Se tournera-t-elle alors vers Moi ? Se souviendra-t-elle soudain, dans un sursaut national, du Sacré-Cœur de Montmartre ? Las, si peu M’appellent. La France boira sa coupe d’amertume jusqu’à la lie. Et à chaque gorgée, au lieu de se reprendre, elle éructera un peu plus sa haine et sa rage, obéissant ainsi à celui à qui elle appartient désormais, celui qu’elle s’est choisi pour maître et souverain. Ainsi, croyant se sauver à peu de frais – en vendant son droit d’aînesse pour un plat – elle s’est vendue à son ennemi héréditaire qui aujourd’hui jubile.

Mais la Main de Mon Père, si Elle laisse la France devant sa faute pour un temps, ne vous fera jamais défaut. Il est temps de s’armer pour la lutte, car elle sera âpre et acharnée. L’ennemi est aux portes et il attend seulement l’heure la plus propice pour s’introduire au cœur du pays : Je vous l’ai dit : en une nuit, il sera partout à la fois.

Mes enfants, réjouissez-vous parce que l’heure est proche! Je vous bénis.

Jésus-Christ, Fils du Dieu Vivant

 

Samedi 3 décembre 2005

– Seigneur, Tu m’appelles ?

– Oui, fille de Mon cœur, veux-tu écouter Ma voix ?

– Bien sûr, mon Seigneur, parle.

– Voici Ma Parole en ce soir : N’écoutez pas les craintifs, eux fuient toutes choses, vous, allez donc au combat, forts de Ma Force. Usez des armes que Je vous donne et gardez-vous de l’ennemi.

– Seigneur, pourquoi ces paroles aujourd’hui ?

– Parce que l’heure du Grand Combat approche et que Je vous veux au cœur de la lutte pour Mes Droits sur votre Nation. Je viens réclamer Mon Héritage et vous appuierez Ma demande. Il s’agira d’un acte politique de très grande portée. Cet acte dépasse la simple consécration et les grâces qui y sont attachées seront-elles aussi de grande portée.

Enfants, une voix doit s’élever dans cette Nation pour rétablir la vérité et elle doit le faire publiquement et sans peur. Je le redis : il s’agit d’un acte politique et non d’une simple dévotion même publique et nationale. Le Règne du Christ-Roi doit commencer par la France. Je donnerai un signe clair attestant Mon Droit de Suzerain sur votre sol, et nul, sans mauvaise foi, ne pourra l’ignorer. Tu es Ma messagère en tout ce qui concerne Mon Droit de Suzerain, ne l’ignore pas.

– Je me souviens de Ta Parole Seigneur, et j’ai confiance en Toi. Ordonne et Tu seras Roi à la face du peuple incrédule. Accomplis Ta Parole, Seigneur, et utilise-moi si telle est Ta Volonté. J’ai conscience de mon état de vermisseau, mais je connais Ta Splendeur. Que Ton Règne arrive !

– Merci petite fille de Mon Cœur, Je suis Roi dans ton cœur à jamais et J’établirai Ma Royauté à la face des peuples. Je te bénis.


                                                                                                                                                                                                                        Jésus Roi des Nations

 

 

 

Messages Année 2006

 

 

Mardi 20 février 2006

– Seigneur, je suis restée éloignée de Toi trop longtemps, je me suis laissée prendre par le quotidien, je n’ai pas tourné mes regards vers Toi ni cherché Ta Présence. Seigneur, pardonnes-tu maintenant à ton «serviteur inutile»?

– Petite fille! Je suis là et Je t’aime, accueille le pardon de ton Dieu et entre de nouveau dans la Joie.

– Seigneur, soudain je prends conscience de l’immense privilège dont je jouis: Toi, le Dieu Père et Créateur de toutes choses, Tu me
parles à moi, pauvre créature ingrate et ignorante mais si pleine d’amour pour toi.

– Fille, maintenant écoute et écris:

France, un peuple sauvage est prêt à fondre sur toi remettant en cause ton droit à ta terre de France! Te laisseras-tu faire? Laisseras-tu une horde barbare et sanguinaire faire main-basse sur ton héritage paternel et ancestral? La terre de tes ancêtres, ne la garderas-tu pas pour tes enfants? Ou bien la vendras-tu au plus offrant ? Ou bien, te la laisseras-tu arracher par l’iniquité? As-tu perdu l’amour de ta patrie, celui de la terre par Dieu à toi donnée? Oui, tes pères tiennent leur terre de Dieu. Ainsi donc, la patrie est la terre de tes pères mais aussi et surtout, celle de Dieu qui la leur a confiée aux temps jadis. Infidèle à ton Dieu, tu l’es. Indifférente à ta terre par voie de conséquence, tu l’es aussi. Mais qui néglige les biens paternels n’engrange aucun trésor dans le Ciel.

Mes enfants, ne laissez pas les infidèles, les idolâtres et les perfides s’emparer frauduleusement du sol que le Seigneur a donné à vos pères. Gardez jalousement le trésor qui vous est confié. Ne méprisez pas les dons de Dieu. Préparez-vous à défendre votre terre. Reste-t-il aujourd’hui de la France autre chose que son sol? «À quoi sert de sauver le corps si l’âme va à la ruine?» Question pertinente, Mon enfant. Comment aurai-Je insufflé la Vie à Adam si son corps n’avait point existé d’abord? Telle est Ma réponse. Je sauverai l’âme de la France, encore faut-il que vous gardiez son « corps ».

Mes enfants, Je vous mets en garde contre ce danger depuis longtemps maintenant mais vous n’y croyez pas et pourtant Je le redis : le soir, ils n’y seront pas et le matin, ils y seront. Et il eut mieux valu pour vous que ce matin ne se lève pas car, par inertie, vous serez obligés à un féroce combat pour vos droits sur votre sol. C’est pourquoi Je vous demanderai de revendiquer Mon Droit de Suzerain sur votre sol, afin de vous le rendre au Jour voulu.

– Seigneur, je ne suis que la messagère mais, à T’entendre, mon sang de française et de chrétienne bout dans mes veines. Mais, que puis-je ?

– Transmets, fille.

Jésus Roi de France

 

Lundi 3 avril 2006

– Mon Seigneur, mon doux Christ, seriez-Vous plus honoré que désormais je Vous vouvoie ?

– Cela gêne-t-il ton cœur, petite fille ?

– Non, mon Seigneur, Votre Grandeur mérite cette attention particulière.

– Alors J’accepte d’être honoré ainsi désormais sous ta plume.
Bien, écris maintenant, chère enfant, car Mon Cœur déborde :

Enfants, rendez-vous donc en ce temps, plus attentifs à Ma Voix qui veut percer aujourd’hui les cœurs les plus sourds à Mon Appel. Écoutez tous car les temps murmurent leur doux secret : « Il vient !». Oui, Mes enfants, Mon Trône s’approche de votre Terre, si près qu’elle va en frémir longuement. Vos âmes en frémissent d’angoisse aussi, longuement, douloureusement mais quelle purification pour beaucoup ! Cependant, que Mes enfants n’aient crainte. Ma Majesté de Gloire fera plier tous les genoux : certains d’une immense adoration, d’autres d’une grande rage, mais tous plieront. Les vertèbres du peuple à la nuque raide en craqueront sinistrement. Mais si, comme le roseau, ils plient sans casser, Ma Gloire les réconfortera à jamais. Soyez plus attentifs aux secousses qui parcourent votre Terre, aux signes dans le ciel, aux bruits et à l’agitation de la nature. Soyez attentifs pour y lire l’annonce universelle de Ma Venue de Gloire.

Ma Mère va faire silence sur toute la Terre pour mieux creuser en vous l’Attente de Celui qui vient : le Christ-Jésus Roi de Gloire.
Soyez attentifs à ce signe : les vents qui balaient habituellement les contrées sauvages viendront jusqu’à vos nations.* Qui peut comprendre, comprenne !

Fille, transmet au petit père. Amen.

Jésus-Christ Roi de Gloire

Des vents sablonneux des steppes mongoliennes ont recouvert Pékin aux alentours de Pâques 2006 ! (A-M)

 

Mardi 16 mai 2006

– Mon Seigneur, Vous voulez me confier des Paroles concernant la France, je vous écoute.

– Fille, écris :

L’orage est sur vos têtes. Vous avez repoussé toutes les mains tendues, rejeté toutes les propositions et maintenant Je ne peux plus rien.
Mes enfants de France, demain vous pleurerez amèrement d’avoir refusé d’écouter tous les appels à la conversion que J’ai fait converger vers votre Nation. Je ne peux plus rien et personne ne s’interposera plus pour votre défense auprès de Mon Père. France apostate, aujourd’hui tu renies tout ce qui fit, et tous ceux qui firent, ta grandeur et la gloire de ton nom !

Je l’ai dit, l’orage est sur vos têtes, enfants de France. Les conséquences de vos choix depuis des décennies, vous les avez sous les yeux : une société entièrement désordonnée où se déchaîne la violence sous toutes ses formes. Cependant, vous n’avez encore rien vu de ce que la haine peut produire. Attendez-vous désormais à un déchaînement du pire, une multiplication du nombre et de l’ampleur des problèmes rencontrés il y a peu. Oui, vos villes et vos voitures partiront en fumée. Vos enfants traqués dès le ventre de leur mère seront la proie de toutes sortes de démons. Vos hommes politiques, qui donnent déjà le spectacle de leur impuissance, vous laisseront seuls, sans rien dire ni rien faire pour apporter une solution radicale à la dérive du pays. Au contraire, toutes sortes de lois, plus iniques les unes que les autres, vous lient un peu plus chaque jour face à ceux qui ont résolu la perte de ce pays. Ceci, pourtant déjà bien entamé, ne se terminera pas sans une crise majeure et désespérée. Personne n’interviendra pour vous aider, car les autres nations auront fort à faire avec leurs propres problèmes.

Mes enfants, vous cependant, ne sombrez pas dans la détresse, car vous, vous savez qu’au milieu du pire chaos J’enverrai celui qui doit relever et racheter la France aux yeux de Dieu. Oui, Je l’enverrai celui qui doit Me ramener ce troupeau de France égaré et meurtri, et vous devrez le suivre. Il y aura bien des pleurs et des grincements de dents, car sa main sera ferme et inflexible et il rétablira l’ordre et le culte de Dieu dans la Nation païenne mise à genoux de force par ses ennemis. Attention, les forces ennemies à l’œuvre dans l’ombre vont tomber les masques sous peu: vous saurez à qui vous avez à faire face, sans haine, mais avec détermination. Le piège qui doit perdre Ma Nation de France se referme inexorablement, les crocs destructeurs s’acharnent sur ce qui reste de sa dépouille, car depuis longtemps Ma France n’est plus. Elle est morte et ensevelie sous les décombres de la république maçonnique. La France a refusé son hommage public à Jeanne la pucelle d’Orléans. La France apostate n’honore plus que des héros de pacotille et de vils menteurs. Ses vrais héros, elle les enterre. Mais ils sortiront du tombeau au jour de la résurrection de la France; car je la ressusciterai la patrie de Clovis et de Clotilde, celle qui fit tant de soucis à Jeanne et à tant d’autres. Je la ressusciterai et elle étendra Mon Règne sur toute la Terre. Que se lève celui que Je demande pour la défense de Mon Bien ! Que se lèvent ceux qui M’ont promis leur aide à cette heure ! Que se forment les rangs de Mes armées. Que pas un seul de Mes amis ne se trompe de combat : aujourd’hui, sauver la dépouille de la France, c’est combattre pour Dieu. 

Désormais toute souveraineté de votre Nation sera dissoute dans l’Europe élargie qui telle une pieuvre essaie d’étendre ses tentacules jusqu’à des territoires qui ne la concerne en rien. Demain, la France morte et maçonnique elle-même ne s’appartiendra plus. Demain… la dépouille mortuaire de Ma France sera vendue à ceux-là même qui l’ont tuée.

 

Mercredi 17 mai 2006

France, voici venir les jours du grand anathème. Tu frissonnes, frivole, frileuse, alors que la sainte crainte de Dieu devrait seule te faire trembler! Que ne trembles-tu aujourd’hui! Car demain, ce saint tremblement ne te sera plus permis: tu t’écrouleras sous les coups de heurtoirs de l’ennemi… jusqu’à ce que Je t’envoie celui qui doit te relever de ton tombeau. Alors tu refleuriras comme au plus bel âge de ta vie. O France, qu’il Me tarde de revoir ton haut front altier ceint de Ma Couronne! Qu’il M’est doux le souvenir de tes rois et de tes saints qui tissèrent fil à fil ta robe de gloire! O France, comme Mon cœur tressaille à la pensée de tes relevailles!

Mais, ô France, en Vérité, que reste-t-il de ton peuple à présent? Où sont tes armées et tes soldats? Où sont les défenseurs de l’Église? L’écho de leurs cris ne s’échappe plus de ta dépouille. L’as-tu seulement entendu ce silence assourdissant qui est tout ce qui Me parvient de ton peuple? O France, mais renais! Renais donc de tes cendres! Reviens à la vie! Relève-toi! Sans toi le monde meurt d’asphyxie. France, qu’il M’est doux ton nom et qu’il est doux au cœur de tout chrétien à travers le monde. Ce doux nom doit de nouveau figurer à côté du Mien éternellement comme Mon plus beau trophée, Mon Trésor le plus parfait.

Mais France, sans ton peuple, que te reste-t-il ?

Et toi, peuple de France, sans ta patrie, que te reste-t-il ?

Peuple de France, la Terre que J’ai donnée à tes pères est le dernier fil qui te relie à Moi aujourd’hui. Demain, le fil coupé, tu erreras en errant sur ton propre sol dont l’on te déniera la priorité d’occupation et la propriété inaliénable. Te laisseras-tu dépouiller avec sur les lèvres le sourire du niais qui ne comprend pas la méchanceté ? Te laisseras-tu déposséder de ton sol?

Peuple de France, tu dois maintenant relever le front et combattre pour ta patrie et pour renouer le fil de ton histoire avec Moi ton Dieu et Père. Mais, o Mon peuple, il y faut un sursaut d’énergie, un surcroît de volonté et de la ténacité et surtout la certitude d’agir en toute justice, et Je viens d’en faire la démonstration. Appuie-toi sur Ma parole pour défendre et recouvrer ton héritage. N’écoute plus les vains discours des hommes qui se discréditent jour après jour et qui aujourd’hui se croient à la tête de ton pays : ils sont seulement à la pointe de la conspiration maçonnique mondiale contre Moi, le Seigneur des Nations.

Seigneur des nations, Je le suis et ils le sauront !

Seigneur de Ma nation choisie de France, Je le suis à plus d’un titre : Je le suis de Droit, Je le suis de Sang, Je le suis de Cœur. Qui
donc Me déniera le Droit, le Sang et le Cœur ?

Seigneur du peuple de France, Je le suis aussi ! Et c’est à ce titre, o peuple, que Je te sauverai ta patrie.

Seigneur de la France, Je le suis et c’est à ce titre, o France, que Je te sauverai ton peuple.

Ainsi, toi France et toi, peuple de France, de nouveau unis sous Ma Houlette de Bon Pasteur, vous honorerez à la face des peuples Mon Saint Nom, et ainsi s’étendra Mon Règne divin sur cette Terre qui est Mienne aussi.

Pour l’heure, Mes enfants, préparez-vous au combat : les tyrans ne lâcheront pas facilement leur proie maintenant qu’ils l’ont bien saisie sous leurs crocs puissants. Mais qu’importent la férocité et l’amertume du combat puisque la Justice est établie et la victoire ainsi assurée ?

Mes Paroles doivent parvenir à tout Mon peuple de France afin de l’établir dans sa justice et de lui donner l’ordre de l’assaut :

Au combat, pour la France et pour le Roi !

Mes bénédictions s’étendent d’âge en âge sur ceux qui se lèveront à Mon Appel.

Jésus-Christ
Roi de France et Maître des Nations

 

Jeudi 25 mai 2006Ascension

– M’avez-vous appelée?

– Oui, petite fille, Je veux simplement être avec toi un moment, Me reposer près de toi.

– Êtes-vous las, mon Seigneur? En ce jour de la fête de Votre Ascension pourtant…

– Qui donc s’occupe encore de sanctifier Mes jours de fête? Écris donc, petite âme, que Je M’épanche en ton cœur: tu M’as vu passer ce matin (à la messe) et tu as ressenti Ma Bénédiction, ainsi Je vais passer à côté de chaque âme et étendre Mes Bénédictions sur le monde. Quelle réponse recevrai-Je? Combien de cœurs entreront en profonde adoration ? Trop peu pour sauver le monde des conséquences de ses actes et de ses non-actes.

Vous, Mes enfants, sanctifiez les jours de fête. Vivez vos jours et vos années au rythme de la liturgie. Ne laissez pas le monde vous ôter cette vie divine renouvelée pour vos âmes. Votre mission va exiger beaucoup de vous et vos âmes devront être trempées comme l’acier le plus solide afin de tenir le but jusqu’au bout. Ne perdez pas la finalité divine du combat temporel que vous devrez livrer : la gloire de Dieu par le Règne du Christ-Roi. Oui, ne perdez pas de vue que vous travaillez pour Dieu sur ordre du Roi. Ceci pour vos âmes et votre propre vie intérieure. Pour le reste, soyez dans le monde (sans être du monde) sobres et sans excès, bienveillants et patients avec les contradicteurs, fermes et tranchants vis-à-vis des péchés élevés au rang de loi par la république maçonnique. Défendez toujours la morale naturelle face à l’incurie laïcisante et athée. Que l’on sente que votre force vient de votre foi sans en faire un étalage public. La société aussi bien que l’individu a besoin d’ordre pour s’épanouir. Prônez le rétablissement de l’ordre public.

Merci, fille, de M’avoir écouté, mais tu es fatiguée, Je continuerai dès que possible. Je te bénis.

Jésus

 

Mercredi 7 juin 2006

– Mes enfants, ne perdez pas courage maintenant que les turbulences approchent, au contraire, relevez la tête : voici l’heure !
Tenez bon car toutes choses en ce monde sont dans Ma Main. Se maintient celui que Je maintiens, tombe celui de qui Je retire Ma Main. Restez attentifs aux signes divers qui parcourent la Terre. Sachez comprendre avec Mon Cœur les événements de votre Terre. Mes enfants, que la colère soit votre énergie pour combattre. Je parle de la sainte colère face aux œuvres de destruction de Ma Nation de France. Mes enfants, maintenant plus que jamais, soyez joyeux, car le temps est proche. Je vous bénis de vos ardeurs à défendre les droits de votre Dieu que Je suis. Amen.

Jésus-Christ Maître des Nations

 

 

Mercredi 12 juin 2006

    – Fille, ceux qui défient leur Dieu sont ceux qui ont fait de Ma Terre un terrain de jeu pour leurs ambitions. L’ambition de ces hommes-là est un défi fait à Dieu le Père. Les événements se mettent peu à peu en place, tu en as pris conscience plus profondément, mais tu savais tout ceci depuis longtemps. Au Ciel, l’Éternel. Rien de définitif sur cette Terre, alors, n’aie crainte, aucune situation n’est irréversible. La puissance de Rome elle-même ne semblait-elle pas irréversible à Mes contemporains? Ai-Je «lutté» contre Rome? À Rome, J’ai envoyé Mes soldats – les martyrs – et par la force de leur foi en Moi, ils ont vaincu et un jour un empereur romain est devenu chrétien et l’Église naissante a triomphé de par le monde. Bien sûr, la situation aujourd’hui est fort différente. Mais le combat est le même et la solution la même: un Chef chrétien qui règne en maître chrétien avec des lois chrétiennes, alors peu à peu la société civile elle-même se rechristianisera. Les peuples vont où les mènent leurs chefs.

Fille, la chronologie des événements que tu Me redemandes, tu la connais, tu la vois arriver sous tes yeux: le choc de deux mondes, la défense du sol et du droit, l’embrasement, le chaos, la lutte armée, la conquête, le triomphe, et pour tout cela, Mon Secret divin: celui que J’ai formé en Mon Sein pour cette heure, celui dont le bras ne faiblira pas. N’aie aucun doute, l’heure se rapproche. N’as-tu pas vu une prophétie récente se réaliser: n’ai-Je pas annoncé l’affrontement fratricide qui se déchaîne sur la Terre qui M’a vu naître? Je te bénis, viens à Mon écoute toujours.

 

Jésus-Christ, Maître des Nations

 

Mardi 27 juin 2006

– Mon Seigneur, voulez-Vous me parler?

– Oui, fille, écoute et écris:

Dorénavant rien ne sera plus comme avant pour vous. Fille, écris: ce monde va passer et rien de comparable ne se représentera. Mes enfants, votre Terre elle-même va changer de visage. Oui, il est proche le Jour du Seigneur où les Nations seront jugées. Il ne restera que cendres sur cendres de cette civilisation fondée par Mon ennemi. Je reprendrai le cours de l’Histoire à partir du régicide ignoble, et Mon peuple de nouveau ne fera qu’un avec son roi qui, lui, Me sera uni. Aucune autre alliance ne pourra jamais apporter la paix aux hommes. Cependant, et vous le savez bien, avant que Je ne puisse reprendre le cours interrompu de l’Histoire, il y aura des pleurs et des grincements de dents. Même vos politologues le disent: les barbares sont en place. Oui, Mes enfants, la prochaine, et certaine, crise dans votre pays sera celle qui donnera le signal. Les crises précédentes n’auront été que des répétitions, du «testing»
comme vous le dites aujourd’hui. La prochaine crise affectera sérieusement Mon pays de France et ce sera le signal du combat. Je suis et Je serai toujours votre guide en toutes vos actions. Désormais, soumettez-Moi, Mes enfants, toutes décisions importantes que vous auriez à prendre pour vous et vos familles. Je ne veux pas d’imprudence. Prenez conseil auprès de Moi. Mes enfants, tournez-vous vers Moi souvent, Je serai heureux de répondre à vos questions et de vous guider en tout. Je vous bénis. Amen.

Toi, fille, vends ton commerce et commence à chercher une maison.

Jésus-Christ, Maître des Nations

 

Mardi 4 juillet 2006

– Mon Seigneur, me voici.

– Amen, fille, écoute Ma Voix et écris:

L’océan se déchaîne sur bien des côtes et nul ne pressent l’événement. La purification des Nations continue. Je l’ai dit : toutes seront éprouvées. Votre pays de France le sera aussi sans plus tarder : à l’ouest, au nord, au sud et à l’est, on ne saura plus où donner de la tête. On se lamentera mais nul ne se
tournera vers Moi dans l’épreuve. La France ainsi bouleversée sera une proie facile pour les chacals qui veulent se repaître de sa dépouille. Ô oui, l’orage est sur vos têtes. Ma France dévastée sera livrée à l’ennemi par ceux qui devraient la défendre. Ils montreront leurs vrais visages ceux qui disent blanc et qui font noir en riant de si bien tromper le peuple. Leur hypocrisie sera étalée aux yeux de tous à tel point que le peuple lui-même ne voudra plus de cette république et encore moins de la démocratie. Le peuple criera au roi!

Encore maintenant soyez attentifs aux signes et voyez comment Mes prophéties se réalisent les unes après les autres à brèves échéances. Plus le temps passe et plus les échéances entre les événements annoncés sont brèves, ils finiront par se télescoper. Plus rien aujourd’hui ne retient la Main appesantie de Mon Père et plus rien ne retient la folie des hommes. Le pire est à venir. C’est alors que se lèvera celui que tous réclameront: le libérateur de la chrétienté et des peuples asservis par Mammon et Lucifer réunis. Son bras sera terrible sur les nations et son courroux dévastateur mais derrière lui refleuriront les saintes Nations. Amen, comme J’attends cet heureux temps!

Jésus-Christ, Maître des Nations

 

Mercredi 12 juillet 2006

– […] Oui, votre Nation va très mal et ce n’est pas près de s’arranger, tu le sais. Tu sais aussi que Je ne laisserai pas la dépouille de la France entre les mains ennemies. L’orage se rapproche rapidement maintenant. Personne ne veut croire à une possible situation de rupture de la quiétude à la française et pourtant le Jour vient où Je jugerai cette Nation. Les prochaines élections présidentielles constituent une dernière chance pour la France de rétablir l’ordre et de garder son sol et son peuple.

Jésus-Christ, Maître des Nations

 

Dimanche 23 juillet 2006

– Mon Seigneur, voulez-Vous me parler ?

– Oui, fille, écoute et écris :

Des torrents de boue vont ensevelir une partie de la terre du pays qui fut le Mien lorsque Je vécus sur votre Terre. Nul ne peut arrêter la folie des hommes qui se sont vendus à l’ennemi. Ils vont s’attaquer à tous les lieux où J’ai laissé Mes pas. Déjà ils tirent sur la ville qui M’a vu naître. Au-delà du conflit humain, il y a une volonté de détruire les lieux de Ma vie terrestre. Ce combat terrestre cache mal un combat spirituel mené contre Moi. Oui, Mes pauvres enfants seront ensevelis sous un torrent de boue. Mes enfants, observez les signes et ne soyez pas des aveugles spirituels: sachez voir au-delà même des enjeux géopolitiques de la région, le combat contre Mon Nom. Et qui donc, dans ce conflit, défend Mon Nom? Pas un! Attention Jérusalem, les fondations même de ton temple pourraient être ébranlées par les secousses de ce combat. Tu n’y crois pas, tu te sens à l’abri, mais crois-tu vraiment qu’ils t’épargneront lorsqu’ils seront devant tes portes? Jérusalem, souviens-toi : dès que tu romps ton alliance avec Dieu, l’ennemi fond sur toi et tes remparts ne l’arrêteront pas. Jérusalem, tu n’auras plus jamais le même visage. Pour Mes amis, J’épargnerai de la folie humaine le Golgotha et Mon tombeau jusqu’à la fin des temps.

*Grande Note de l’éditeur dans le livre français.

Mes enfants, cette guerre sera sans merci et la région durablement déstabilisée: attention aux réactions dans vos pays aux peuples mélangés: qui sème le vent, récolte la tempête! Je vous bénis, Mes enfants, allez en Paix.

Jésus-Christ, Maître des Nations

 

Lundi 31 juillet 2006

– Fille, écoute et écris:

Tout dort et pourtant le feu couve. Sous la terre, le feu parcourt la Terre. Sous la mer, il brise l’écorce et provoque des raz-de-marée. Ces phénomènes ne s’arrêteront pas, au contraire. La Terre s’accorde à la folie des hommes: elle gronde, plie, tremble, casse. Le mal ronge son équilibre depuis si longtemps. Que ne respectez-vous pas votre Terre et ses rythmes, Mes enfants? Soyez plus attentifs aux besoins de votre Terre. Certains ont pris conscience de la folie de la course en avant, mais rien n’y fait: toujours plus de consommation, de gaspillage des richesses naturelles que Mon Père avait mises à votre disposition pour votre bien: le Malin a tout corrompu en l’homme. Ce qui est vrai pour le salut de votre environnement l’est pour la vie politique: seul un miracle aujourd’hui peut permettre un grand nettoyage, prélude nécessaire à la venue de Mon Règne en votre temps. Oui, c’est une autre façon de parler de la purification nécessaire. Purification qui concernera chaque fibre du vivant. Nul, ni rien, n’échappera à la remise en ordre. Tout est déréglé par oubli de la règle première: tu aimeras ton Dieu de toutes tes forces, de toute ton âme. Une fois le désordre installé dans l’alliance éternelle entre l’homme et Dieu, les dérèglements s’installent en cascades de plus en plus répandues, touchant tous les domaines de l’existence. Le préalable à tout changement de longue durée, eschatologique donc, est le rétablissement de l’ordre dans la relation de l’homme à Dieu par la revendication de Mon Droit de Suzerain, sur chaque Nation jusqu’à L’Univers entier, qui permettra de rétablir la légitimité des chefs des peuples, étendant ainsi, par la tête, Mon Règne Social. L’ordre sera rétabli et la prospérité et la Paix renaîtront. Il ne suffit plus de rétablir des lois chrétiennes, dont personne ne veut plus dans vos Nations sans foi ni loi, pour ramener ces Nations à leur vocation d’enfant de Dieu. Il faut aujourd’hui affirmer Ma Royauté sur ces mêmes Nations. Pour cela, il Me faut une voix.

Et vous serez cette voix lorsque l’heure sera venue. Nul obstacle devant vous, nul obstacle en vous. Je balaie tout, J’efface tout, Je renouvelle : votre âme est trempée comme une lame d’acier. Nul trouble, seule demeure la volonté d’accomplir la Volonté de Dieu. Ainsi Je vous veux, ainsi vous êtes Mes amis.

Mon âme est triste à en mourir mais sur vous Je peux compter. Ma douleur est celle de l’Amour. Rendez-moi justice de Mon Amour, ô hommes de cette terre. Tant d’ingratitudes blessent Mon Saint Cœur et pourtant, sans relâche, J’envoie Mes serviteurs. Maintenant J’envoie Mes fils et filles, leur volonté ne se brisera pas sur le mur de l’indifférence. Leur force de conviction sera terrible pour le monde. Ils ont les armes du bon combat.

Fils et filles, croyez. Je vous bénis et vous appelle Mes amis.

Jésus

 

 

Jeudi 3 août 2006

– Fille bénie de Mon cœur, tu viens de découvrir, parmi les nombreux rosiers du Jardin de Ma Mère, la grotte où Elle aime à prier. Reviens-y dès que tu cherches la Paix. Elle te sera donnée comme maintenant : corps, âme et esprit sont reposés, en paix profonde. Expérience mystique, oui, qui recrée l’âme telle qu’elle fut au sortir de Mon Cœur. Fille, Je t’aime, Ma Grâce te suffit. Va à tes occupations avec Ma Paix.

Jésus ton Seigneur. Amen

 

 

Samedi 5 août 2006

– Ce soir, le sort de Mon pays se joue entre deux feux. Je parle du pays qui M’a vu naître sur votre terre. La folie des hommes entraîne tous les peuples. Priez pour que l’embrasement de la région reste circonstancié tant qu’un gouvernement fort n’est pas établi sur la France. Car, oui, les conflits de cette contrée lointaine seront portés sur votre sol par le jeu de l’errance des peuples.

Petite fille, Mon Cœur saigne de tout cela et en même temps Il jubile car « lorsque vous verrez tous ces signes, relevez la tête et réjouissez-vous, l’heure est proche ». Oui, l’heure est proche de Mon Règne et ceux qui n’en veulent pas rugissent leur haine sur tout le globe. Petit à petit, la voix de Ma Mère se tait, comme Je l’ai annoncé. Soyez attentifs à ce qui se passe dans le monde et voyez l’heure qui approche et réjouissez-vous. Soyez bénis Mes enfants.

 

Jésus-Christ

 

Dimanche 6 août 2006Transfiguration

– Petite fille écoute et écris:

Rien désormais n’arrêtera la folie des hommes. Le démon tient l’esprit de tout un peuple. La ruine est au bout pour tous les belligérants et ceux qui voudront soutenir l’un ou l’autre ou encore pour ceux qui voudraient s’interposer sans accord. Non, Ma terre est livrée, à feu et à sang, jusqu’au bout maintenant. La folie des hommes… Qu’y puis Je si pas un ne M’écoute ? J’avais une voix au Liban, elle s’est tue. Impuissance de Dieu devant la liberté de l’homme. Par Amour. Par essence. Et pourtant Ma Puissance n’attend qu’une demande pour se manifester au secours de qui L’implore. Ils ont placé leur confiance dans un fou et leur honneur dans leurs armes.

Fille, écris encore: voici ce qui attend ta terre de France. Les «fous de dieu», du faux dieu, embraseront les peuples qui habitent au milieu de vous de leur folie et, pour vous défendre, vous n’aurez rien. Pas de volonté politique, pas d’union nationale, pas de chef de guerre compétent, pas de soldats vaillants, pas d’hommes décidés : rien ni personne. La France sera piétinée, foulée aux pieds des fous. Fille, oublies-tu le fait que l’ennemi connaît Mon choix de prédilection de la fille aînée de l’Église ? Ne crois-tu pas qu’à ce titre, elle soit une cible plus importante encore que les lieux de la première Alliance et de Mon séjour. La terre de Mon Sacré-Cœur est une cible autrement plus importante aux yeux de l’ennemi. L’attaque d’Israël contre le Liban n’est pas une autre tactique stratégique que celle des États-Unis sur l’Irak. Mêmes causes, mêmes effets, mêmes buts de guerre à long terme. Sache percer les circonvolutions habiles de l’ennemi qui part de loin pour blesser Mon Sacré-Cœur au plus prés ensuite. Votre sol ne sera pas épargné. Mes enfants, Je vous bénis.

Jésus-Christ

 

 

Vendredi 1er septembre 2006

– La race des Francs a été établie pour l’éternité afin de présider aux destinées du monde. Aujourd’hui elle faillit grandement, demain, restaurée, elle triomphera. Ce qui est établi par Dieu et qui reste fondé sur Dieu ne passera pas. La restauration de la race des Francs dans l’Alliance divine est ta mission à
travers « Joie de Dieu », ton combat, et alors elle triomphera sur toute race. 
Comprends ceci: peu importe le nombre si la Justice est de votre côté et elle y sera. Car avec la Justice vient Saint Michel, Chef des armées célestes, et nul assaillant visible ou invisible ne lui résiste, car il est établi en toute Justice dans l’Alliance divine. Crois que Dieu peut – et veut – tout. Mes enfants, Je vous bénis.

Jésus-Christ
Maître des Nations

 

 

Vendredi 15 septembre 2006

– Souvenez-vous que la bataille qui se joue sur terre se double d’une bataille bien plus terrible au niveau spirituel. La bataille est celle de la Foi contre les idéologies savamment distillées et entretenues par l’adversaire pour contrer Mon Désir de régner sur l’humanité et sur chaque Nation en particulier. Et Je veux régner sur la France particulièrement car d’elle naît l’exemple que les autres nations suivent, dans le bien comme dans le mal. Rétablissant la France, c’est toutes les autres Nations qui seront sauvées. Lourde mission certes, mais dans la foi et la fidélité, la vocation s’accomplit sans doute ni désordre. J’entends restaurer la France et Je veux le faire à travers l’acte politique le plus grand: la proclamation de Ma Royauté. Ma Puissance se manifestera dans l’Histoire et dans le temps humain. Et plus on fait croire à Mes amis que «Dieu ne s’intéresse pas aux petites choses de la terre» ‒ comme si la politique était une petite chose – et plus Je Me fais proche. J’interviendrai dans le cours de l’Histoire humaine car tel est Mon désir. Tous verront Ma Puissance.

Mes enfants, l’heure vient et elle est bien plus proche de vous que vous ne pouvez l’imaginer. La dégradation de la situation nationale et internationale s’accélère et presque tous maintenant perçoivent cette plongée dans les ténèbres. Je sauverai Mon peuple. Mon peuple n’en peut plus des mensonges, des forfaitures et autres dérives. Mon peuple se lasse du désordre et de l’injustice. Mon peuple se réveille. Et il va exiger la Vérité, la Justice et l’ordre. Par ailleurs, les peuples sauvages et barbares mêlés sur votre sol à Mon peuple (le bon grain est toujours mêlé à l’ivraie) vont passer à l’action sur ordre de l’étranger. La convergence de ces deux mouvements opposés bousculera la fausse paix « démocratique » maintenue coûte que coûte par les
gouvernants actuels.

Mes enfants, soyez bénis de votre fidèle volonté à faire Ma Volonté. Continuez dans cette voie d’abandon qui loin de limiter l’action, la guide.

Jésus

 

 

Mardi 17 octobre 2006

– Mon Seigneur, je me tourne vers Vous car je me sens mal à l’aise et énervée sans trop savoir pourquoi. Je viens demander à votre Cœur Sacré la Paix de l’âme. Voulez-Vous bien Seigneur me parler ce soir ?

– Fille aimée de Mon Cœur, sois en Paix maintenant! Tu te laisses accaparer par les choses du monde et tu oublies de te reposer sur Mon Cœur. Allons, viens un instant que Je te serre contre Moi… Là, te voilà apaisée à présent. Écoute et écris: Israël, ton Dieu te fait signe! Que répondras-tu? Las, plus un n’est capable d’entendre Ma Voix parmi ton peuple. Ils ont fermé leur cœur depuis trop longtemps, ils se sont détournés de Mes commandements. Ils ont la lettre de la loi et le sol de leurs pères, mais ils n’ont plus l’Esprit ni la Foi. Qu’en ferai-Je donc au Jour du Jugement qui vient ? Je les laisserai en proie aux nations qui les convoitent.

Jésus-Christ Seigneur

 

Mardi 14 novembre 2006

– Mon Seigneur, voulez-Vous me réconforter en faisant entendre Votre Voix à mes oreilles ?

– Fille, c’est à ton cœur que Je parle et non à tes oreilles, et c’est pourquoi Ma Voix te réconforte te redisant Ma Présence dans ta vie et en toi. Pourquoi te prives-tu de nos entretiens ? Tu sais que Je suis toujours là pour toi, à chaque instant et immédiatement.

– Ô Seigneur, ce privilège me comble de confusion devant ma misère et mon infidélité.

– Ton cœur est fidèle au Mien et ta misère sait s’adresser à Ma Miséricorde, ne crains donc rien.

– La vie sans Vous est une succession d’heures vides que l’on remplit comme l’on peut, mal et sans satisfaction. Ô mon Seigneur, attachez donc mon âme à la Vôtre et que mes heures ne soient plus vides.

– Je creuse en toi le désir de la mission, remplis les heures par la prière, élève ton âme, même un court instant vers Moi, et regarde Ma Croix souvent.

– Comme Vous avez dû user Votre Cœur lors de Votre vie terrestre,souffrant du manque d’Amour et du refus de Dieu!

– Le cœur de chaque homme connaît cette usure et c’est pourquoi le monde n’est pas heureux. Être dans le monde sans être du monde est une grande souffrance, une souffrance rédemptrice pour l’humanité. Dans la prière cette usure devient un baume pour Mon cœur, et la vie de l’homme est alors renouvelée. Les difficultés n’ont pas changé, mais l’âme est retrempée de courage et d’ardeur pour Dieu.

– Quelle sécurité de savoir que vous m’aimez, moi qui me suis longtemps cru abandonnée par Vous sur cette terre, loin de Vous et je comprends que c’était pour Vous faire encore plus proche.

– Fille, Mon Cœur ne t’a jamais quitté tout au long de ton existence. Dès le sein de ta mère Je veillais sur toi, au matin de ta naissance J’étais là et depuis, à chaque instant Je veille et Je suis présent.

Jésus

 

Dimanche 10 décembre 2006

– Enfin tu réponds à Mon Appel, fille! Crois-tu que si Je ne te parle pas, ce dont Je dois te parler n’arrivera pas?! Fille, Je te l’ai dit, Je t’ai ouvert les yeux de l’intelligence et tu dois regarder en face les événements qui approchent. Même s’ils te font peur, même si cela ne te plaît pas.

Fille, le monde est au bord du chaos. Tous les signaux d’alerte sont au rouge. Les tensions s’exacerbent. La fausse paix de ces derniers mois va voler en éclat. La purification des Nations continue, d’autant plus brutale et violente qu’elles ont renié leur Dieu et Père car, oui, Je suis le Père des Nations et elles Me doivent un culte public en tant que filles. Celles qui M’honorent se comptent sur les doigts d’une seule main, et la purification ne sera pas épargnée pour autant à leurs peuples.

Pour l’instant, rien ne semble bouger et tu commences à te demander si comme Jonas tu gémiras devant Ninive qui s’est sauvée! Malheureusement les hommes de ce temps ne sont pas prompts à la conversion, il y a trop longtemps qu’ils ont oublié le Vrai Dieu. C’est le calme relatif avant la tempête. Les barbares sont à vos portes. Les traîtres sont en place. Les veilleurs sont endormis, le peuple mis en léthargie. Oui fille, c’est le calme avant la tempête. Ne vous-y trompez pas. Ma Parole est Vérité. Et il adviendra tout ce que J’ai annoncé. Ce sera le temps d’une grande confusion.

Il est encore une chose dont Je dois te parler. Il s’agit des souffrances de la France. Oh oui, la purification va être à la hauteur de la faute! Et quelle faute! La plus grave trahison alliée à la plus cruelle désaffection. Je retirerai Ma Main pour un temps et elle sera livrée à la fureur absolue. Je garderai Mes enfants de tout mal. Je suis Maître du temps et Maître de vos vies. Amen.
Alléluia.

Jésus-Christ

 

 

Messages 2007

 

Mercredi 3 janvier 2007 *

– Fille, écoute Ma Voix qui te parle au cœur. Viens Mon enfant, ne Me fuis pas. Je suis là, près de toi. Écoute et écris pour Mes amis:
Mes enfants, les événements ne sont pas encore là, et alors? Seriez-vous, vous, devenus les maîtres du temps et de l’histoire? Qui peut Me faire reproche de Ma Miséricorde infinie? Avez-vous à vous en plaindre? Toutefois, Mes enfants, remarquez avec Moi comme tous, individuellement, avez été frappés dans vos vies. S’il n’y a pas (encore) eu l’épreuve générale annoncée, chacun de vous a été touché dans ses biens, dans ses proches ou encore dans sa chair. C’est le temps de l’épreuve: si vous vous découragez pour si peu, comment supporterez-vous la grande épreuve annoncée? Même ma servante Agnès-Marie a été touchée dans ses biens. Sachez-le, Mes amis ne sont pas épargnés de l’épreuve individuelle qui est toujours une preuve de foi et de patience à donner. L’épreuve générale les verra protégés. Ne vous lamentez pas, réjouissez-vous de Ma bonté qui veut votre purification afin de vous trouver prêts le jour de la grande épreuve. Mes enfants, Je vous bénis tendrement.

Jésus-Christ
Seigneur, Maître du temps et de l’histoire

 

Ce message a été donné suite à des récriminations reçues par les Éditions Résiac après la publication dans la revue «Le sourire de Marie » à l’été 2006 d’un message du Dimanche 18 juin 2006 dans lequel Notre-Seigneur évoquait un délai de six mois avant des événements. Message que je choisis volontairement de ne pas reproduire car s’adressant plus à la messagère qu’à tous et, de fait, le matin du 31 décembre 2006 alors que nous assistions à la Sainte Messe, un incendie s’est déclaré dans notre commerce, heureusement vite circonscrit par les pompiers et sans autres dommages que matériels et financiers. Notre-Seigneur a toutefois permis la publication de ce message afin de nous mettre à l’épreuve de Sa Volonté et devant nos fausses attentes.

(Agnès-Marie)

 

Mercredi 24 janvier 2007

– Mon Seigneur, je suis à Votre disposition, si Vous voulez me parler…

– Fille, Je te remercie de venir te mettre à ton service de secrétaire de Mon Divin Cœur. Écoute Ma Voix qui t’envahit et écris :

Mes enfants, les temps sont proches de leur accomplissement. Très proches. A vue humaine, le temps semble s’étirer sans fin, mais apprenez-le : le temps a une fin. Le temps est une œuvre divine et sa fin est donc en Dieu comme votre fin est en Dieu votre Père. Seul Dieu Mon Père connaît donc le Jour de la fin des temps. Cependant, Je vous le dis: il est proche ce Jour. Plus il semble s’éloigner et plus en réalité il se fait proche. Vous savez que ce temps doit se terminer dans le chaos et il vous semble pourtant, qu’alors même que toute votre civilisation devrait s’écrouler, elle se maintient. C’est le calme qui précède la tempête, n’en doutez pas. L’heure vient et elle est proche. Réjouissez-vous tous car le temps laissé à Satan pour éprouver l’homme se termine.
Toutes les apparences le donnent gagnant sur la Foi et sur l’Église, sur le monde et sur le Ciel. Cependant il n’en est rien, il est proche de sa fin. Sa connaissance du temps de Dieu déchaîne ses attaques, ne vous en effrayez pas, laissez-le s’agiter et vous, restez en Paix dans Mon Cœur. Gardez confiance en votre Père Tout-Puissant. 
Oui, réjouissez-vous car elle est toute proche la victoire de la Foi sur l’iniquité. Alors, ensemble, nous bâtirons Mon Règne d’Amour, de Justice et de Paix. Et les déserts refleuriront.

Jésus

 

Jeudi 1er mars 2007

– […] Ma France s’enfonce toujours plus profond dans les boues intellectuelles répandues par Satan, l’homicide dès l’origine. Sans Moi elle ne se relèverait plus désormais. Vous allez assister avec grande douleur à son agonie. Mes enfants, réjouissez-vous de ce que ce que J’ai annoncé arrive. Ma Parole est Vérité.

Jésus

 

Jeudi 15 mars 2007

– Pardonnez-moi, Seigneur, de n’être pas venue à Votre rencontre depuis tout ce temps…

– Je suis en toi et tu es en Moi, rien d’autre ne compte, le temps vous appartient (vous y êtes soumis), Moi Je suis toujours là pour vous. Fille, Je suis heureux de t’entendre, car tu es dans une tranquille confiance lorsque tu viens Me parler et M’écouter. La Joie et l’optimisme (Espérance) qui t’habitent malgré les soucis et les épreuves sont la meilleure preuve de Ma Grâce. […] Mon Chemin est un chemin de liberté intérieure et extérieure, un chemin de libération des attaches matérielles et des affections trop humaines. Je vous bénis d’emprunter avec joie le chemin que Je vous destine. Et c’est bien, car le Jour est proche où vous verrez l’accomplissement de toutes les prophéties. Mes enfants, restez dans une joyeuse confiance en votre Dieu qui vous aime et qui vous conduit toujours. Je vous bénis, Mes enfants.

Jésus le Christ Seigneur

 

Dimanche 29 avril 2007

– Fille, écoute et écris ce qui déborde de Mon Cœur, ce soir, pour vous Mes enfants bien-aimés: Ma France, à genoux déjà de par la volonté de quelques-uns, va signer son arrêt de mort: elle se livre pieds et poings liés à ceux qui ont juré sa perte. O peuple inconscient qui met des hommes inconstants à sa tête, tu pleureras amèrement tes choix sous peu. […] Je vous bénis.

Jésus-Christ

 

Mardi 22 mai 2007

– Enfin, fille, te voilà! Tu manquais à Mon Cœur, sais-tu? Non, tu vois la faute supposée et tu ne penses pas que Moi Je t’attends malgré tout. Ne Me prive pas de toi et ne te prive pas de Moi! Petite fille, tu trouves la vie difficile car ennuyeuse pour ton esprit qui est fait pour Mes sphères! Un jour, tu pourras déployer tes ailes qui sont faites pour le Ciel. Ici, sur terre, tu t’étioles et c’est pourquoi tu dois toujours chercher à Me rejoindre en esprit.

– Mon cœur est sec…

– Ton esprit, ton âme traverse un désert, mais ton cœur est généreux. Je t’aime. A bientôt. Ne Me laisse plus.

Jésus

 

Mercredi 30 mai 2007

– Chère fille, merci de venir à Mon écoute cet après-midi. Ma belle et douce Jehanne de France veut te parler, écoute attentivement sa voix et écris pour Mon peuple:

 

Message de Jehanne de France :

– Sois sans crainte, je suis comme toi, tu sais, une servante du Seigneur. Je n’ai pas de piédestal qui justifierait une crainte trop respectueuse. Accueille mes paroles comme celles d’une amie en Christ que je suis. Écoute, sois attentive. Voici : Les jours les plus sombres sont devant vous, ceux que j’ai connus ne sont rien en comparaison. Le souffle de haine de Satan attise les noirceurs d’âmes les plus cruelles au cœur des hommes qui refusent d’être enfants de Dieu.

Il faut un catalyseur à la résistance: un chef qui mène les troupes qui pour l’instant sont toutes dispersées. Toutes les bonnes volontés de France doivent se rassembler derrière celui qui prendra la tête de la bataille pour sauver ce qui reste de la France. Comprends-tu? Il faut un général. Aujourd’hui tout ceci s’entend spirituellement bien sûr, mais le rôle et la fonction sont les mêmes: résister aux assauts furieux ennemis et mener à la victoire le parti des enfants de Dieu. Les seules forces humaines n’y parviendront pas, il y faut la Grâce de Dieu, la force de la destinée, la volonté de la vocation assumée avec sérénité et
confiance. J’ai bouté, par la Volonté divine, les Anglais hors de France et rétabli le roi dans sa légitimité et sur son trône. Il faut aujourd’hui bouter hors de France les hordes incroyantes et les suppôts de Satan et établir le seul vrai roi de ce pays dont le nom n’est pas encore connu. Oui, cela nécessite une véritable révolution. L’entreprise est dangereuse mais indispensable. On ne peut pas laisser les âmes à l’emprise de la synagogue de Satan. Le Vrai Dieu doit être de nouveau connu de chacun de Ses enfants.

Je suis Jehanne de France et je suis celle qui annonce que doit se lever maintenant le germe de la résistance à l’envahisseur. Ces paroles ne seront pas stériles. Les sabots du cheval blanc martèlent le sol de France et sèment la haine et l’envie. La faiblesse des gouvernants excite encore plus ces cœurs enfiévrés et les pousse à toujours plus d’arrogance. À force de doutes sur sa légitimité, Charles VII est apparu veule et sans caractère, et Dieu m’a envoyée rallumer la flamme de la vocation. C’est encore ce que je viens faire: rallumer la flamme de la vocation de celui que Dieu a choisi depuis toujours pour conduire Son troupeau à travers les temps de confusion extrême. Moi, Jehanne, je dis: lève-toi et accomplis ta mission au service de Dieu!

– Permets-moi s’il te plaît de te demander concrètement quelle forme doit prendre cette résistance.

– Il faut lever des armées sur tout le territoire, leur donner le bagage doctrinal nécessaire et les envoyer en mission dans toutes les instances décisionnelles. D’autres que toi comprendront ce que je veux. À leur chef, je donnerai mon épée, car telle est ma dernière mission pour la France et pour le roi de France.

Jehanne

 

Lundi 25 juin 2007

– Fille, merci de venir à Mon contact. Seul Je peux combler ton cœur même sans grâces sensibles, le signe en est la paix intérieure qui t’habite. Tu es calme et confiante. Malgré les incertitudes et les difficultés, tu sais que Je prends soin de toi, et tu attends sereinement que les épreuves passent. Car, oui, tu vis là des épreuves et tu les vis pour la première fois dans la joie et la paix. Tu n’as même pas l’impression qu’il s’agit d’épreuves, et pourtant! Oui, fille, vraiment tu peux le croire, Moi, le Christ Jésus, fils de Marie la très chaste, Je suis content de toi. Tu as plus progressé dans Mes Voies en quelques jours qu’en quelques années auparavant. J’ai soif de Me reposer dans les âmes et, oui, Je suis heureux lorsqu’une est enfin prête à M’accueillir, alors même qu’elle a compris que Je ne viens pas avec des consolations sensibles, mais plutôt avec Ma Croix d’Amour. Tu M’as plusieurs fois supplié de planter Ma Croix dans ton cœur afin que tu ne t’égares pas. Je veux t’exaucer. Non, Mon âme, ne crains pas: le Ciel se prend par violence, et cette violence c’est la Croix. La veux-tu?

– Je veux ce que Vous voulez! Amen. Lors même que j’aurais des craintes très vives de souffrir, car je ne suis pas patiente du tout vis-à-vis de la souffrance physique, je crois que je suis plus forte en ce qui concerne la souffrance morale. Mais je n’ai pas peur de Votre Croix, car je sais que c’est une Croix d’Amour et que Vous avez besoin de mon pauvre et faible cœur pour Vos œuvres.

– Recueille-toi dans l’oraison et fais-Moi entière confiance. Je vais définitivement t’attacher à Moi par la Croix. Le veux-tu, Ma fille?

– Oui, je le veux.

– Avance parmi les vierges dans la Maison des Noces de l’Agneau et là, Je captiverai ton âme à jamais. Je veux prendre le dessus dans ton âme afin que tu sois toujours attachée et fidèle. Petite fille, Je suis ton doux Seigneur, mais Je dois te faire violence pour t’attirer à Moi. Fille, le veux-tu?

– Oui, mon Jésus, je le veux. Faites de moi ce qu’il Vous plaira. Je Vous aime, je Vous adore de toutes les puissances de mon âme.

– Fille, viens, Je suis le Maître de ton âme.

Jésus-Christ Seigneur et Maître des âmes

 

Lundi 9 juillet 2007

– Mon Seigneur, me voici.

– Amen, viens petite fille, Me consoler. L’ardeur de ton amour pour Moi ton Dieu réchauffe Mon Cœur que tant et tant refusent et blasphèment. Ô Mon âme, viens te blottir contre Moi pour y trouver toutes consolations à ta vie terrestre que tu portes comme un fardeau, car s’en est un lorsque les désirs de l’esprit sont tournés vers le Ciel. Je t’ai laissé un accès permanent au Ciel, tu l’as compris, tu n’as qu’à appeler celui que tu surnommes ton « ange pressé », et te voici parmi Mes parterres. Et comme J’aime que tu viennes souvent y rencontrer Ma Mère, mettre ta tête sur ses genoux et implorer ses Bénédictions! Cette vie de ton âme est plus réelle que celle de ton corps sur Terre, tu le sais bien.

– Seigneur, je voudrais comprendre Votre pédagogie en ce qui concerne le chemin que Vous voulez pour ma famille et moi. La vente du restaurant est, au jour d’aujourd’hui, toujours aussi incertaine. Il me semble que le départ, dès lors que nous y avons consenti au point d’acheter avec confiance des billets d’avion, n’est plus nécessaire. Le brouillard et les difficultés sont totales et cependant nous sommes en paix et plein de joie! C’est à n’y rien comprendre. Sauf à croire à un don de votre part et à un meilleur abandon à Votre Volonté de notre part. Mon Seigneur, voulez-Vous bien éclairer mon intelligence si telle est Votre Volonté? Et j’ai oublié de parler du fiasco de l’engagement politique que Vous m’aviez demandé! S’agit-il seulement de tester l’obéissance?

– Fille, écoute et écris:

Mes enfants, Je vous apprends à soumettre votre volonté et vos vues à Ma Volonté et à Mes vues, ceci afin de pouvoir Me servir de vous comme instruments de Ma Volonté aux jours sombres qui approchent comme vous n’êtes pas sans l’ignorer. Oui, vous voici soumis à Mes Volontés et désireux de M’obéir, alors même qu’humainement il semble déraisonnable d’avoir obéi puisqu’il y a échec. Ainsi, vous pouvez mesurer les limites de l’action humaine et politique sans Dieu. Si Je n’interviens pas, à travers des instruments choisis et bien formés à l’obéissance à Mes Volontés, la France qui vous fait tant de soucis, ne sera pas en mesure de se relever.

Écris encore: Je vous épure comme l’or au creuset, n’ayez crainte et laissez-vous épurer, Mes enfants. Quoi qu’il arrive, Je suis à vos côtés. Laissez-Moi vous dépouiller du vieil homme. Je n’utilise pas la même voie pour tous, mais tout concourt à vous former selon Mon Esprit. Je vous bénis.

Jésus-Christ

 

Lundi 24 septembre 2007

– Mon Seigneur, Vous manquez à mon âme, je le sens bien. Je me sens vide, sans envie, et la solitude me pèse, de même que la foule. Je
n’arrive pas à agir. Vous êtes mon secours, je le sais, et je crie vers Vous car Seul Votre Amour me remet sur pieds.

– Fille, Je suis là avec toi. Sais-tu que ce vide que Je t’ai permis de ressentir est celui qui serre le cœur et la vie de la plupart de tes contemporains. Comprends-tu maintenant pourquoi il leur faut du bruit, des images, de l’agitation, des addictions: il leur faut remplir coûte que coûte ce vide! Et eux ne savent pas se tourner vers Moi, comme tu l’as fait. Va et réjouis-toi, car tu es aimée de Dieu.

Jésus

 

Vendredi 7 décembre 2007

– Fille, te voici, c’est bien. Écoute: Ma Voix parvient claire à tes oreilles et tu n’as pas à te tromper, ne crains pas. Sois tranquille, Je t’aime et ce que Je vois de toi devant Ma Face est une douce vision, quand bien même il te semble être infidèle et pleine de défauts. Ton cœur est tout entier à ton Dieu et c’est ce qui Me réjouis, le reste Je ne le vois pas. Mon amitié pour toi est sans réticence, ne crains pas. La preuve que les événements s’approchent sera donnée par le fait que soudain, en peu de temps, votre vie sera changée: nouveaux lieux, nouvelles activités, nouvelles amitiés.

– Mon Dieu, je sens bien que Vous Vous occupez de tout, je vous laisse donc faire en toute confiance. L’angoisse a quitté mon cœur et c’est sûrement un don que Vous m’avez accordé. Je suis en paix et le cœur serein, malgré les difficultés financières traversées.

– Fille, oui, Je t’ai accordé cette Paix que tu réclamais depuis si longtemps. Cette Paix est ton actuelle nourriture spirituelle, savoure-la car nulle part tu n’en auras de plus suave.

– Vous savez donc, mon Seigneur, que ce n’est pas par choix réel que je ne vais pas souvent à la Sainte Messe. J’ai l’impression que les vraies Saintes Messes sont rares.

– Hélas, fille, rares sont ceux qui ont la vraie foi. Ne te préoccupe pas de cela, Je t’ai dit que Je te donnais la nourriture nécessaire et que bientôt ta vie changerait. Continue d’aller en Paix. Je te bénis. Repose-toi sur Mon Cœur qui t’est un fidèle et sûr abri. Je t’aime.

Ton Seigneur Jésus

 

Mardi 11 décembre 2007

– Amen, fille, te voici, Je t’attendais. Viens donc quand tu le peux, en toute simplicité, même cinq minutes, tu n’as pas besoin de temps pour Me parler un moment. Cela ne demande aucune préparation puisque Je dicte. Écoute et écris : Fille, ne fais pas obstacle à Mes paroles, tu n’es pas responsable de ce que tu écris sous Ma dictée.

Un nouveau martyre sanglant va traverser l’Église. Il est déjà commencé, mais cela est encore caché. Bientôt ce martyre de Mon Église sera révélé, dans une indifférence quasi-générale, tant le refroidissement de la foi est grand désormais. À l’apogée du relativisme, qu’est-ce qu’un martyr pour la foi? Le monde
l’ignore, mais Moi Je choisis Mes Victimes d’Amour. Celui qui est mis à mort en haine de Mon Saint Nom ou de celui de Ma Sainte Mère est une victime immolée pour Ma Gloire et pour le Salut du monde. Les nouveaux martyrs d’aujourd’hui façonnent l’Église de demain. Ils sont le levain dans la pâte. Ceci fut vrai à d’autres époques, ça l’est aujourd’hui.

Qui dit martyrs, dit bourreaux. Ils sont les nouveaux fléaux de Dieu qui bat Son Aire: la balle est dispersée par le vent, le grain est mis à l’abri pour les lendemains incertains. Ils se sont inventé un dieu de colère et de vengeance. Ils haïssent Mon Saint Nom. Satan est leur maître, consciemment pour beaucoup, inconsciemment pour quelques-uns. Ils entendent des voix qui les poussent aux crimes et aux tueries. Ils ont de cauchemardesques visions d’enfer qui torturent leurs nuits et leurs jours. Ils sont entièrement pris dans les rets de l’ennemi du genre humain. Plus ils se débattent et plus les mailles se resserrent. Le meurtre leur apporte un soulagement passager puis ce sont de nouvelles tortures mentales et spirituelles. Votre monde a engendré ses monstres qui le dévorent. Je balaierai d’un Souffle ces émanations de l’enfer, agents sans pitié d’un monde cruel et sans foi. Tout ce qui n’est pas de Moi est voué à disparaître pour ne plus jamais revenir. Voyez-vous quelles folies ont entraîné la perte de la vraie foi, la déliquescence de l’éducation de la jeunesse, la casse de la société équilibrée qui acceptait Mon arbitrage? Voyez-vous les dégâts qu’entraîne une société non soumise au Créateur? Aucun modèle politique quel qu’il soit ne vous sauvera. Désormais tout ne peut que s’achever dans le chaos. Chaos dans lequel disparaîtront toutes vos œuvres indignes de paraître devant Ma Face! Et elles sont nombreuses! Rien de ce que vous créez n’est d’essence divine. Tout est perverti par celui qui triomphe pleinement aujourd’hui. C’est le temps qui lui est accordé: un temps, un autre temps et la moitié d’un temps. Après, Je ferai paraître Ma Gloire. Je renverserai les puissants de leurs trônes et J’élèverai les humbles.

Fille, prends ton repos. A bientôt. Reste en Paix.

Jésus

 

 

Messages 2008

 

Samedi 19 avril 2008

– Ma fille, non, Ma Voix ne s’oublie pas et tu La reconnais entre mille, quel que soit le temps écoulé depuis notre dernière rencontre.

– Seigneur, j’ai reçu ce matin une lettre d’un frère d’Irlande, et je ne sais pas pourquoi, il me semble qu’il sera important pour l’avenir de ce que Vous voulez réaliser.

– Oui, fille, tu as raison: ce fils d’Irlande, tu vas le rencontrer plus tôt que tu ne penses et tu verras Ma Gloire.

 

Dimanche 27 juillet 2008

– Fille de Mon Cœur, viens, ne crains pas ton Dieu qui t’aime. Ne t’éloigne plus de Moi maintenant car J’ai besoin de toi pour Mes Desseins. Ma Voix doit s’entendre sur votre terre. Tu es fatiguée, viens que Je te donne Ma Force. Je t’ai fait sentir avec quelle Puissance Je veux Me manifester à la face des peuples et comment devant Ma Puissance ils s’effondreront. Je relèverai les bons.

Oui, Mes enfants impatients, plus que jamais Je vous le dis, les temps sont proches de l’obscurcissement total de la Terre et de la Révélation de la Lumière que Je suis. Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu. Tu désires, quitte à en être foudroyée, Me voir, et J’aime ce désir en toi, petite âme. Je te fais peur
lorsque Je te révèle Mes plans et pourtant, Je ne puis m’empêcher de te le répéter à chaque fois que tu ouvres ton cœur à Ma Présence. C’est qu’à Moi aussi le temps presse. C’est la Joie de la Victoire qui Me fait te révéler ce qui t’effraie au risque de te blesser. Mais c’est une blessure d’Amour que tu acceptes et
que tu désires. Vis déjà dans Mon Royaume en Me laissant te partager Mes Projets, sans peur de t’illusionner. Être dans le monde sans être du monde implique un certain détachement qui n’est pas nuisible. N’aie pas peur d’avoir plus la tête au ciel que les pieds sur terre! Et Moi, Je me charge du reste.

Fille de Mon Cœur, Je suis la respiration de ton âme et tu as besoin de ce Repos de Ma Présence lors de nos rencontres. Alors, viens autant que tu le veux, Je suis toujours là pour toi.

Je brûle du désir de Me répandre sur la Terre

avec le Feu de Ma Puissance d’Amour.

 

La Terre n’a jamais porté autant de messagers et de «petits prophètes» qu’aujourd’hui qui multiplient Ma Voix par toute la Terre et pourtant, si peu L’entendent. Je Me répands dans Mon Infinie Tendresse pour la créature de prédilection de Mon Père (l’homme) et si peu M’accueillent. Mais Je briserai vos
chaînes et vos cœurs s’ouvriront et J’habiterai parmi vous. EMMANUEL!

Ephata! Je suis l’Alpha et l’Oméga et nul ne prévaudra contre Moi. Je suis la Puissance et la Victoire.

Petite fille, comprends Ma Soif des âmes, Mon désir brûlant de vivre en vos cœurs. Comprends Mon Angoisse et Mon Agonie devant le refus des hommes. Comment puis-Je Me donner s’ils ne Me veulent pas ? Mais l’Heure de Mon Père arrive où Je manifesterai Ma Présence dans toute la Puissance de Ma Divinité et où l’humanité se laissera pénétrer de Mon Feu purificateur. Ce Feu sera tel que personne ne pourra le repousser. Je serai alors le Roi d’épouvante
pour Mes ennemis et le Divin Agneau pour mes Amis.

À Mes fils et filles de prédilection Je manifesterai dans la Puissance Ma Gloire et leur justification, et ils cesseront d’être la risée du monde pour en être le levain dans la pâte, car ils sauront pardonner et aimer au-delà de ce qui est imaginable, par Ma Sainte Grâce de surabondante Gloire. Et refleuriront les temps nouveaux. Je prépare tous Mes enfants à ma Venue dans la Gloire. Ne vous étonnez pas de la concordance des différents messages de Mes nombreux servants et servantes. Un jour ils crieront d’une seule voix: «Il vient!». Et ce jour est proche, très proche.

Ma fille, ne sens-tu pas les prémices et Mon impatience à Me donner? Ma fille, peux-tu Me promettre de M’aimer chaque jour et de mettre ton cœur en Ma Présence le plus souvent possible?

– Avec le secours de Votre Sainte Grâce, je promets, Seigneur, de mettre mon cœur dans Votre Cœur.

– Maintenant il ne faut plus te détourner, ni laisser passer du temps entre Nos rencontres. Tu dois t’imprégner de Moi. Je dois
t’imprégner de Moi.

J’ai un tel désir des âmes.

J’ai un tel désir de satisfaire à la Justice de Mon Père. Que les théologiens ne cherchent pas des choses inutiles dans Mes Paroles. Par Mon Sacrifice J’ai satisfait à la Justice de Mon Père, mais Je veux entraîner l’humanité avec Moi car là où la Tête est passée, là doit passer le Corps. Comme J’ai hâte de pouvoir offrir à Mon Père une Terre renouvelée, un fils prodigue, une brebis perdue! Comme Mon Cœur brûle! Votre impatience des événements, que pourtant vous savez devoir être douloureux, est un reflet de ce Feu qui brûle en Mon Cœur. Surtout laissez le brûler en vous, ne craignez pas d’y consumer votre cœur, car alors ce sera Mon Cœur qui brûlera en vous. O ce feu! Ce Feu purificateur qui parcourra la Terre, lui fouillant les reins jusqu’au plus profond pour la découvrir nue devant Dieu. Alors la Vérité sera révélée. Ce Feu Me brûle, Mes enfants, prenez-en votre part et brûlez avec Moi afin d’être trouvés justes le Jour où paraîtra Ma Gloire. O ce Jour! Ce jour redouté et attendu.

 

 

Mardi 29 juillet 2008

– Viens, Ma fille, à Mon écoute. Viens et ne Me quitte plus. Je t’aime d’un Amour de prédilection, sais-tu? Écris pour Mes enfants maintenant.

Mes enfants, les temps sont mûrs pour l’eau, le feu, le vent, l’ouragan, le déchaînement des éléments, un par un ou simultanément, et ceci sur toute la surface du globe terrestre.

L’Ange du Seigneur chargé de la purification des peuples continue son œuvre. Vous ne voulez pas admettre la purification à travers les éléments, et c’est parce que vous êtes ignorants des lois de Dieu et de Son Amour pour la Terre qui vous porte et qui supporte les souillures que vous continuez à lui infliger, alors même que vos congrès internationaux ne résonnent que des termes d’écologie, d’énergie durable, de respect de la nature, de plans anti-pollution, d’environnement. Vous ne comprenez pas qu’au-delà de tout ceci il y va de votre Vie, celle que Je vous ai donnée par Mon Souffle: la vie de l’esprit. La pollution de l’environnement, et par contrecoup de chacune de vos cellules, entraîne une détérioration de vos facultés intellectuelles mais aussi et surtout de vos facultés spirituelles.

Si Ma Terre vous secoue, c’est pour la sauvegarde de la création divine et non par caprice ou par agencement géologique. Sachez que la tectonique des plaques n’a que peu à voir dans les secousses actuelles de la Terre. En fait vos scientifiques n’y trouveront guère d’explications selon vos sciences. Car ce sont Mes Lois qui agissent et non celles de la Terre. Mes enfants, vous ne faites qu’entrer dans la zone de turbulences, il y en aura d’autres, fracassantes, effrayantes, contre lesquelles vous ne pourrez rien. Même le sol de votre pays tremblera plus fortement que jamais en certains endroits inhabituels. De nouvelles tempêtes vont se lever et traverser votre pays, semant le désastre dans vos cultures.

Vous devez réformer votre conduite car votre vie est une insulte à Mes Yeux. Comment Mes peuples peuvent-ils bafouer Mes Lois de la sorte en suivant des gouvernements iniques et lucifériens? Mes enfants ne prient plus, ne jeûnent plus, ne vivent plus de ma Vie, alors ils sont aveuglés et se laissent mener à l’abattoir par des bergers infâmes.

O ces gouverneurs scélérats, comme ils blessent Mon Cœur par leur mauvaise conduite volontaire de Mes peuples. Oui, Je l’affirme, ils pèchent contre l’Esprit, ces gouverneurs des Nations qui les détournent de Moi, leur Dieu de Vérité et de Vie. Comme Mes enfants auront à souffrir à cause de leur manque de discernement dans le choix de leurs chefs!

O Mes peuples, comme ils vous trompent, comme ils vous avilissent, comme ils vous conduisent à votre perte: la mort, la seconde. Mais, Mes peuples, criez vers Moi, votre Sauveur, et encore maintenant Je vous écouterai, Je renverserai les puissants et Je mènerai Moi-même Mon troupeau. Seriez-vous muets, Mes peuples? Qui vous empêche de Me réclamer? Pourquoi vous satisferiez-vous des lois iniques de vos Nations? Lucifer a-t-il surpassé votre Dieu et Créateur et Père dans vos cœurs, lui qui n’a de cesse de vous tromper, de vous perdre, de vous détourner de Moi votre Dieu? O Douleur! O Agonie de
votre Dieu qui se voit supplanté dans le cœur de Ses enfants par le Serpent homicide dès l’origine.

Comprenez-vous la Colère légitime de Mon Père? Comprenez-vous la colère de la création de Mon Père contre vous qui l’entraînez malgré elle au
reniement et à la faute? Comprenez-vous la nécessité de la purification qui prend la forme du châtiment pour votre rédemption? Comprenez-vous Mon angoisse devant cette situation?

O Mes enfants, partagez Mon Angoisse de Père et revenez à Moi. Je vous attends encore. C’est encore le temps de la Miséricorde mais pour un court temps. Laissez-vous toucher, ô Mes peuples, par Mes larmes de Sang. Je suis à l’agonie. Mon Vêtement s’imbibe du Sang qui coule de chacun de Mes pores. O ce signe que Je vous donne et que vous ne voulez pas voir. Dernière Miséricorde. AMEN.

 

 

Mercredi 30 juillet 2008

– Viens, Mon âme, viens goûter le Repos et la Joie. Ne te soucie pas de ton travail. Ta place est préparée. Jouis des vacances que Je t’offre. Sois patiente avec ceux qui ne comprennent pas ta confiance. Le chemin passe aussi par ces tourments de l’âme.

Petite fille, ton âme est comme un papillon devant Moi. Du cocon est sorti un joli papillon précieux à Mes yeux. Ne t’étonne pas de te sentir encore chenille, car le papillon ignore sa beauté car c’est ainsi que Je le veux. Cependant ne crains pas d’aimer. Ne crains plus de souffrir en aimant. Laisse la tendresse pour les tiens sortir de ton cœur.

Petite âme, virevolte gaiement devant Ma Face car tu réjouis Mon Cœur.

Écris maintenant pour Mes enfants.

Mon Cœur saigne à cause de vous.

 

Mes enfants, ne restez pas sourds à Mes appels. À cause de votre éloignement, Mon Cœur saigne en abondance. Il saigne en plusieurs endroits de la Terre et vous ne le savez pas. O ceux qui cachent à Mon peuple Mes bienfaits, comme ils le regretteront au Jour de leur douleur! Comment puis-Je mieux crier Mon Amour pour vous qu’à travers ce signe ? Qui comprendra Ma douleur de Rédempteur ?

Certaines de Mes victimes qui M’aiment ont aussi des saignements de cœur. Qu’ils s’offrent encore plus pour le salut des pécheurs et de leur Nation, car ils souffrent de Ma douleur devant l’état du monde. Mes enfants qui M’aimez, restez avec Moi à Gethsémani. Ne vous endormez pas, le Royaume vous est ouvert.Mes enfants, mettez-vous en route, car Je veux recenser Mes peuples.

Venez à Ma rencontre. Je suis établi Juge sur les Nations et Je les ferai comparaître devant Moi. Et Je les jugerai. Puissé-Je trouver des justes parmi elles afin d’apaiser le Courroux de Mon Père et satisfaire à la Justice.

Mes victimes, laissez votre cœur saigner avec le Mien, n’ayez crainte d’y perdre la vie, au contraire Je vous ferai participants de Mon Œuvre d’Amour sur le monde.

Le sang s’échappe de la brûlure de Mon Cœur, comprenez-vous? De ce brasier ardent surgit la Vie. O Mes petits, réfugiez-vous dans la fournaise brûlante d’Amour de Mon Cœur qui saigne. Laissez-Moi laver vos vêtements dans le Sang de l’Agneau. O servants du Précieux Sang de l’Agneau Immolé, consacrez-vous à Mon office, Je vous appelle, laissez là vos biens et suivez-Moi.

 

Jeudi 31 juillet 2008

– Ferme les yeux, Mon âme, et porte ton regard intérieur vers Mon Cœur. Tu vois que Mon Cœur est un cœur de chair, rouge, vascularisé, palpitant, jeune et ardent.

Ferme encore les yeux, Mon âme. Tu vois le rayonnement lumineux intense qu’Il émet à chaque pulsation. Tu vois comme Il inonde la Terre de Ses rayons. Tu vois qu’il y a ceux qui absorbent ces rayonnements d’Amour pur et ceux qui Me les renvoient.

Mes enfants, comprenez que Mon Amour se donne à chacun, qu’Il recouvre à tout instant, comme des ondes éternellement émises, la Terre et ses habitants. «Le soleil brille sur les bons et sur les méchants». Seulement, et c’est justice, selon l’accueil qui est fait à Mon Amour Je vous appelle Mes enfants ou Mes ennemis. C’est vous et votre attitude vis-à-vis de Moi qui engendrez la différence entre le bon grain et l’ivraie. Ce que J’explique, c’est que Moi
votre Dieu, Je donne Mon Amour et que vous, vous le recevez ou bien vous le refusez, selon votre cœur, alors ne portez pas d’accusations mensongères contre Moi. Jamais Je ne vous abandonne. Disposez plutôt votre cœur en Ma faveur afin de recevoir Mes Grâces. Mes enfants, il est fini le temps des atermoiements. Désormais il faut choisir. Mais Mes enfants, venez à Moi ! Je vous attends.

 

Mardi 6 août 2008Transfiguration

– Viens, petite âme, à Mon écoute, ton Dieu te parle. Je veux seulement passer un petit moment en ta compagnie, Mon âme. Entends-tu la quiétude de la nuit?… Mais oui, Je suis avec toi et Moi aussi J’entends les bruits de la nuit avec toi. Mon âme, Je veux seulement te dire que Je M’occupe de toi dans tous les instants de la vie, des plus simples aux plus complexes. Je suis avec toi toujours et en tout temps.

– Merci Seigneur pour Votre sollicitude. Je Vous aime.

– Mon âme, prends ton repos de la nuit. Je reste à tes côtés.

 

Mardi 7 octobre 2008Notre Dame du Rosaire

– Mon tout-petit, viens, approche ton cœur et ton esprit de Moi, ton Dieu afin d’entendre Ma Voix. Vois-tu avancer Mon Plan? Et encore ce que tu peux percevoir n’est-il que la face émergée de l’iceberg. L’essentiel de ce que J’ai fait pour Mon Plan, tu ne le sais pas, mais cela sera éclatant dans peu

de temps. Je rassemble Mes amis des quatre coins du monde pour Mon Œuvre. Laissez-Moi faire, ne vous inquiétez de rien. Maintenant,
c’est Moi et Moi Seul qui conduis vos existences, car J’ai obtenu de vous la preuve de votre fidélité.

Ma fille, lorsque tu as du travail, travaille et lorsque tu n’as pas de travail, tiens-toi tranquille et viens vers Moi: c’est Moi qui le veux ainsi. Je vais régler la marche de votre vie. Je connais vos besoins.

– Seigneur, est-ce Votre Volonté que «Joie de Dieu » soit publié en langue anglaise?

– Pourquoi aurais-Je envoyé Mon serviteur sinon?

– Alors bénissez sa rencontre avec l’éditeur en envoyant Votre divine Mère Elle-même afin d’aplanir Vos Voies.

– Merci, Mon âme… mais Je vais y aller Moi-même! Je te bénis, fille de Mon Cœur, reste dans la Joie.

Jésus

– Fille, je suis ta Mère, veux-tu prier avec moi le Rosaire pour la France?

 

Je vous salue Marie, REINE DE FRANCE

Le Seigneur est avec vous

Vous êtes bénie entre toutes les femmes

Et Jésus le fruit de vos entrailles est béni

Sainte Marie, Mère de Dieu

Priez pour nous, pauvres pécheurs,

Maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

 

Lundi 13 octobre 2008Notre Dame de Fatima

– Fille, je suis Marie ta Mère, je t’ai fait venir en cet endroit car là était la maison que je te réservais. Je me plais en ce jardin, sais-tu ? Je suis proche de te donner le travail qui te convient : la maison où je serai, tu entreras.

– Merci Mère de vous occuper de moi.

– Je m’occupe de chacun de mes enfants qui me le demande. Maintenant, écoute mon Fils:

– Petite âme, sois attentive à Ma Voix et écris. Allons, prend ce message pour Mes enfants:

Chers enfants, Je veux que vous sachiez aujourd’hui, au fond de vos cœurs, que JE SUIS. Vous devez comprendre que J’habite en vous, réellement. Ce n’est ni une vue de l’esprit, ni une figure de style, Je suis réellement vivant en chaque cœur qui M’accueille. L’intimité que J’entends vivre avec vous est telle désormais qu’il vous faut prendre conscience de cette Présence divine en vous :

 

J’ai Mon Trône dans votre cœur.

 

Tels des tabernacles vivants, vous Me portez sur les chemins du monde, ainsi Je suis l’Emmanuel : Dieu parmi Son peuple. Cette intimité nouvelle, Je veux la donner largement : demandez-Moi de venir habiter en vous et Je viens. Soyez conscients qu’en agissant ainsi vous êtes disciples du Seigneur : vous Le portez au monde qui L’ignore, sans même avoir besoin d’ouvrir la bouche pour convaincre. Je suis Tout-Puissant et Ma Présence Seule, en vous, au milieu du monde, fera plus que toutes vos paroles aussi sages fussent-elles.

Soyez-Moi des ostensoirs, et qu’ainsi vos jambes Me portent là où Je vous envoie. C’est à une nouvelle forme d’évangélisation que Je vous appelle, Mes enfants. Une mission sainte, ô combien précieuse et délicate, toute cachée, mais Puissante car ainsi vous Me permettez d’agir où Je n’entre d’ordinaire pas: dans tous vos lieux de travail et de vie, au cœur de vos villes comme aux confins de vos campagnes.

Mes enfants se détournent de Moi et ne viennent plus Me visiter? J’irai donc à eux avec toute la Puissance de Ma Présence réelle cachée en vos cœurs. Vous n’avez plus le droit de Me porter à l’extérieur? Vous Me porterez à l’intérieur! Tel un trésor plus précieux que l’or! On peut vous interdire tous signes extérieurs mais nul ne peut vous interdire LE signe intérieur ni limiter d’aucune façon Sa Puissance. Ainsi J’habiterai la Terre d’une Présence nouvelle, invisible encore, car cachée, mais un jour la Vérité sera révélée, vous le savez.

Mes enfants, répondez généreusement à Mon Appel à être Mes Témoins silencieux, soldats sans armes visibles, évangélisateurs muets et adorateurs fidèles. Je vous aime et Je vous bénis de vous lever à Mon Appel comme une armée innombrable et invisible. Mes enfants, votre récompense sera grande car vous Me verrez à l’œuvre de vos yeux de chair parmi les nations idolâtres et apostâtes. Je le redis: nul signe extérieur, seulement Ma présence cachée en
vos cœurs et ainsi J’agirai par vous au cœur des Nations.

Christ, Seigneur des Nations

 

 

Vendredi 17 octobre 2008

– Fille, viens, Je t’appelle, tu sais que Je dois te confier Ma Parole pour ce temps. Écoute Ma Voix et ne crains pas. Je suis ton Dieu et Je t’aime. Petite fille, écris pour Mes enfants :

Fils et filles, Je vous appelle, ne différez pas votre réponse car aujourd’hui le temps est proche où J’ai besoin de vous pour Mes plans. Dans vos prières vous Me reprochez de ne pas intervenir… mais Je ne peux intervenir que dans vos vies, à votre demande, afin que vous, vous soyez Mon bras dans ce monde. Croyez-vous que Mon Avènement sur Terre aurait eu lieu, au travers de Ma Sainte Mère, si des générations et des générations n’avaient intensément prié et supplié, en réponse aux promesses reçues par les prophètes ? Vos cœurs M’appellent et Je viens au temps choisi par Mon Père. Et aujourd’hui, ce temps est tout proche, ce n’est pas le moment de cesser vos prières par découragement trop humain. Osez la Foi et Je pourrai agir avec et par vous. Soyez-Moi des instruments de Miséricorde pour le monde à rebâtir selon Ma Loi. Vous le savez, tout ce qui n’est pas conforme à Ma Loi sera détruit. Il y aura beaucoup à rebâtir et d’abord l’organisation de la société. Je vous appelle, Mes enfants, pour œuvrer avec Moi de manière précieuse et précise.
Mais, d’abord, Je dois M’assurer de vous. Pour beaucoup J’ai déjà presque terminé votre préparation en vous exerçant à l’obéissance, en vous émondant, en vous formant, parfois dans la douleur, à Mes vues. Beaucoup sont prêts et c’est pourquoi Je peux, et Je veux, aujourd’hui, sonner l’Appel.

Venez, Mes enfants, et des quatre coins du monde rassemblez-vous devant Moi, et non aux yeux du monde. Que le monde vous ignore, Moi Je vous connais. Je rassemblerai Moi-même ceux que J’appelle aujourd’hui. Et Je terminerai votre préparation personnelle, individuellement et collégialement. Que Ma Loi soit votre loi. Que Mon Nom soit votre nom. Que Ma Mère soit votre Mère. Que Mes armées célestes soient vos secours en ce monde à l’heure du combat. Oui, Je parle de l’éternelle bataille entre les fils de l’homme et les Fils de Dieu. Ils sont malins, soyez intelligents; ils sont âpres au gain, soyez désintéressés et généreux; ils sont orduriers, soyez purs comme l’Agneau que vous portez en vos cœurs et Nous vaincrons. Et J’aurai Mon Trône parmi les Nations, et Mon Père, un peuple fidèle et saint et vous, la nouvelle Terre et les nouveaux Cieux!

Fille, écris: Je forme Mon bataillon pour ce temps. Ceux que J’appelle ont tous reçu cet appel dés leur plus tendre enfance, tous ne s’en souviennent pas cependant. Aussi, ai-Je renouvelé Mon Appel à d’autres reprises par la suite. Aujourd’hui ceux que J’appelle attendent cet Appel, parfois depuis plusieurs années, sans qu’ils sachent exactement à quoi Je les destine. Aujourd’hui, Je l’annonce: Je forme Mon bataillon pour le combat de ce temps. Je vous mets à part, Mes enfants. Je vous retranche du monde, cependant que pour la plupart vous resterez dans le monde.

Car, au cœur de Mon bataillon, Je lève aussi une unité d’élite appelée à l’Adoration Perpétuelle, collégiale et sacerdotale, qui insufflera Mon Esprit au sein de Mon bataillon afin que nul de Mes enfants choisis n’oublie, à aucun moment, qu’il Me doit obéissance, au risque de faire échouer Mes plans.

Au milieu de vous Je susciterai un Chef, des Prêtres et des scribes. Je lèverai encore au milieu de vous une unité très spéciale attachée au service personnel du Chef afin qu’il vous guide en toute droiture et justice selon Mes Voies.

Écris enfant : Enfin, Je prévois une unité toute à fait particulière, dont d’office Ma Divine Mère sera la Supérieure générale. Oui, une unité de femmes, de saintes femmes, dévouées au service de leurs frères, à la prière et à l’adoration, retranchées du monde, mises tout à fait à part pour Mon Service. Celles-ci vivront ensemble, elles seront le Pilier sur lequel J’appuie Mon Édifice.

Que Mon Appel d’aujourd’hui retentisse sur toutes vos Nations. Je donnerai d’autres instructions, mais Je le redis : cet Appel confirme pour tous un premier appel personnel, et beaucoup savent déjà ce que J’attends.

Fille, transmet sans tarder.

Jésus-Christ

 

 

La mission divine de la France:

 

 

La France doit jouer un rôle de tout premier plan dans le rétablissement du Royaume de Dieu sur Terre, malgré sa trahison et son apostasie actuelles, malgré son rejet de l’Alliance passée entre Jésus-Christ et Clovis à l’issue de la victoire de Tolbiac.

La France sera lourdement punie de ses fautes, elle sera frappée en premier, mais sortira de l’épreuve en premier, avec à sa tête le Grand Monarque. Elle boira la coupe jusqu’à la lie, mais elle se relèvera. Notre pays sera envahi, dévasté par des hordes sauvages, il n’aura plus la maîtrise de son sol et il faudra à un moment donné se lever pour défendre et revendiquer les Droits de Jésus-Christ sur notre Nation, qui APPARTIENT au Christ JURIDIQUEMENT. La France est la propriété de Jésus-Christ. Elle redeviendra la Fille aînée de l’Eglise, éducatrice des peuples, sous la guidance de son roi très chrétien, lieutenant du Christ et premier servant de Marie.

Après l’épreuve, le salut. Après l’épreuve, la mission divine: rétablir le Royaume de Dieu sur toutes les Nations, sur toute la Terre.

Cette mission commence dès maintenant, en particulier au sein de l’institution créée par Jésus-Christ pour accueillir le futur roi de France et constituer sa Garde Royale, sa Cour agissante et priante. Diffuser les Messages « Joie de Dieu » en France et dans le monde entier est une question de salut: notre salut national, le salut des nations et des peuples du monde entier. Jésus nous demande de rayonner sa Parole sur le monde.

Prions, agissons, répondons à l’Appel de Notre Seigneur Jésus: info.joiededieu@gmail.com

L’oeuvre créée par Notre Seigneur Jésus-Christ dans ses messages 2009 – 2011 et sa « Lettre à ceux qui M’aiment » est en activité en France.

Le premier engagement est la prière. Jésus nous invite aussi à nous consacrer aux Deux Saints Coeurs Unis et/ou à son Très Précieux Sang. La dévotion au Précieux Sang de Jésus est fortement appelée par Notre Seigneur (Barnabas Nwoye, Nigéria, avec l’imprimatur de l’Eglise Catholique). Livret, chapelet et crucifix disponibles à l’Appel du Ciel : http://www.appel-du-ciel.org

 

Contact

Pour toutes informations complémentaires, veuillez me contactez par Mail ou sur Facebook

Mail : info.joiededieu@gmail.com